Cédric Lépine
Critique de cinéma, essais littéraires, littérature jeunesse, sujets de société et environnementaux
Abonné·e de Mediapart

2070 Billets

5 Éditions

Billet de blog 15 janv. 2022

FIFP : "Le Monde d’hier" de Diastème

Quelques jours seulement avant le premier tour des élections présidentielles en France, la présidente de la République Elisabeth de Raincy, apprend que son successeur candidat va être mêlé à un scandale. Dès lors, la crainte de voir accéder à la présidence le candidat d’extrême droite est plus qu’envisageable.

Cédric Lépine
Critique de cinéma, essais littéraires, littérature jeunesse, sujets de société et environnementaux
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

4e édition du Festival international du film politique de Carcassonne 2022 : Le Monde d’hier de Diastème

Pour son quatrième long métrage, Diastème poursuit son exploration de la crainte de l’extrême droite en France après son film Un Français (2015). Cette fois-ci, la menace de l’arrivée au pouvoir présidentiel est le contexte qui va déterminer les choix des personnages principaux, en l’occurrence, la présidente et son principal conseiller, respectivement joué.e.s par Léa Drucker et Denis Podalydès. Contrairement à L’Exercice de l’État (2011) de Pierre Schoeller, l’analyse quasi documentaire du pouvoir dans ses arcanes n’est ici pas l’enjeu du film. On trouve davantage au centre du récit du Monde d’hier dont le titre se réfère au pessimisme politique de l’état du monde selon Stefan Zweig, la déliquescence du pouvoir jupitérien qui peut encore décider individuellement de toute la destinée d’un pays.

"Le Monde d’hier" de Diastème © Pyramide

Tourné avec peu de comédiens dans une mise en scène résolument théâtrale en intérieurs pour l’essentiel sous la forme d’un huis clos étouffant, Le Monde d’hier présente la solitude du pouvoir qui se gangrène peu à peu dans ses décisions arbitraires, loin de la réalité du quotidien. Léa Drucker incarne avec conviction ce rôle trouble de chef d’État face à un Denis Podalydès très touchant dans son implication à ses côtés.

Fasciné par ses deux acteurs, monstres sacrés du cinéma français, Diastème en oublie hélas d’insuffler un vrai sens de la mise en scène en laissant ses comédiens porter l’ensemble du récit. Le film souffre d’un filmage et d’un montage qui se contentent d’enchaîner les plans, tandis que les acteurs secondaires font souvent office de figuration, ne parvenant pas exister dans leurs postures trop figées à l’instar des décors que rien ne semble pouvoir bouger. Il manque un véritable dynamisme au film pour faire émerger la tension du thriller politique du début à la fin du récit. De même, le scénario manque clairement d’ambition dans sa réflexion politique lorsqu’il évacue les enjeux des rapports de pouvoir entre les personnages et ne garder que la trame inaboutie d’une histoire entre deux personnages.

Le Monde d’hier
de Diastème

Fiction
89 minutes. France, 2022.
Couleur
Langue originale : français

Avec : Léa Drucker, Denis Podalydès, Benjamin Biolay, Alban Lenoir
Scénario : Diastème avec la collaboration de Fabrice Lhomme, Gérard Davet, Christophe Honoré
Images : Philippe Guilbert
Montage : Chantal Hymans
Musique : Valentine Duteil
Production : Marielle Duigou et Philippe Lioret, Fin août productions
Distributeur (France) : Pyramide
Sortie salles (France) : 30 mars 2022

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Macron 2017 : la preuve que l’affaire a été enterrée
Le préfet Cyrille Maillet, nommé par Emmanuel Macron à la tête d’un service du ministère de l’intérieur, a personnellement classé l’enquête concernant des prestations de sécurité suspectes durant la campagne présidentielle, avec des motifs fallacieux et contre l’avis de trois sous-directeurs.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal — Discriminations
En Haute-Loire, au « pays des Justes » : la rumeur et les cendres
Le village de Saint-Jeures, réputé pour avoir sauvé des juifs pendant la guerre, n’est pas épargné par l’islamophobie. Quand Yassine, un jeune chef d’entreprise à son aise, décide d’y faire construire une maison et d’installer sa famille, les pires bruits se mettent à courir. Jusqu’à l’incendie.
par Lou Syrah
Journal — Politique
À l’approche de « l’élection reine », le vote bousculé
Au fil des scrutins, il semble de plus en plus difficile d’y voir clair dans les comportements électoraux. Deux ouvrages s’attaquent au problème sur des bases simples : comprendre et réhabiliter les absents des urnes et ajouter la loupe des histoires individuelles.
par Mathilde Goanec
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Un système pénal à abolir : perspectives féministes
Dans son essai Pour elles toutes. Femmes contre la prison, Gwenola Ricordeau propose une réflexion sur l'abolition du système pénal (police, justice, prison) d'un point de vue féministe, à contre-courant des courants dominants du féminisme qui prônent un recours toujours plus accru au pénal.
par Guillaume_Jacquemart
Billet de blog
Contrôleuse des lieux de privation de liberté : l’année Covid en prison
Mis en garde par la Contrôleuse générale des lieux de privation de liberté (CGLPL) pour les risques de cluster dans les prisons, le gouvernement a brillé par sa passivité. Rien d'étonnant, tant ses alertes et préconisations restent systématiquement lettre morte.
par lien-social
Billet de blog
Fermer une prison, y ouvrir une école et un musée
« Ouvrir une école, c’est fermer une prison », aurait dit Victor Hugo. Avec la fermeture imminente de la prison de Forest, un projet stratégique unique se présente aux acteurs politiques bruxellois : traduire la maxime d’Hugo en pratique et, en prime, installer un musée de la prison au cœur de l’Europe ! Par Christophe Dubois
par Carta Academica
Billet de blog
Le bracelet électronique, facteur et révélateur d'inégalités
Chercheur à l’École normale supérieure, Franck Ollivon propose une approche géographique du placement sous surveillance électronique. Il analyse notamment la façon dont, en reposant sur la restriction spaciale, le bracelet redessine les contours d’un espace carcéral, dans lequel les situations individuelles des placés sont inévitablement facteurs d’inégalités.
par Observatoire international des prisons - section française