Jeanne d’Arc, incarnation poétique d’enchantement du temps présent

En 1425 à Domrémy, la petite bergère Jeanne, 8 ans, songe beaucoup à l’occupation par les armées anglaises du royaume de France.

"Jeannette, l'enfance de Jeanne d'Arc" de Bruno Dumont © Memento Films "Jeannette, l'enfance de Jeanne d'Arc" de Bruno Dumont © Memento Films

Sortie Blu-ray : Jeannette de Bruno Dumont

L’art est vivant s’il rencontre la vie qui est changement permanent. C’est ainsi que l’on retrouve dans l’artiste Bruno Dumont cette nécessité d’aller trouver la forme d’expression pour formuler ses vérités intérieures, ses problématiques qui s’incarnent sous des genres différents d’un film à l’autre. Après avoir expérimenté la direction de toute une troupe d’acteurs professionnels fulgurants et méconnaissables dans leur propre découverte du burlesque dans le film Ma Loute (2016), Bruno Dumont revient très vite sur les écrans avec l’opéra rock métal historicobiographique Jeannette, l'enfance de Jeanne d'Arc, en adaptant les textes originaux Jeanne d'Arc (1897) et Les Mystères de la charité de Jeanne d'Arc (1910) de Charles Péguy. Si le créateur dans le sens artistique du terme se reconnaît dans sa capacité à trouver les ingrédients appropriés dans une combinaison inédite pour faire œuvre d’une intention abstraite, cette activité démiurgique est à l’œuvre dans ce film qui rencontre le sacré de manière éminemment profane sans la moindre religiosité et encore moins de nationalisme dans la présentation de la Jeannette. Pour cela, il fait appel à deux artistes contemporains pour partager l’élaboration de l’œuvre en devenir : le compositeur Igorrr et le chorégraphe Philippe Decouflé, qui ont une large vie artistique en dehors du monde du cinéma. Ainsi, Bruno Dumont réinvente, ou plutôt se réapproprie le genre cinématographique du musical, en utilisant une inspiration qui n’enferme pas le cinéma sur lui-même. Les acteurs sont une nouvelle fois, comme la plupart du temps chez Bruno Dumont, non professionnels, c’est-à-dire capables de transmettre une vérité d’eux-mêmes qu’ils offrent naturellement à leur personnage. Dans cet opéra filmé flirtant entre le Moïse et Aaron de Jean-Marie Straub et Danièle Huillet (1975) et Le Procès de Jeanne d’Arc de Robert Bresson (1962), les personnages s’expriment continuellement à travers les mots écrits de Charles Péguy, en version dialoguée dans un premier temps et chantée ensuite, comme si la musique et le chant venaient compléter ce que la seule intonation de la voix ne suffisait à exprimer. De là en découle chez Bruno Dumont un véritable hommage à la poésie comme moyen de réenchanter et d’appréhender le monde de la prosaïque quotidienneté. Ainsi, il est possible de revisiter l’œuvre du cinéaste à travers ce goût inlassable pour la poésie, qui s’exprime ici explicitement par la composition du métal sans frontières d’Igorrr et les chorégraphies dansantes de Philippe Découfflé. Jeannette est ainsi un film déroutant qui submerge à chaque instant par la contemplation des plans et des choix de lumière de ces scènes filmées sur les plages du nord de la France. Si le film pourrait apparaître comme plus ludique face à une attitude plus austère en réaction à l’état du monde dont rendent compte les premiers longs métrages de Bruno Dumont, il n’en continue pas moins d’interroger le sens du sacré dans toute sa trivialité profane, en usant une fois de plus de la représentation de l’innocence, qu’il s’agisse de l’enfance ou de l’incarnation historique de ladite innocence qu’est Jeanne d’Arc.

 

 

jeannette-blu-ray
Jeannette, l'enfance de Jeanne d'Arc
de Bruno Dumont
Avec : Lise Leplat Prudhomme (Jeannette, 8 ans), Jeanne Voisin (Jeanne, 15 ans), Lucile Gauthier (Hauviette, 8 ans), Victoria Lefebvre (Hauviette, 13 ans), Aline Charles (madame Gervaise, sainte Marguerite), Élise Charles (madame Gervaise, sainte Catherine), Nicolas Leclaire (Durand Lassois), Gery De Poorter (Jacques d'Arc), Régine Delalin (Isabeau d'Arc), Anaïs Rivière (saint Michel), Kyliann Maréchal Tellier et Malone Leroy (les enfants), Maxime Boulanger et Jonathan Leguen (les frère de Jeanne)
France – 2017.
Durée : 105 min
Sortie en salles (France) : 6 septembre 2017
Sortie France du DVD : 9 novembre 2017
Format : 1,66 – Couleur
Langue : français - Sous-titres : anglais, français .
Éditeur : Memento Films

Bonus :
Bande-annonce
Interview du réalisateur Bruno Dumont (15’)

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.