"Condamné au silence" (The Court-Martial of Billy Mitchell) d’Otto Preminger

En 1921, le général William Mitchell, héros de l’aviation américaine durant la Première Guerre mondiale, s’efforce de démontrer à ses supérieurs la nécessité de développer et d’améliorer l’armée de l’air. Lorsqu’il dénonce à la presse l’incompétence de l’armée dans l’accident d’un dirigeable, il est envoyé devant un tribunal militaire.

"Condamné au silence" (The Court-Martial of Billy Mitchell) d’Otto Preminger © LCJ "Condamné au silence" (The Court-Martial of Billy Mitchell) d’Otto Preminger © LCJ
Au sujet du DVD : Condamné au silence d’Otto Preminger

Une décennie après la fin de la Seconde Guerre mondiale et le triomphe incontesté de l’armée américaine au niveau mondial et alors qu’un général de l’armée, Eisenhower, est devenu président des États-Unis d’Amérique du Nord durant la Guerre froide, Otto Preminger réalise un film biographique sur l’histoire vraie du général William Mitchell condamné à son époque pour ses idées avant-gardistes et réhabilité à titre posthume. Gary Cooper cultive ainsi en interprétant cette figure de l’héroïsme sacrificiel, les valeurs de l’Amérique. L’acteur est habitué à porter ainsi l’héroïsme américain et on le sent ici tout droit sorti d’un personnage de Frank Capra luttant pour défendre les valeurs de son pays. Dans le film, il est ainsi entièrement dévoué à l’armée et à ses hommes qui meurent au combat, et l’on ne connaît de lui aucun lien familial ni sentimental. Le scénario est entièrement dédié à la construction de la figure héroïque au sacrifice christique, n’hésitant pas à être rétrogradé et refusant sans cesse les compromissions pour arriver à ses fins totalement désintéressées. Il y a bien ainsi une visée messianique dans ses partis pris, prédisant notamment l’attaque de Pearl Harbor par l’armée japonaise quinze ans avant qu’elle n’ait lieu.

Après un tiers de film décrivant une hiérarchie militaire archaïque face à laquelle le héros incompris s’efforce de se faire entendre, l’histoire se poursuit avec un film de procès. Arrive le personnage de l’avocat député qui prend sa défense, tandis que Gary Cooper devenu mutique devient soudainement secondaire. Le dernier tiers du film fait montre d’un nouveau souffle avec l’arrivée de Rod Steiger dans le rôle de l’avocat assurant l’accusation, dont l’interprétation tout droit issue de l’Actors Studio fait oublier celle de Gary Cooper bien trop monolithique et monocorde. Rod Steiger dans la figure virulente de l’antagonisme de tout ce que représente le personnage de Gary Cooper, lui vole littéralement la vedette. Tout porte à croire qu’Otto Preminger accepte la réalisation de ce film sans trop y croire mais en assurant une honnête mise en scène. L’histoire a aussi l’avantage de porter un regard rétrospectif distancié sur le milieu antiprogressif et profondément sénile de l’armée américaine pourtant consacrée à l’époque du tournage comme la force même de l’Amérique rutilante et fière d’elle-même.

 

 

condamne-au-silence
Condamné au silence
The Court-Martial of Billy Mitchell
d’Otto Preminger
Avec : Gary Cooper (le général William Mitchell), Charles Bickford (le général James Guthrie), Rod Steiger (le major Allen Gullion), Ralph Bellamy (le sénateur Frank Reid), Elizabeth Montgomery (Margaret Lansdowne), Fred Clark (le colonel Moreland), James Daly (le lieutenant-colonel Herbert H. White), Jack Lord (Zachary Lansdowne), Peter Graves (le capitaine Elliott), Robert F. Simon (l’amiral Gage), Charles Dingle (le sénateur Fullerton), Herbert Heyes (le général John J. Pershing), William Forrest (le général commandant le Fort Sam Houston), Carleton Young (le colonel assistant le général Pershing), Ian Wolfe (le président Calvin Coolidge), Dayton Lummis (le général Douglas MacArthur), William Henry (un officier), Howard Smith (le président de la commission)
USA, 1955.
Durée : 105 min
Sortie en salles (France) : 25 juillet 1956
Sortie France du DVD : 11 septembre 2019
Format : 2,55 – Couleur
Langues : anglais, français - Sous-titres : français.
Éditeur : LCJ Éditions

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.