Envoûtante évocation d’une jeunesse cambodgienne

À 18 ans, Bora quitte sa mère et son village natal pour aller travailler sur les grands chantiers de construction de Diamond Island à Phnom Penh.

"Diamond Island" de Davy Chou © Doriane Films "Diamond Island" de Davy Chou © Doriane Films

Sortie DVD : Diamond Island de Davy Chou

En 2012, Davy Chou s’était fait remarquer avec Le Sommeil d’or, brillant documentaire qui ressuscitait l’âge d’or du cinéma cambodgien entre 1960 et 1975, autant à partir des rares images d’archives qu’à travers les témoignages contemporains des personnes qui lui ont donné naissance. Plus qu’un travail d’une somptueuse rigueur archéologique, Davy Chou s’imposait d’ores et déjà sur la planète du cinéma d’auteur en grand esthète capable de réveiller les fantômes du passer pour convoquer leur témoignage dans la réalité présente, à l’instar de Hou Hsiao Hsien, de Jia Zhang-ke ou d’Apitchatpong Weerasethakul. Pour autant, il ne tombe jamais sous le poids de l’idolâtrie des grandes références cinématographiques : Davy Chou développe un univers qui n’appartient qu’à lui et permet ainsi de partager avec le spectateur une réalité d’une jeunesse contemporaine cambodgienne autour de ses rêves et doutes dans Diamond Island. Ce premier long métrage de fiction semble arriver à point nommé pour traduire tout un monde fécond. Sur la base réaliste des chantiers de construction de Diamond Island sur la presqu’île de Koh Pich à Phnom Penh, une jeunesse rurale venue trouver du travail pour continuer à nourrir économiquement la famille, se retrouve désorientée et enterre progressivement son rapport au réel dans un euphorisant projet futuriste. Tout le film est alors travaillé esthétiquement dans chacun de ces plans urbanistes que ne renieraient pas Antonioni qui parlait aussi des états d’âme d’individus perdus face à la violence du bulldozer de l’histoire du nouvel urbanisme futuriste fonctionnaliste destructeur. Toutes les couleurs de l’écran, qu’il s’agisse de vêtements comme des lumières fluorescentes sont systématiquement et volontairement sursaturées, donnant une impression d’irréel permanent dans une description pourtant naturaliste. Les personnages évoluent au gré des rencontres propres à la jeunesse entre découverte des enjeux de la séduction et désir d’appartenir à une bande substitut familial. Le dilemme du personnage principal divisé entre la bande de son frère et la bande constituée de ses collègues de travail traduit bien les nécessités profondes de s’enraciner dans de nouveaux liens sociaux, alors que plus rien ne les rattache au présent, notamment dans cette ville tragique de Phnom Penh dont la population sous la dictature des Khmers rouges a presque totalement disparue. Le fantasme futuriste que porte le projet financier urbanistique de Diamond Island s’inscrit dès lors de ce traumatisme historique dont le deuil est toujours d’actualité, car toujours occulté par l’overdose néolibérale. Le futur comme le départ pour l’Amérique de Bora, le personnage principal, et de son frère sont deux témoins manifestes du besoin de quitter un lieu où la jeunesse cambodgienne n’a pas son mot à dire pour s’installer au présent. C’était ce que contenait déjà Cambodia 2099, excellent court métrage de Davy Chou de 2014 que l’on trouve dans cette édition DVD : 2099 devenait la fuite dans le temps d’une jeunesse sans attache avec le présent cambodgien. Parfait esthète soucieux de sa mise en scène dans ses moindres détails, Davy Chou utilise aussi bien ses images, que la bande-son et la bande originale envoûtante pour entrer dans une réalité intraduisable sous forme de rapports documentés au réel : tout le travail esthétique du cinéaste consiste à convoquer les fantômes du passé qui errent dans les lieux filmés : il en résulte une âme incomparable au film qui crée un véritable espace de dialogue entre le spectateur sans bagage du contexte sociohistorique préalable. Un film envoûtant !

 

diamond-island-dvd

Diamond Island
Koh Pich
de Davy Chou
Avec : Sobon Nuon (Bora), Cheanick Nov (Solei), Madeza Chhem (Aza), Mean Korn (Dy), Samnang Nut (Virak), Samnang Khim (Lakena), Samnang Meng (Mesa), Jady Min (Lida), Sreyroth Dom (James), Batham Oun (Blue), Sleyleap Hang (Pinky), Phara Phon (Ana)
France, Cambodge, Allemagne, Qatar, Thaïlande – 2016.
Durée : 99 min
Sortie en salles (France) : 28 décembre 2016
Sortie France du DVD : 29 mai 2017
Format : 1,85 – Couleur
Langue : khmer - Sous-titres : français.
Éditeur : Doriane Films
Bonus :
Cambodia 2099 court métrage de Davy Chou (21 min, 2014)
Entretiens avec Davy Chou
Première au Festival de Cannes et sortie du film au Cambodge
Premiers castings des acteurs
Scènes musicales additionnelles et bande annonce


lien vers le site de l’éditeur

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.