Un superhéros indonésien est né

Dans la ville de Jakarta laissée à feu et à sang par des élites politiques corrompues, un homme possédant des mystérieux pouvoirs liés à la foudre va représenter l’espoir du peuple dans ses luttes sociales.

"Red Storm" (Gundala) de Joko Anwar © Condor "Red Storm" (Gundala) de Joko Anwar © Condor
Sortie DVD : Red Storm de Joko Anwar

Red Storm est le premier volet cinématographique d’une saga de superhéros indonésiens édités d’abord en comics sous la plume de son auteur original Harya “Hasmi” Suraminata. Ainsi, ce film prend un long temps d’exposition pour comprendre dans quel contexte social précis ce superhéros hors du commun apparaît. Tout commence ainsi par une longue scène d’exposition alors que le personnage principal est un enfant qui vient de voir mourir son père dans une manifestation face aux dirigeants de son entreprise. Les luttes sociales se trouvent très vite au cœur du récit dans un pays au bord du chaos. Il est rare qu’un film de superhéros s’intéresse autant à la réalité sociopolitique d’un pays et Gundala / Sancaka épouse les positions politiques de la population en luttes dans un pays où règne la corruption généralisée en faveur d’une petite élite politique et économique.

Le superhéros en question détient depuis sa naissance une relation étroite avec la foudre dont il tire les pouvoirs et la force. Devenu orphelin par les circonstances chaotiques du pays, il va apprendre à se battre en tant qu’enfant des rues livré à lui-même. Comme pour le film The Raid (2011) de Gareth Evans, également réalisé en Indonésie même si le réalisateur est britannique, la mise en scène des arts martiaux constitue la matière principale du film à laquelle s’ajoute la volonté d’installer un récit ouvrant la perspective d’une saga à l’instar de ce qu’a proposé ces dernières années Marvel. L’enfance du futur superhéros est ainsi étonnamment longue, puisque l’enfance n’est pas éjectée comme un simple préliminaire : il est considéré en soi. Gundala devient une figure héroïque nationale, capable d’offrir l’espoir et de donner une trajectoire pour des hommes politiques corrompus dès lors prêts à changer. La réalisation même si elle comporte quelques faiblesses dans la chorégraphie des combats notamment et dans le choix parfois un peu répétitif de certains décors, est appréciable notamment pour le travail de post-production comportant un sens du montage équilibré et dynamique. Si en outre le héros en question manque de charisme et semble davantage épouser de manière mutique le mouvement des foules que de l’incarner individuellement, le film affirme une tentative louable de briser le monopole hollywoodien de la mise en scène des superhéros adapté ici à la réalité politique indonésienne.

 

 

red-storm-5051889676980-0
Red Storm
Gundala
de Joko Anwar
Avec : Abimana Aryasatya (Sancaka / Gundala), Tara Basro (Wulan / Merpati), Bront Palarae (Pengkor), Ario Bayu (Ghani Zulham), Lukman Sardi (Ridwan Bahri), Arswendi Nasution (Ferry Dani), Pritt Timothy (Agung), Aqi Singgih (Ganda Hamdan), Donny Alamsyah (Fadli Aziz), Tanta Ginting (Ito Marbun), Dhimas Danang (Hasbi), Muzakki Ramdhan (Sancaka, enfant), Marissa Anita (Kurniati Dewi, la mère de Sancaka), Rio Dewanto (le père de Sancaka), Putri Ayudya (Indira Rahayu), Zidni Hakim (Dirga Utama), Cecep Arif Rahman (Swara Batin Sang Penari), Hannah Al Rashid (Cantika Sang Perawat), Asmara Abigail (Desti Nikita Sang Pelajar), Della Dartyan (Nila Umaya), Kelly Tandiono (Mutiara Jenar Sang Peraga), Daniel Adnan (Tanto Ginanjar Sang Penempa), Cornelio Sunny (Kanigara Sang Pelukis), Andrew Suleiman (Jack Mandagi Sang Peracik), Willem Bevers (le travailleur de la plantation), Sujiwo Tejo (Ki Wilawuk), Pevita Pearce (Sri Asih)
Indonésie – 2019.
Durée : 118 min
Sortie en salles (France) : inédit
Sortie France du DVD : 26 août 2020
Format : 2,40 – Couleur
Langues : indonésien, français - Sous-titres : français.
Éditeur : Condor Entertainment

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.