FIFIB 2020 : "Rouge" de Farid Bentoumi

Suite à une mauvaise expérience en milieu hospitalier, Nour revient habiter dans la ville de son enfance et prend le poste d’infirmière dans l’usine où son père est ouvrier et délégué syndical depuis plusieurs décennies. Peu à peu, elle découvre que l’usine cache un désastre sanitaire et environnemental.

"Rouge" de Farid Bentoumi © Ad Vitam "Rouge" de Farid Bentoumi © Ad Vitam
Rouge réalisé par Farid Bentoumi est actuellement en compétition française de long métrage de fiction au Festival International de Film Indépendant de Bordeaux (FIFIB) du 14 au 19 octobre 2020

Après sa comédie sportive et familiale Good Luck Algeria (2016) inspirée d’un événement autobiographique, Farid Bentoumi revient avec un drame, où la famille est là encore au centre de ses interrogations. L’histoire de la dénonciation au sein d’une usine d’un crime contre la santé des ouvriers et le bien-être environnemental s’inscrit dans une série de films dossiers plus souvent made in US que français : Erin Brockovich, seule contre tous (2000) de Steven Soderbergh ou encore le plus récent Dark Waters (2019) de Todd Haynes. Ici, le scénariste et réalisateur Farid Bentoumi inscrit pleinement son récit dans le contexte social français de la fermeture d’usine omniprésente dans les actualités et surtout l’opposition entre deux générations à travers l’opposition entre un père et sa fille à l’instar aussi de Ressources humaines (1999) de Laurent Cantet. Le film se trouve à la croisée de tous ces chemins avec en outre le contexte social ouvrier que ne dédaigneraient pas les frères Dardenne qui ont d’ailleurs participé à la production du film. Ainsi, ce nouveau choix de mise en scène permet au film de s’intégrer pleinement dans le paysage du cinéma français institué, avec l’usage d’une musique qui vient souligner les arcs narratifs émotionnels et un récit compréhensible et élémentaire pour tous.
Le scénario vise ainsi l’efficacité pour toucher le public le plus large afin de sortir le film d’une situation de niche. Les questions écologiques en toile de fond ne sont plus réservées depuis ces dernières années, compte tenu des urgences environnementales, à quelques âmes sensibles « luttant pour la préservation des marmottes au détriment des emplois des ouvriers d’une usine polluante » comme le dit sous forme de reproche le père de Nour dans ce film. Rouge est parfaitement au cœur des divers débats de société et l’un des choix les plus stratégiques est d’avoir fait d’une jeune femme opposée aux compromissions de son père le personnage principal. Cela permet ainsi de replacer la place politique non seulement des femmes mais aussi de la nouvelle génération entrant sur le marché du travail avec un sens renouveler de la justice faisant naître de nombreux lanceurs d’alerte. Nour est également une Antigone moderne soucieuse encore de trouver sa place en tant qu’individu et citoyen dans l’enjeu de la famille, ce qui donnera le plus grand impact à son père dans ses choix les plus déterminants.

 

 

2165670
Rouge
de Farid Bentoumi

Fiction
88 minutes. France, Belgique, 2020.
Couleur
Langue originale : française
Sortie cinéma nationale (France) : 25 novembre 2020

Avec : Zita Hanrot (Nour), Sami Bouajila (Slimane), Céline Sallette (Emma), Olivier Gourmet (Stéphane Perez), Henry-Noël Tabary (Greg), Alka Balbir (Sofia)

Scénario : Farid Bentoumi en collaboration avec Samuel Doux
I
mages : George Lechaptois
S
on : Olivier Le Vacon, Ingrid Ralet, Luc Thomas
M
ontage : Géraldine Mangenot, Damien Keyeux
D
écors : David Faivre
1er assistant réalisation : Aurélien Fauchet
C
asting : Antoine Carrard
D
irecteur de production : François Pascaud
C
ostumes : Caroline Spieth
M
aquillage : Alice Robert
P
roduction : Les Films Velvet - Frédéric Jouve
P
roductrice associée : Marie Lecoq
Cop
roduction : Les Films Du Fleuve (Luc et Jean-Pierre Dardenne)
P
roductrice exécutive : Delphine Tomson
Distributeur (France) : Ad Vitam

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.