Gérard Philipe : naissance d’une icône du cinéma

En 1870, le prince Muichkine est de retour à Saint-Pétersbourg après une longue convalescence en Suisse. D’une pureté enfantine dans son appréhension des relations humaines, le prince n’est guère apprécié par son entourage lorsqu’il dénonce l’hypocrisie ambiante condamnant notamment Nastassia Philipovna à être achetée.

Sortie DVD : L’Idiot de Georges Lampin

Ce film est historiquement intéressant à plus d’un titre puisqu’il est à la fois le premier grand rôle au cinéma de Gérard Philipe (qui a joué dans d’autres films avant celui-ci mais avec des enjeux mineurs) et que le film arrive après l’Occupation, dans une nouvelle société et un nouveau public en France. Du côté de l’industrie du cinéma, il s’agit aussi d’une autre manière d’envisager la réalisation, préparant ainsi quinze années d’un cinéma établi bouleversé seulement par la Nouvelle Vague. Gérard Philipe, décédé subitement en 1959, n’a pas pu réellement voir la prise de pouvoir des cinéastes et de leur politique des auteurs, et a pleinement marqué cette nouvelle période du cinéma d’après-guerre.

Dans ce premier long métrage de Georges Lampin, Gérard Philipe qui avait alors 22 ans lorsqu’il a été choisi pour le rôle, propose une nouvelle figure cinématographique à la jeunesse d’alors après le monopole des figures masculines de patriarches des années précédentes. Et ce renouveau passe par l’interprétation d’une figure masculine qui a gardé son âme d’enfance après un traumatisme, que l’on imagine très bien évoquer en 1946 la remise en cause des hommes guerriers tout puissants. Même si cette adaptation du roman de Dostoïevski fait pâle figure si on la compare avec celle d’Akira Kurosawa qui possède un tout autre sens de la mise en scène, Gérard Philipe laisse dans ce film une interprétation inoubliable et Edwige Feuillère possède une force charismatique pour imposer son personnage tout en ambiguïté qui force le respect.

L’édition DVD de ce film propose un livret entièrement dédié ou presque à l’importance de Gérard Philipe, permettant de saisir les enjeux dudit film pour lui, mais en sous-estimant aussi les autres apports comme l’arrivée de Georges Lampin lui-même dans cette réalisation. Le film reste rétrospectivement une parfaite introduction pour découvrir cette période méconnue du cinéma d’après-guerre et qui se termine, ou presque, en 1959 avec l’arrivée de la Nouvelle Vague, peu amène à reconnaître l’héritage dont elle bénéficia.

 

 

71yz0g1ix7l-ac-sl1500

Avec : Gérard Philipe (le prince Muichkine), Edwige Feuillère (Nastassia Philipovna), Lucien Coëdel (Parfione Sémionovitch Rogojine), Marguerite Moreno (la générale Elisabeth Prokovievna Epantchine), Maurice Chambreuil (le général Ivan Fedorovitch Epantchine), Nathalie Nattier (Aglaé Ivanovna Epantchine), Jean Debucourt (Afanassi Ivanovitch Totski), Sylvie (Madame Ivolguine), Félicien Tramel (Ivolguine), Michel André (Gania Ivolguine), Jane Marken (Daria Alexievna), Roland Armontel (Lebediev), Élisabeth Hardy (Sophie Ivolguine), Janine Viénot (Sophie), Mathilde Casadesus (Adelaïde Epantchine)
France – 1946.
Durée : 95 min
Sortie en salles (France) : 20 novembre 1946
Sortie France du DVD : 19 novembre 2019
Format : 1,33 – Noir & Blanc
Langue : français.
Éditeur : Doriane Films
Bonus :
Livret illustré de 16 pages

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.