Les valeurs ancestrales de la nature du western

Dans ce coffret qui met à l’honneur le western figurent deux films hollywoodiens du début des années 1950 portés respectivement par Burt Lancaster et Kirk Douglas et un western italien réalisé une décennie plus tard.

mv5bm2vmzjq4zjqtnwuwyi00zmfklwixyjmtote1otmzmtjjmjm1xkeyxkfqcgdeqxvynjgzndu2odi-v1
Au sujet du coffret DVD Western : La Vallée de la vengeance + La Vallée des géants + Les Sentiers de la haine

Hormis le fait que ces trois films soient des westerns, il n’y a pas ici de choix très forts qui justifie leur association. Cela n’empêche nullement en revanche d’y trouver divers traits thématiques communs comme la mise en valeur assez naïve de la nature qu’elle soit défendue par les Quakers dans La Vallée des géants ou par les Indiens dans Les Sentiers de la haine : la nature est dans ces deux films symbolisée par des arbres ancestraux mis en péril par la prédation de capitalistes sans scrupules pour réaliser leurs bénéfices. On pourrait presque imaginer une sensibilité écologique avant l’heure s’il ne s’agissait en fait d’une considération propre à la culture made in USA : les arbres multiséculaires font parti du patrimoine national et à ce titre ils sont utilisés dans le scénario comme des symboles d’origines ancestrales que les nouvelles générations ne doivent pas oublier.

De même l’élevage bovin en plein air dans La Vallée de la vengeance met en valeur les vertus de l’humble cow-boy dévoué à sa tâche opposé à un demi-frère perverti par son statut d’héritier oisif de son patrimoine. Autour de cette histoire est d’ailleurs rejoué le combat fratricide d’Abel et Caïn, dans un récit volontairement moralisateur autour de la référence à la Bible. Burt Lancaster et Kirk Douglas tournent chacun dans leur western respectif sous la houlette de réalisateurs qui ne cherchent pas spécialement à se démarquer dans leurs choix de mise en scène, bien au contraire. Les deux acteurs jouent largement de leur statut favorable auprès du public, disposant d’une notoriété non négligeable alors qu’ils ont commencé six ans plus tôt seulement après la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Le western italien est quant à lui très maladroit dans sa représentation du bon Indien incompris face aux sournois capitalistes, même si effectivement l’intention était bonne et que le western produit à Hollywood à la même époque restait encore très frileux sur ce sujet, plus apte à faire de l’Indien la figure de l’anticivilisation à éradiquer.

Très westerns mineurs dans l’histoire du cinéma et qui possèdent pourtant les attraits spécifiques propres au genre : du cinéma de commande réalisé avec soin qui permet de saisir les évolutions et les mentalités de chaque contexte historique des sociétés humaines en dehors des plateaux de tournage.

Il faut malheureusement déplorer dans ces éditions qu'une seule version soit disponible, la version française, qui ne rend pas compte des efforts d'interprétation des acteurs originaux.

 

 

coffret-western
La Vallée de la vengeance
Vengeance Valley
de Richard Thorpe
Avec : Burt Lancaster (Owen Daybright), Robert Walker (Lee Strobie), Joanne Dru (Jen Strobie), Ray Collins (Arch Strobie), Sally Forrest (Lily Fasken), John Ireland (Hub Fasken), Carleton Carpenter (Hewie), Ted de Corsia (Herb Backett), Hugh O'Brian (Dick Fasken), Will Wright (M. Willoughby), Grayce Mills (Mme Burke), Jim Hayward (le shérif Con Alvis), James Harrison (Orv Esterly), Stanley Andrews (Mead Calhoun)
États-Unis – 1951.
Durée : 78 min
Sortie en salles (France) : 21 mars 1952

Format : 1,37 – Couleur

La Vallée des géants
The Big Trees
de Felix F. Feist
Avec : Kirk Douglas (Jim Fallon), Eve Miller (Alicia Chadwick), Patrice Wymore (Daisy Fisher / Dora Figg), Edgar Buchanan (Walter « Yukon » Burns), John Archer (Frenchy LeCroix), Alan Hale Jr. (Tiny), Roy Roberts (le juge Crenshaw), Charles Meredith (Elder Bixby), Harry Cording (Cleve Gregg), Ellen Corby (Sœur Blackburn)
États-Unis – 1952.
Durée : 89 min
Couleur

 

Les Sentiers de la haine
Il piombo e la carne
de Marino Girolami
Avec : Rod Cameron (Nathaniel Masters), Patricia Viterbo (Mabel Masters), Ennio Girolami (Sam Masters), Bruno Piergentili (Chata), Manuel Zarzo (Nelson Masters), Carla Calò (la servante des Masters), Alfredo Mayo (Mortimer Lasky), Julio Peña (le shériff), Piero Lulli (Jonathan), Tota Alba (Minnea)
Espagne, Italie, France – 1964.
Durée : 93 min
Format : 2,35 – Couleur

 

Sortie France du coffret DVD : 5 octobre 2016
Langue : français.
Éditeur : LCJ Éditions

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.