"L’An 01" de Jacques Doillon, Alain Resnais et Jean Rouch

Un jour à 15h00 exactement, commence dans toute la France une expérience inédite : l’arrêt total des activités salariées contraintes pour commencer à réfléchir au sens de la vie. Il en résulte une aventure bienveillante où le sens de l’utopie est enfin accessible pour tous et où l’argent est devenu un objet archaïque tout autant que l’attrait français pour la hiérarchie.

"L’An 01" de Jacques Doillon, Alain Resnais et Jean Rouch © LCJ "L’An 01" de Jacques Doillon, Alain Resnais et Jean Rouch © LCJ
Sortie de l’édition collector, boîtier Mediabook Blu-ray : L’An 01 de Jacques Doillon, Alain Resnais et Jean Rouch

Ce premier long métrage de Jacques Doillon est déjà une révolution en soi, cristallisant l’esprit de toute une époque qui, au fil des années suivantes, a pu sporadiquement renaître comme à l’occasion du mouvement des Gilets jaunes ainsi que lors du premier confinement qui arrêtait subitement la course productiviste. Car l’enjeu est ici l’éveil de l’écologie et la fin du productivisme dans une course effrénée vers un paradis futur inaccessible car illusoire, comme une publicité grossière. Sans dogmatisme, le propos du film est largement ouvert à tous les possibles pour faire renaître un nouveau sens pour s’inscrire dans l’histoire : celui de l’an 01, sans effusion de sang et dans une large bienveillance des propositions de chacun.

Au départ, il y avait la BD du même nom de Gébé qui a été suivie d’un appel aux lecteurs de Politique Hebdo et Charlie Hebdo pour partager les différentes utopies à l’œuvre et construire un monde meilleur sans fatalisme productiviste. Il en ressort un film à présent culte qui dépasse la seule adaptation de la BD de Gébé pour devenir ouvertement une œuvre collective. Le film avec un humour et un sens de l’autodérision humaniste, relève le défi considérable de filmer l’utopie. Ce sens du collectif à l’œuvre dans ce film est notamment incarné par la participation pléthorique d’acteurs de cabaret parmi lesquels on retrouve non seulement toute l’équipe du Splendid, mais encore la rédaction de Charlie Hebdo, Jacques Higelin, Depardieu, Miou-Miou, Albert Delpy, Daniel Prévost, Stan Lee à New York, etc. Car avec la participation le temps de deux séquences réalisées par Jean Rouch et Alain Resnais, le film prend une dimension internationale qui fait déborder l’utopie des coins restreints de l’Hexagone. L’’esprit est ici bien associé à celui des espoirs fondés avec un large enthousiasme au début des années 1970 avant la reprise réactionnaire à partir de 1973 suite à la crise pétrolière et l’accélération du néolibéralisme au niveau planétaire conduisant à la multiplication des dictatures notamment en Amérique latine.

Recevoir la fraîcheur de l’utopie à l’œuvre dans l’inconscient collectif un demi-siècle plus tard, permet de se reconnecter avec le temps présent comme la nouvelle société qui se recrée le temps d’échanges autour de ronds-points habités par des Gilets jaunes comme après l’arrêt subit de l’économie intensive lors du premier confinement en mars 2020 : plutôt que la guerre, un temps des possibles s’ouvre alors autour de la solidarité et de la reconnexion avec ses proches et ses voisins pour faire face à la crise lancée par la pandémie. C’est à ce titre que cette libre pensée de l’utopie à l’œuvre sans dogmatisme ni propagande militante, fait de L’An 01 un film culte toujours très fertile comme l’ont saisi avec force les intervenants filmés en guise de documentaire (L’An 01-L’An 2021, même combat, enfin presque !) accompagnant sous la forme de bonus cette nouvelle édition Mediabook Blu-ray du film.

 

 

l-an-01-mediabok-collector-br
L’An 01
de Jacques Doillon, Alain Resnais et Jean Rouch
Avec : Daniel Auteuil (l'ex-banquier qui ne sait rien faire d'autre), François Béranger (le chanteur guitariste des « clés »), Romain Bouteille (le collectionneur de vieux billets de banque), Cabu (un membre des conspirateurs), François Cavanna (un membre des conspirateurs), Professeur Choron (un membre des conspirateurs), Coluche (le chef de bureau), Véronique Colucci (la dactylo assise), Gérard Depardieu (le voyageur qui ne veut plus prendre le train), Delfeil de Ton (un membre des conspirateurs), Jean-Paul Farré (le pompiste), Lee Falk (le banquier), Gotlib (le gardien de prison), Henri Guybet (le gars au réveille-matin), Jacques Higelin (le joueur de banjo), Gérard Jugnot (un goûteur, qui suggère qu'il est possible de manger du papier), Stan Lee (le narrateur des scènes à New York), Thierry Lhermitte (le goûteur d'alcool), Miou-Miou (la fille au réveille-matin), David Pascal (le vendeur de journaux), Marie Pillet (la cliente de l'épicerie), Jacques Robiolles (l'homme nu), Philippe Starck (un publicitaire), Jean-Paul Tribout (l'amoureux scientifique), Georges Wolinski (un membre des conspirateurs), Guillaume Weill-Raynal (un manifestant, en patins à roulettes Charlotte Dubreuil), Josiane Balasko, Alain Bert, Isabelle de Botton, Madeleine Bouchez, Jacques Canselier, Antoine Carillon, Christian Clavier, Maurice Coussonneau, Christine Dejoux, Albert Delpy, Marcel Gassouk, Gébé, Daniel Laloux, Patrice Leconte, René Marjac, Daniel Prévost, Maud Rayer, Patrice Minet, Alain Scoff, Frédéric Tuten
France, 1972.
Durée : 87 min
Sortie en salles (France) : 22 février 1973
Sortie France de l’édition collector, boîtier Mediabook Blu-ray : 22 septembre 2021
Format : 1,66 – Noir & Blanc
Langue : français.
Éditeur : LCJ Éditions

Bonus :
L’An 01-L’An 2021, même combat, enfin presque ! : rencontre avec Jacques Doillon, François Ruffin, Yves Frémion et Pacôme Thiellement à propos du film (52’)
le livret rédigé par Marc Toullec (76 pages)

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.