Constances et mouvements de la Chine éternelle

En 2001, Qiao est l'amante de Bin, chef de la pègre locale. Elle lui sauve la vie dans un règlement de comptes et fait cinq ans de prison pour le protéger mais lorsqu'elle retrouve sa liberté, il n'est pas là pour l'attendre.

"Les Éternels" (Jianghu er nü) réalisé par Jia Zhang-Ke © Ad Vitam "Les Éternels" (Jianghu er nü) réalisé par Jia Zhang-Ke © Ad Vitam
Sortie DVD : Les Éternels de Jia Zhang-Ke

L'actrice Zhao Tao a traversé la filmographie de Jia Zhang-Ke depuis ses débuts dans les années 2000 et cette nouvelle collaboration lui offre la possibilité de revisiter, sur un scénario couvrant une période de l'histoire de la Chine s'étendant de 2001 à 2018, les films du cinéaste et les rôles qu'elle y a interprété. Entre temps, la Chine a évolué à un rythme phénoménal et la dynamique du récit est habité par cette dualité entre mouvement et statisme, l'improbabilité d'une apparition extraterrestre et la force immuable de la Chine éternelle. Jia Zhang-Ke se fait ici autant le témoin de la Chine contemporaine de presque deux décennies que l'observateur de son propre parcours cinématographique autour de sa collaboration avec l'actrice Zhao Tao. De là à voir dans l'histoire de la relation nouée entre les deux personnages principaux du film une évocation et un questionnement de ce qui lie l'actrice et le cinéaste dans le temps, il n'y a qu'un pas aisé à franchir, notamment autour de la métaphore que la relation implique. De même, le milieu de la petite pègre chinoise abordée dans ce film de genre jianghu peut aussi être interprété comme la métaphore du milieu des cinéastes chinois indépendants qui naviguent comme des rebelles en marge des codes sociaux. À ce titre, il n'est pas anodin que Jia Zhang-Ke ait invité ses collègues réalisateurs Diao Yi'nan, Feng Xiaogang, Xu Zheng et Zhang Yibai à interpréter des rôles au sein de la pègre comme pour affirmer la place des cinéastes dans la société chinoise durant ces dernières décennies.
Ainsi, cette exploration de la pègre est une réappropriation toute personnelle du film de genre énormément développé dans le cinéma produit à Hong-Kong avec des noms illustres comme Johnnie To et John Woo dont les films inspirent aussi bien les personnages de la pègre pour construire leur propre image sociale comme on le voit ici dans le film, que le cinéaste lui-même dans sa mise en scène. En revanche, Jia Zhang-Ke ne reniant jamais la fibre fondamentalement documentaire de son cinéma, met en arrière-plan l'action des films de genre, pour s'attacher à la relation entre deux personnages qui furent en un temps amants et à la fidélité à leurs valeurs communes originelles qui évoluent dans le temps, pour découvrir la braise qui se cache toujours derrière les cendres laissées par le feu des émotions nourries initialement dans une relation interindividuelle.

 

 

les-eternels-dvd
Les Éternels
Jianghu er nü
réalisé par Jia Zhang-Ke
Avec : Zhao Tao (Qiao), Liao Fan (Bin), Diao Yi'nan (Lin Jiadong), Feng Xiaogang, Xu Zheng, Zhang Yibai
Chine, France, Japon, 2018.
Durée : 130 min
Sortie en salles (France) : 2 février 2019
Sortie France du DVD : 3 septembre 2019
Format : 1,85 – Couleur
Langue : mandarin - Sous-titres : français.
Éditeur : Ad Vitam
Bonus :
Bande-annonce
Entretien avec le réalisateur Jia Zhang-Ke (réalisateur) et Zhao Tao (actrice)

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.