Laurent Roth : l’intégrale de ses courts métrages

Avec une liberté de ton qui convoque à la fois le cinéma de Philippe Garrel, Alain Cavalier et Dominique Cabrera, avec une touche profonde d’Agnès Varda, Laurent Roth est à la fois un arpenteur et un glaneur d’images en quête d’innocence perdue au fil de ses courts métrages ici réunis en un même coffret DVD.

"La Joie" de Laurent Roth (2015) © La Huit "La Joie" de Laurent Roth (2015) © La Huit
Sortie DVD : Laurent Roth l’intégrale

Cinéaste indépendant singulier, il fallait bien une édition DVD comprenant l’ensemble de ses courts métrages réalisés en 1984 et 2019 pour appréhender l’œuvre de Laurent Roth dans son ensemble. Chaque film ici délivre certes un fragment de vérité de ses intentions mais les liens qui s’opèrent entre eux ouvrent de nouvelles voies d’interprétations pour saisir les portes qu’il ouvre délibérément à l’entendement. Ses films interrogent les cadres eux-mêmes de la fiction autour de vrais faux documentaires et autofictions, qu’il se mette en scène lui-même dans un personnage qui n’est pas lui (Une maison de famille et J’ai quitté l’Aquitaine), qu’il utilise un film dont le filmeur est anonyme (Le Pays fantôme) et pour lequel il propose de faire émerger une nouvelle mémoire qui n’a pas eu lieu mais qui aurait pu l’être.
Laurent Roth s’est également illustré dans un procédé contraignant mais extrêmement créatif dans la mobilisation de l’imaginaire : le principe du tourné-monté où le film se réalise au moment du tournage. Ce cadre lui permet une fois de plus de s’éloigner de la manipulation des images a posteriori pour aller interroger l’innocence de ces images filmées comme des vérités premières toujours soumises à interprétation quoi qu’il arrive car le regard humain est toujours coupable, ou du moins responsable, d’être lui-même avec toute sa sensibilité subjective. Il opère ainsi dans un film à la limite entre la fiction et le documentaire, une nouvelle mise à nu d’un modèle féminin qui offre à voir sa nudité aux artistes qui la dessinent tout en conservant le voile de son intériorité affirmée et approfondie le temps d’une pause. Or, en faisant figurer en voix off les réflexions rétrospectives du modèle dans Modèle depuis toujours (1988), Laurent Roth propose de se saisir d’une autre forme de nudité que la peinture du point de vue de l’artiste ne saisit pas forcément. Chacun devient alors l’artiste de sa propre construction et la démarche thérapeutique de la caméra de Laurent Roth usant de jouets de construction pour libérer et faire émerger la parole des membres de sa famille autour de deux films en un montage distinct (Une maison de famille et J’ai quitté l’Aquitaine), montre que chacun est le metteur en scène de la propre fiction de son existence.

Laurent Roth a également été le coscénariste pour d’autres cinéastes dont il partage les sensibilités et les préoccupations à l’instar de Dominique Cabrera, Jean-Daniel Pollet, Vincent Dieutre, Joanna Grudzińska et Fleur Albert.

Il est également metteur en scène de théâtre dont il réalise les captations filmées dans La Chose (52’, 2010) Écoute Israël (5’, 2014) et La Joie (53’, 2015), avec comme comédiens Mathieu Amalric et Mireille Perrier incarnant leurs personnages assis derrière un bureau en train de lire leur texte. Ce dispositif inhabituel participe encore de la logique du tourné-monté où il s’agit de saisir l’innocence première de la révélation par la parole avant que le corps dans la chorégraphie de ses mouvements ne vienne en apporter une nouvelle interprétation.

Tel est le voyage vertigineux opéré par Laurent Roth sur la mémoire, nos prétendues innocences perdues, la force de la parole à incarner et mobiliser l’imaginaire de tout un chacun. Et alors qu'il commence à faire des films, quoi de mieux pour lui dans son documentaire entretien Henri Alekan, des Lumières et des hommes (1986) qu'aller interroger Henri Alekan, le chef opérateur qui a révélé dans le cinéma la force de la dimension onirique ancré dans le réel d'une prise de vue saisie par une caméra.



 

 

coffret-laurent-roth-l-integrale-des-courts-metrages-10-films-dvd
Laurent Roth l’intégrale de ses courts métrages
Marie ou le Retour (10’, 1984)
Henri Alekan, des Lumières et des hommes (20’, 1986)
Ave Maria (4’, 1987)
Modèle depuis toujours (10’, 1988)
Ranger les photos (4’, 1998) coréalisé avec Dominique Cabrera
Une maison de famille (37’, 2004)
J’ai quitté l’Aquitaine (52’, 2005)
La Chose (captation) (52’, 2010)
Écoute Israël (5’, 2014)
La Joie (53’, 2015)
Le Pays fantôme (10’, 2019)


Durée totale du coffret : 267 min
Sortie France du DVD : 19 novembre 2019
Couleur et Noir & Blanc
Langue : français.
Éditeur : La Huit

Bonus :
Livret : texte de Yannick Haenel • Entretien avec Dominique Cabrera Filmographie commentée

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.