L’apartheid au cœur du Moyen-Orient : une Terre promise pour des élus

À propos du livre Israël, un État d’apartheid ? sous la direction de Céline Lebrun et Julien SalingueEn février 2012 devait avoir lieu un colloque Israël, un État d’apartheid ?au sein de l’Université Paris VII organisé par les étudiants du Collectif Palestine Paris VIII. Il se trouve que le sujet a inquiété le président de l’université et que le colloque n’a pu être accueilli.


À propos du livre Israël, un État d’apartheid ? sous la direction de Céline Lebrun et Julien Salingue

En février 2012 devait avoir lieu un colloque Israël, un État d’apartheid ?au sein de l’Université Paris VII organisé par les étudiants du Collectif Palestine Paris VIII. Il se trouve que le sujet a inquiété le président de l’université et que le colloque n’a pu être accueilli. Finalement le colloque s’est déroulé les 27 et 28 février 2011 à la Bourse de Travail de Saint-Denis et les textes des contributions de chaque participant ont été publié par L’Harmattan dans cet ouvrage dont le titre est identique au colloque. Confronter la politique de l’État d’Israël au système d’apartheid qui a marqué l’histoire encore récente de l’Afrique du Sud est incontournable pour toutes celles et ceux souhaitant sincèrement voir améliorer les conditions sociales des Palestiniens en Israël et en territoires occupés par l’armée israélienne et les colonies illégales. L’enjeu n’est pas anodin puisque c’est en étant juridiquement reconnu dans le droit international que progressivement l’apartheid en Afrique du Sud a pu être condamné et son régime social fondé sur la discrimination disparaître. Les intervenants de ce colloque sont ainsi clairement animés par un fort désir de changement social qui passe aussi par la sensibilisation en Europe et plus particulièrement dans les milieux universitaires de la réalité de l’apartheid en Israël. Car très vite, la réponse à la question de départ se situe dans l’affirmative et les premiers textes permettront de préciser le type spécifique d’apartheid pratiqué par l’État d’Israël qui se distingue du cas sud-africain. Pour résumé, on peut dire qu’en Afrique du Sud l’apartheid était un projet politique en soi tandis que pour l’État israélien et les divers gouvernements qui se sont succédés, l’apartheid est un moyen dont le but ultime est la création d’une nation qui ne serait composée que par une unique confession religieuse.

La question du livre est ainsi posée d’emblée dans la première partie en se basant sur l’étude des textes juridiques du droit international, la discrimination de l’application des droits en Israël et dans les territoires occupés, etc. Cela passe par la définition des concepts perspicaces de « spatiocide », sionisme politique, nettoyage ethnique, projet nationaliste et colonial et la présentation d’une alternative en matière juridique que constitue le Tribunal Russell sur la Palestine.

Une fois identifiés les crimes de l’État d’Israël, la deuxième partie s’attache à présenter les moyens réels qui ont été mis en place pour sanctionner cette politique. Le boycott comme forme de résistance non violente est ainsi mis en valeur sur le modèle dont s’était emparée la communauté internationale pour fustiger le régime d’apartheid sud-africain. Du boycott on passe assez logiquement à la responsabilité de l’Union Européenne dans le financement de  programmes dont la finalité ultime est la fabrication d’armes militaires destinées à l’État israélien. Quant à la troisième et dernière partie, elle interroge directement la prise de position du milieu universitaire en France autour de l’outil que constitue le boycott. Il y est montré que le milieu universitaire est la plupart du temps soumis à l’autocensure dès qu’il s’agit de parler de la Palestine face à la crainte d’être taxé d’antisémitisme.

L’analyse juridique de la politique israélienne opérée sur la population palestinienne se révèle pertinente afin d’éloigner les passions que génèrent les conflits fratricides israélo-palestiniens. Elle permet en outre de donner des moyens de lutte non-violente aux universitaires et plus largement à la communauté internationale soucieuse du respect du droit de vivre de chacun à travers le monde. Et en dernier ressort, cet ouvrage invite à réveiller les consciences auprès des universitaires vis-à-vis de ce qui constitue leur « champ d’étude », poussant l’analyse vers un élan progressiste face aux replis conservateurs d’universitaires incapables de prendre la mesure du monde et de vivre avec lui.

 

 

Israël, un État d’apartheid ? Enjeux juridiques et politiques

sous la direction de Céline Lebrun et Julien Salingue

 

Nombre de pages : 270

Date de sortie (France) : février 2013

Éditeur : L’Harmattan

Collection : Comprendre le Moyen-Orient

 

lien vers le site de l’éditeur : http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=39555

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.