L'esprit libertaire et irrévérencieux du Café de la Gare en deux films

Les éditions Tamasa sortent un coffret DVD contenant les deux longs métrages réalisés par Sotha avec les comédiens et l'esprit hors normes du Café de la Gare : irrévérencieux et jubilatoires !

"Au long de rivière Fango" de Sotha © Tamasa "Au long de rivière Fango" de Sotha © Tamasa

Sortie du coffret DVD : Cinéma fou du Café de la Gare de Sotha

1968 a accouché d'une nouvelle génération de comédiens anarchistes et libertaires. Certains sont apparus au Café de la Gare dont les membres fondateurs-constructeurs-comédiens avaient pour noms Romain Bouteille, Sotha, Coluche, Patrick Dewaere, Miou-Miou, Henri Guybet, etc. Ces deux films réalisés par Sotha (Catherine Sigaux pour l'état civil) s'inscrivent pleinement dans l'esprit du Café de la Gare. C'est une nouvelle aventure pour Sotha que le passage à la réalisation cinématographique avec ces deux premiers longs métrages portés autant par ses comédiens de la troupe du Café de Théâtre que par ses scénarios originaux. Au long de rivière Fango est le plus cinématographique des deux films, le plus ambitieux, le plus abouti. Quittant les planches du théâtre pour un décor en pleine nature parmi une communauté d'hommes et de femmes qui ont décidé d'expérimenter de nouveaux codes sociaux, le film saisit avec une très grande subtilité l'ambiance de son époque, opposant le pragmatisme capitaliste aux rêves des utopistes mettant en pratique un nouvel art de vivre. Le film est porté par ses comédiens sans hiérarchie entre eux, chacun portant un registre distinct d'interprétation entre Emmanuelle Riva, Rufus, Romain Bouteille et Patrick Dewaere ! Il y est question de beaux princes charmants qui cachent des prédateurs capitalistes sans scrupules prêts à s'abattre sur ce petit paradis sur terre où les femmes notamment sont les maîtresses de leur destin. Le film à la fausse apparence légère frôle le drame et se cristalise sous les traits d'une fable politique libertaire d'une grande force dont l'un des héritiers directs dans le cinéma contemporain n'est autre qu'Alain Guiraudie, par ses fables politiques que constituent chacun de ses films.
Le Graphique de Boscop est quant à lui une succession de séquences tournées en intérieurs où défilent les comédiens du Café de la Gare dont Sotha la réalisatrice elle-même. Le contexte est sordide, proche d'Affreux, sales et méchants dans un premier temps mais avec en outre une irrévérence libertaire qui fait totalement fi du réalisme à l'écran. Le film précède l'expérience du Père Noël est une ordure dans sa volonté iconoclaste de tourner en dérision même l'invraisemblable ! Romain Bouteille se prend à jouer dans certaines séquences chantées un simili de Claude François accompagné de ses Claudettes, sur scène comme sur les plateaux de télévision, tournant en dérision la société du spectacle des années 1970 où la télévision commence à prendre une place toujours plus grande et étouffante dans les foyers. Les situations sont toutes plus improbables et irréalistes les unes que les autres et réaffirme l'esprit Café de la Gare sur grand écran ! Un esprit que cette nouvelle édition permet de redécouvrir, avec le même plaisir que l'aventurier cinéphile se retrouvant seul face à une nouvelle planète.

 

 

 

cinema-fou-du-cafe-de-la-gare-dvd
Au long de rivière Fango
de Sotha
Avec : Emmanuelle Riva (Mathilde), Rufus (Jérémie), Elisabeth Wiener (Roberte), Romain Bouteille (Nathaniel), Sophie Chemineau (Lucille), Christine Dejoux (Maurine), Patrick Dewaere (Sébastien), Ben Mangelsohots (Bild), Catherine Ringer
France, 1975.
Durée : 107 min
Sortie en salles (France) : 22 janvier 1975

Le Graphique de Boscop
de Sotha et Georges Dumoulin
Avec : Romain Bouteille (Roger Dendron), Catherine Mitry (Dorothée, sa femme), Philippe Manesse (Pissenlit, leur fils), Sotha (Clémentine, leur fille), Patrice Minet (Mozart), Jacques Sigaux (Ahmed, éboueur arabe), Odile Barbier (La Fleur, serveuse), Marie-Christine Descouard (Marguerite Valence), Christian Spillemaecker (Jacques Chambille), Sophie Barjac, Dany Boiseau, Dominique Grand, Nadine Monnier
France, 1976.
Durée : 116 min
Sortie en salles (France) : 1er décembre 1976


Sortie France du coffret DVD : 6 novembre 2018
Format : 1,66 – Couleur
Langue : français.
Éditeur : Tamasa Diffusion
Bonus :
DVD 1 :
L’Art et les restes Making of (8’)
Bande-annonce Les Matous sont romantiques
Patrick dans les matous (1’)
Feuilletage (10’)
Les sourds-muets… en anglais (4’)
Patrick et les Robots (7’)
Court-métrage : Glissom Butreu (13’)
DVD 2 :
Le Graphique au théâtre scènes alternatives filmées avec différents comédiens du Café de la Gare (56’)
Bande-annonce : Tant pis si je meurs

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.