Jean Rouch ou le cinéma de la mémoire en action

2017 était l’année du centenaire de la naissance de Jean Rouch. Après des conférences et diverses manifestations, l’année se termine avec ce coffret DVD des Éditions Montparnasse réunissant 26 films réalisés par l’un des pères spirituels de la Nouvelle Vague.

"Babatu. Les 3 conseils" de Jean Rouch © Éditions Montparnasse "Babatu. Les 3 conseils" de Jean Rouch © Éditions Montparnasse

Sortie du coffret DVD : Jean Rouch, un cinéma léger !

L’homme aux plus de cent films réalisés de manière indépendante, plus proche du cinéma artisanal « léger » que de la lourdeur du cinéma de studio, n’a pas fini de surprendre par l’ampleur de son œuvre plus d’une décennie déjà après sa mort. Après avoir rendu accessibles en DVD plusieurs de ses films les plus connus, les éditions Montparnasse choisissent de réunir en un riche coffret de 10 DVD de plus de 16h00 de films, des courts et longs métrages éclairant d’une manière inédite le cinéaste ethnologue. De 1960 à 1997, de France, du Niger, du Mali, de la Côte-d’Ivoire en passant également par l’Iran et le Japon, c’est un voyage inédit en terre rouchienne qui est proposé à voir et à vivre ici. Cette édition ne s’adresse pas seulement aux initiés de son cinéma, puisque l’on retrouve mise en valeur le plaisir de découvrir l’ethnofiction, l’une de ses plus notables propositions cinématographiques, ou comment documenter le réel dit ethnographique à partir du récit mis en scène par les acteurs de la culture considérée. S’il est un scientifique en tant que chercheur au CNRS, la compréhension des cultures qu’il découvre à la fois fasciné et hypnotisé chez les Songhaï ou les Dogons, passe par l’exploration cinématographique de la mise en scène qui se déroule sous ses yeux. Le cinéma devient ainsi à la fois entre ses mains une nouvelle opportunité offerte à l’anthropologie d’appréhender le monde dans sa riche complexité en mêlant à la fois instrument scientifique et sensibilité poétique. De ce concept d’ethnofiction Moi fatigué debout, moi couché (1996-97), film le plus récent de ce coffret, constitue un vibrant hommage et une manière de faire une révérence pleine de reconnaissance de la part de Jean Rouch à Lam Ibrahim Dia, Tallou Mouzourane et Damouré Zika, ses acteurs et collaborateurs coauteurs multicasquettes sur plusieurs de ses films. Ainsi, le père de la Nouvelle Vague n’enferme pas ses films dans un cinéma d’auteur, au sens d’un artiste proposant un regard autocentré : le cinéma de Rouch se veut résolument collectif, c’est pourquoi il n’hésite pas à passer aussi devant sa propre caméra pour rejoindre ses amis de longue date auxquels il voue une profonde et sincère admiration. Une grande partie des films de ce coffret est en effet consacrée à des portraits de personnes qui comptent énormément dans le cinéma de Rouch, qu’il s’agisse du réalisateur de westerns Bill Witney, de l’ethnologue et proche collaboratrice de Rouch Germaine Dieterlen, ou en encore des cinéastes Raymond Depardon et Farrokh Gaffary, de l’artiste ethnologue Taro Okamoto, ainsi que de Théodore Monod, Hampâté Bâ, Stanislas Adotevi. Qu’il filme des rituels ou des individus, la caméra de Rouch est toujours animée par une véritable passion de l’expression humaine dans toute sa diversité pour répondre au défi de l’invention quotidienne ! Même dans un film de commande commémorant l’Indépendance de la République du Niger (Fêtes du Niger. Décembre 1961. Fêtes commémoratives de l’indépendance de la République) où il filme la mise en scène du pouvoir à travers la parole des orateurs et le défilé des hommes en armes, la dernière séquence de son film est consacrée à ces hommes et femmes de l’ombre qui démontent la tribune officielle. Même si le hors champs n’est jamais caché chez Rouch, il prend ici une nouvelle forme pour comprendre ses secrets de fabrication et il n’est pas rare à cet égard que l’on voit l’équipe du film comme appartenant au film lui-même en train de se faire en un quasi tourné-monté comme dans Ispahan. Lettre persane (1977), ses rencontres avec Depardon, Hampâté Bâ, etc. Car l’idée du cinéma vérité, si vérité pouvait avoir un sens dans le cinéma, passe aussi par le fait de filmer une caméra en action et la passage d’une caméra à l’autre entre Depardon et Rouch est d’ailleurs assez détonnante, illustrant avec l’humilité propre à ses deux hommes la spécificité de chacun. Par ailleurs, si l’ethnographie propre à Rouch est bien présente ici, à commencer par la mise en valeur de ce savoureux moment de cinéma qu’est Babatu, les 3 conseils (1973-76) qui vient d’être restauré, la fiction et la cinéphilie de Rouch est déclarée dans sa visite personnelle du musée du cinéma d’Henri Langlois sous la forme d’un Faire-part (1997) à l’heure où ce lieu de mémoire est voué à disparaître comme dans cet hommage à l’esprit de la Nouvelle Vague que constitue La Punition ou les mauvaises rencontres (1960-63) qui est à la fois la continuité fictionnée de Chronique d’un été (coréalisé avec Edgar Morin, 1961) et le portrait d’une jeune femme en quête d’elle-même, repris avec la même actrice dans le court métrage que Rouch réalisa dans le film à sketch Paris vu par… (segment Gare du Nord, 1965). Un cinéma léger par son accessibilité mais profond par l’ampleur de l’humanité éprouvée tel est aussi l’hommage que ce coffret DVD rend à Jean Rouch.

 

 

3346030028896
Jean Rouch, un cinéma léger !
ETHNOFICTIONS

DVD 1 

  • BABATU. LES 3 CONSEILS (96 min)

DVD 2 

  • ZOMO ET SES FRÈRES (19 min)
  • COUSIN, COUSINE (32 min)
  • DAMOURÉ PARLE DU SIDA (10 min)

DVD 3 • MOI FATIGUÉ DEBOUT, MOI COUCHÉ (87 min)

 

RITUELS TRADITIONNELS ET MODERNES

DVD 4

  • HAMPI. LE CIEL EST POSÉ SUR LA TERRE (23 min)
  • YENENDI DE GANGHEL. LE VILLAGE FOUDROYÉ (36 min)
  • PAM KUSO KAR. BRISER LES POTERIES DE PAM (13 min)
  • HORENDI (72 min)

DVD 5

  • BATTERIES DOGON. ÉLÉMENTS POUR UNE ÉTUDE DES RYTHMES (28 min)
  • FUNÉRAILLES À BONGO. LE VIEIL ANAÏ. 1848-1971 (70 min)

DVD 6

  • GERMAINE CHEZ ELLE (35 min)
  • HOMMAGE À MARCEL MAUSS. GERMAINE DIETERLEN (27 min)
  • GERMAINE ET SES COPAINS (16 min)

DVD 7

  • FÊTES DU NIGER. DÉCEMBRE 1961. FÊTES COMMÉMORATIVES DE L’INDÉPENDANCE DE LA RÉPUBLIQUE (33 min)
  • L’AFRIQUE ET LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE (31 min)
  • MONSIEUR ALBERT, PROPHÈTE (24 min)
  • LA GOUMBÉ ET DES JEUNES NOCEURS (30 min)

 

PROMENADES ET PORTRAITS

DVD 8

  • LA PUNITION OU LES MAUVAISES RENCONTRES (63 min)
  • FAIRE-PART. MUSÉE HENRI LANGLOIS-CINÉMATHÈQUE FRANÇAISE (53 min)

DVD 9

  • HAMPÂTÉ BÂ (45 min)
  • CINÉ-PORTRAIT DE STANISLAS ADOTEVI (10 min)
  • HOMMAGE À MARCEL MAUSS. TARO OKAMOTO (17 min)

DVD 10

  • ISPAHAN. LETTRE PERSANE (40 min)
  • CINÉ-PORTRAIT DE RAYMOND DEPARDON PAR JEAN ROUCH ET RÉCIPROQUEMENT (12 min)
  • CINÉ-PORTRAIT DE BILL WITNEY (11 min)

 

Durée totale du coffret : 16 h 02 min
Sortie France du coffret DVD : 15 décembre 2017
Couleur et Noir & Blanc
Langue : français.
Éditeur : Éditions Montparnasse

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.