L'esclavagisme en Martinique aux XVIIIe et XIXe siècles

En Martinique à la fin du XVIIIe siècle, Théophile Bonaventure est farouchement déterminé à maintenir son droit à l'esclavage dans son exploitation sucrière tandis qu'Amédée, son intendant principal, rêve d'être affranchi et espère un autre avenir pour sa fille Adèle.

"Tropiques amers" de Jean-Claude Barny © BQHL "Tropiques amers" de Jean-Claude Barny © BQHL

Au sujet de l'édition du coffret DVD : Tropiques amers de Jean-Claude Barny

Cette fresque historique sous la forme d'une série télévisée de six épisodes diffusée sur France 3 en 2007 était à l'époque inédit puisque rares étaient les films à avoir traité cette période de l'histoire de France aux Antilles. L'histoire se déroule sur plusieurs décennies, de l'époque où les propriétaires d'esclaves avaient tous les droits sur leurs « biens humains » aux premières décennies du XIXe siècle où la fin de l'esclavagisme tarde encore à venir après une courte période sous la Révolution française en Métropole. Le point de vue se partage à travers l'histoire de plusieurs personnages, le maître, esclavagiste d'une violence décomplexée, son épouse venue de France pour se marier avec lui, son intendant Amédée père de la jeune Adèle, un futur rebelle, un jeune prêtre qui prend fait et cause pour l'émancipation des esclaves... La diversité des personnages autour de cette exploitation esclavagiste sucrière permet d mettre en évidence les enjeux des uns et des autres pour comprendre cette période complexe durant laquelle s'est maintenu malgré tout l'esclavagisme. Les intrigues se multiplient avec des morts, des naissances illégitimes, des assassinats, des changements politiques multiples sur l'île suite aux événements révolutionnaires en Métropole.
Jean-Claude Barny, le réalisateur de Nèg Maron (2005) trouve ainsi matière à développer plusieurs données historiques méconnues auprès du public de la télévision. 12 ans plus tard, la mise en scène paraît bien vieillotte mais le sujet est toujours pertinent, ce qui rend toujours cette série d'un grand intérêt pédagogique. En effet, à part quelques plans inventifs, la plupart des mouvements de caméra sont maladroits et les comédiens virevoltent de ci de là à un rythme soutenu. Le scénario a cependant l'avantage d'être, au service de l'évocation historique, d'une très grande richesse et constitue un arbre solide sur lequel il est aisé de rester accroché au fil des épisodes pour comprendre les racines de l'émancipation.

 

 

71wut2kjaul-sl1464
Tropiques amers
de Jean-Claude Barny
Avec : Fatou N'Diaye (Adèle), Jean-Michel Martial (Amédée), Jean-Claude Adelin (Théophile Bonaventure), Léa Bosco (Olympe Bonaventure), Thiam Aïssatou (Rosalie), Jacky Ido (Koyaba), Kevin Dust (Jacquier), Nicolas Herman (François de Rochant), Moonha Njay (Manon), Lucette Salibur (Man Joseph), Delphine Rich (Madame de Rochant), Marc Berman (Monsieur de Rochant), Luc Ponette (Christian de Chabot), Daniel Bilong (Jean-Baptiste), Annabelle Hettmann (Constance), Tony Amoni (Ambroise Jones), Yann Babilée), Ludovic Berthillot (Mauduit), Michel Chalonec), Vincent Guillaud), André Nerman (un officier anglais)
France, Suisse, 2006.
Durée : 6 x 52 min

Diffusion originale : 10 mai 2007 – 24 mai 2007 sur France 3
Sortie France du coffret DVD : 29 novembre 2018
Couleur
Langue : français.
Éditeur : BQHL Éditions
Bonus :
Entretien avec Jean-Claude Barny (30’55”)
Entretien avec la productrice Elisabeth Arnac (10’46”)
Entretien avec la scénariste Virginie Brac co-autrice avec Myriam Cottias, historienne spécialiste des sociétés esclavagistes aux XVIIe et XVIIIe siècles (11’45”)

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.