Chronique familiale dans la Tchécoslovaquie des années 1960

Petr, soliste violoncelliste à Prague, retrouve son ami d’enfance Bambas dans leur petite ville d’origine, pour jouer un concert. Accompagné de sa jeune petite amie Stepa qui attire les regards, Petr découvre le petit microcosme de Bambas vivant avec son épouse, ses enfants et ses beaux-parents dans la même maison.

"Éclairage intime" (Intimni osvetleni) d’Ivan Passer © Malavida Films "Éclairage intime" (Intimni osvetleni) d’Ivan Passer © Malavida Films
Sortie DVD : Éclairage intime d’Ivan Passer

Dans la découverte de la Nouvelle Vague tchèque qu’offrent les éditions Malavida, Ivan Passer présente la singularité d’un ton humoristique subtil autour d’une mini chronique familiale. C’est la confrontation entre deux amis d’enfance sur le mode de la fable de La Fontaine du Petit rat des villes à la rencontre du Petit rat des champs, que le scénario se développe avec une grande attention portée à chacun des personnages sans qu’aucun ne soit totalement relégué à la périphérie en tant que faire-valoir. Ce positionnement s’inscrit pleinement dans le renouveau de la fraîcheur du cinéma en jeu à cette époque en Tchécoslovaquie de la part d’Ivan Passer connu jusque-là en tant que scénariste de Milos Forman et pour la réalisation de son court métrage présenté dans cette édition DVD : Un fade après-midi d’Ivan Passer (Fádní odpoledne, 1965, 14). Il s’agit du premier et malheureusement seul long métrage qu’Ivan Passer a pu réaliser dans son pays natal, rapidement contraint à l’exil.

Cet « éclairage intime » sur un microcosme social permet de saisir les problématiques d’une époque autour des rapports entre la capitale un peu arrogante et le reste du pays, la musique comme lien malgré tout dans une famille pétrie de contradictions où la séparation des genres et des âges est très forte. Cette petite histoire faussement anodine sur deux jours passés dans une famille tchèque ordinaire offre précisément un éclairage privilégié où chaque séquence est l’opportunité de découvrir un pan de la société tchèque de l’époque. Il n’y a donc rien de gratuit dans toutes ces scènes de vie toujours surprenantes, inédites avec un véritable amour empathique de la part du réalisateur pour ses personnages qu’il a d’abord contribué à faire naître sous sa plume aguerrie de scénariste. L’humour est ici utilisé brillamment pour désamorcer des conflits potentiels par le relativisme, tout en menant une réflexion profonde sur les choix de vie et d’attitude de chacun qui se révèlent souvent absurdes comme l’atteste en guise de conclusion et d’apothéose la scène finale.

 

 

71b55jbjhzl-ac-sy445
Éclairage intime
Intimni osvetleni
d’Ivan Passer
Avec : Karel Blazek (le professeur de musique Bambas), Zdeněk Bezušek (Petr), Vera Křesadlová (Stepa), Jaroslava Štědrá (Marus (Marie), Jan Vostrčil (le grand-père), Vlastimila Vlková (la grand-mère), Miroslav Cvrk (Kaja), Dagmar Redinová (la jeune Marie), Karel Uhlík (le pharmacien)
Tchécoslovaquie, 1965.
Durée : 71 min
Sortie en salles (France) : 8 avril 1965
Sortie France du DVD : 26 août 2020
Format : 1,37 – Noir & Blanc
Langue : tchèque - Sous-titres : français.
Éditeur : Malavida Films

Bonus :
Court métrage : Un fade après-midi d’Ivan Passer (Fádní odpoledne, 1965, 14’, VOST)
Interview d’Ivan Passer par Édouard Waintrop (Les cinémas du Grütli, 2015, 25’)

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.