Le meurtrier au fond de la boîte de céréales

Sam, la trentaine, sans emploi, habite dans une chambre d'hôtel dont il va être chassé parce qu'il ne peut la payer. Il tombe sous le charme d'une jeune femme qui disparaît subitement.

"Under the Silver Lake" de David Robert Mitchell © Le Pacte "Under the Silver Lake" de David Robert Mitchell © Le Pacte

Sortie DVD : Under the Silver Lake de David Robert Mitchell

Bienvenu dans l'univers de l'étrange sous la férule d'un jeune épris de célébrité et qui végète en marge d'un monde inaccessible ! Le film prend les contours d'un thriller fantastique où les excès de violence du jeune personnage principal au visage de chérubin sont d'autant plus inquiétantes que rien ne les annonçait. Cheminant près du fantasme de la célébrité hollywoodienne qui tourne au cauchemar, le troisième long métrage de David Robert Mitchell est comme une nouvelle variation de Mulholland Drive de David Lynch. Le personnage principal va en deçà de la réalité par désir de la quitter, lui qui méprise la pauvreté, l'indigence et les coyotes, ces âmes errantes qui sont aussi les premiers habitants de la Californie, comme le rappelle aussi Nous les coyotes de Marco La Via et Hanna Ladoul, film indépendant qui a marqué les festival à l'ACID. Les deux films ont en commun les coyotes et à travers eux la volonte de faire le portrait d'une jeune génération qui ne trouve pas sa place sous le soleil californien. Profondément exclu et attendant un miracle tout droit issu d'une pure fiction, Sam s'engouffre dans son enquête en frôlant toujours plus les limites de la raison. Il s'improvise alors détective privé dans la tradition du film noir et déambule près de la faune de la haute société d'Hollywood dans un état d'esprit proche du détective privé drogué d'Inherent Vice (2014) de Paul Thomas Anderson. Pourtant, le thriller commence ici comme Chinatown de Polanski mais où s'incrustent les éléments de la culture geek avec jeux vidéos des années 1980, piste au trésor à dénicher dans une boîte de céréales... Rien n'est plausible dans cette enquête qui sonde l'âme d'un spectateur passif d'Hollywood qui sombre peu à peu dans la folie douce d'une théorie du complot où les puissants hommes d'affaire ont droit de vie et de mort sur leur entourage, à l'instar de nouveaux pharaons des temps modernes. Le film est un brillant exercice de style reconstituant la lumière fascinante du cinéma hollywoodien et des prises de vue subjectives qui plongent le spectateur dans un état sérieux d'anxiété profonde. Le film a beau être déroutant, saisissant, sa longueur (139 minutes) n'est cependant pas justifiée et aurait mérité un léger raccourcissement au montage.

 

 

under-the-silver-lake-dvd
Under the Silver Lake
de David Robert Mitchell
Avec : Andrew Garfield (Sam), Riley Keough (Sarah), Jimmi Simpson (Allen, l'ami de Sam), Topher Grace (l'homme au bar, ami de Sam), Zosia Mamet (Troy), Riki Lindhome (l'actrice qui rend visite à Sam), Callie Hernandez (Millicent Sevence), Patrick Fischler (l’auteur du fanzine Under the Silver Lake, adepte des théories du complot), Sydney Sweeney et India Menuez (les filles de l’agence d’escort-girls Shooting Star), Summer Bishil (l'ex-petite amie de Sam, modèle pour la campagne publicitaire « I can sea clearly now »), Grace Van Patten (la danseuse aux ballons), Luke Baines, Lola Blanc et Victoria Bruno (Jésus et les fiancées de Dracula), Laura-Leigh Claire (Mae), Allie MacDonald (une actrice), Jeremy Bobb (le compositeur), David Yow (le roi des gueux), Wendy Vanden Heuvel (la femme aux perroquets), Karen Nitsche (le baiser de la chouette), Don McManus (l’homme dans la cahute), Jessica Makinson (Mrs Sevence), Chris Gann (Jefferson Sevence), Sky Elobar (l'employé de la librairie de comics), Rex Linn (le gérant de la résidence)
USA, 2018.
Durée : 139 min
Sortie en salles (France) : 8 août 2018
Sortie France du DVD : 12 décembre 2018
Format : 2,40 – Couleur
Langues : anglais, français - Sous-titres : français.
Éditeur : Le Pacte

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.