Après "La Guerre des boutons", le retour du Petit Gibus

Le jeune Bébert et sa famille font leurs dernières courses à Paris avant de partir en vacances. Le frère de Bébert qui donne un rencard à une fille d'un magasin, se sert de son petit frère pour rester plus longtemps dans la capitale. Au retour en train, il perd Bébert resté dans un wagon différent du sien.

"Bébert et l'omnibus" d'Yves Robert © Gaumont "Bébert et l'omnibus" d'Yves Robert © Gaumont

Au sujet de l'édition Blu-ray de Bébert et l'omnibus d'Yves Robert

Réalisé dans la foulée du succès de La Guerre des boutons du même Yves Robert, Bébert et l'omnibus reprend l'énergie de ce film ainsi que plusieurs acteurs. La Guerre des boutons est tellement présente, que les producteurs, jouant sur le capital affectif du jeune acteur Martin Lartigue, l'ont crédité au générique du film du nom du personnage de La Guerre des boutons ! Ainsi, Bébert est interprété par Petit Gibus ! La décennie 1960 démarre ainsi avec une série de brillants films mettant à l'honneur l'enfance dans des styles distincts, entre Les Quatre-cents coups de François Truffaut, Zazie dans le métro de Louis Malle et ces deux films d'Yves Robert. La vision de Bébert et l'omnibus partagé avec un public intergénérationnel n'a pas perdu de sa force humoristique plus d'un demi siècle après sa réalisation. Si Bébert est au centre du récit, il est entouré d'une galerie d'acteurs qui s'investisse à cœur joie pour assumer leurs micro scènes avec une énergie et une vitalité propres à chacun. On retrouve ici en effet une brochette d'acteurs que l'on retrouve dans plusieurs films comiques qui ont marqué les décennies suivantes du cinéma français. Ainsi, la plupart des gendarmes de la série du Gendarme de Saint-Tropez apparaissent préalablement dans ce film dans le rôle de... gendarmes. Quant au jeune Jacques Higelin, qui joue le rôle du grand-frère dragueur inlassable, touchant et drôle, il constitue une grande révélation pour qui ne le connaissait pas en tant qu'acteur !
Bébert et l'omnibus ressemble dans sa construction, dans ses ressorts comiques et sa dynamique, beaucoup à Zazie dans le métro tout en étant un film tout à fait personnel et qui respire la joie de vivre et la vision du cinéaste Yves Robert qu'il n'a jamais perdu d'un film après l'autre. Cette influence démontre aussi l'effervescence créatrice du cinéma de cette époque qui ne se réduit pas au seul coup de force de la bande des Cahiers du Cinéma. Ainsi, Bébert et l'omnibus constitue à la fois une réussite de la comédie et du regard ludique porté sur l'enfance atemporelle.

 

 

bebert-et-l-omnibus-3607483207451-0
Bébert et l'omnibus
d'Yves Robert
Avec : Martin Lartigue (Bébert Martin, le petit garçon), Jacques Higelin (Tiennot Martin, le frère aîné de Bébert), Blanchette Brunoy (Mme Martin), Jean Richard (M. Martin), Pierre Mondy (Parmelin, chef de gare de Verneuil-l'Étang), Michel Serrault (Barthoin, l'inspecteur des transports), Jean Lefebvre (Glandier, l'agent d'entretien), Tsilla Chelton (la voyageuse aux pommes et aux multiples maladies), Madeleine Clervanne (la vieille dame au chien), Christine Aurel (une fille dans le train), Christian Marin (le chef de gare d'Ozouer-le-Voulgis), Albert Rémy (le brigadier Belissard), Guy Grosso (un gendarme), Michel Modo (un gendarme), Pierre Tornade (le policier parisien appelé en renfort par Bébert), Sophie Grimaldi (la jolie rousse, vendeuse à la Samaritaine), Christine Janin (la petite Martin), Michelle Bardollet (une jeune du train), Françoise Deldick (la jeune paysanne allant chercher ses vaches), Michel Isella (le cadet des Martin), André Desplanches (le benjamin des Martin), Christian Alers (Barnier, le chef de gare de Tournan), Yves Robert (Chaussin, l'amant d'Henriette), Paul Mercey (Hubert Pignal, l'automobiliste industriel et cocu), Pierre Maguelon (Perrin, le chef de gare de Gretz), Nono Zammit (un contrôleur S.N.C.F), André Gaillard (un caissier de la Samaritaine), Max Amyl (un conducteur de train), Bernard Charlan (le turfiste qui suit les résultats des courses sur la radio de Tiennot), Alain Franco
France, 1963.
Durée : 95 min
Sortie en salles (France) : 3 décembre 1963
Sortie France du Blu-ray : 28 octobre 2015
Format : 1,66 – Noir & Blanc
Langue : français - Sous-titres : français.
Éditeur : Gaumont Vidéo
Bonus :
Entretien avec Martin Lartigue, réalisé par Dominique Maillet (HD)
Bande-annonce (HD)

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.