"Luca" un film d’Enrico Casarosa

Aux fonds des mers, Luca rêve d’aventures mais ses parents lui défendent de rejoindre la surface dominée par des humains dangereux. En dehors du monde aquatique, sa queue de poisson disparaît et il devient un garçon humain dans un petit village d’Italie aux côtés d’un nouvel ami.

"Luca" d’Enrico Casarosa © DR "Luca" d’Enrico Casarosa © DR
Sortie Disney+ (France) du 18 juin 2021 : Luca d’Enrico Casarosa

Suite à plus d’une année de pandémie entraînant les fermetures des salles de cinéma dans le monde, Luca est le troisième long métrage de Pixar à sortir directement sur une plateforme sans diffusion en salles, après En avant (Onward, 2020) de Dan Scanlon et Soul (2020) de Pete Docter. Il s’agit là du premier long métrage réalisé par Enrico Casarosa qui choisit de partager les souvenirs de son enfance passée dans un village italien. Le film s’inscrit pleinement dans l’univers Pixar, à la fois par les thématiques d’opposition entre le monde humain et les autres, la question de la marginalité, de la tolérance, de l’amitié et le sens de la grande aventure dans les petits défis quotidiens de l’existence. En suivant également la tradition Disney d’associer un nouveau récit à une nouvelle destination touristique, c’est ici le charme de la Riviera italienne qui est mis à l’honneur à partir du regard d’un enfant qui cherche à trouver sa place dans la société que ses parents n’ont eu de cesse de décrire comme la somme de tous les dangers possibles à éviter. Car pour les humains, Luca et tous les êtres aquatiques autour de lui sont des monstres. Luca, surmontant sa peur et encouragé par son amitié pour un garçon solitaire qui n’a pas eu la chance d’avoir l’affection et le soutien d’une famille, suit un parcours initiatique où le monde de la fin de l’enfance s’ouvre à lui.

Le récit est ainsi brillamment mis en valeur autour des grandes valeurs de l’amitié, de la solidarité, de l’amour de la famille, parfois étouffant mais toujours au final bienveillant et compréhensif. Le message également mis en exergue est celui de la tolérance face aux étranges êtres venus de la mer cherchant à s’intégrer dans la société dans ce petit village d’Italie où tout est possible, à l’instar de la réalité de l’hospitalité qui a été possible ces dernières années suite à l’initiative d’habitants italiens se dévouant à accueillir les migrants échoués sur les rives italiennes. Cette histoire ne se contente pas d’être une description touristique du charme de l’Italie rurale d’antan, elle peut aussi être, en fonction des interprétations libres, un enjeu politique contemporain.

Quant à l’animation, elle fait la part belle aux couleurs rutilantes du soleil italien comme des différentes formes appréhendées dans le monde aquatique dans un plaisir de plonger dans un savoir-faire cultivé maintenant depuis plus de 25 ans par Pixar.

 

 

sidekick-teaser-poster-france-jpg
Luca
d’Enrico Casarosa
Fiction
96 minutes. USA, 2021.
Couleur
Langue originale : anglais

Scénario : Jesse Andrews et Mike Jones d'après une histoire originale d'Enrico Casarosa, Jesse Andrews et de Simon Stephenson
Images : David Juan Bianchi, Kim White
Montage : Catherine Apple, Jason Hudak
Musique : Dan Romer
Décors : Daniela Strijleva
Casting : Natalie Lyon, Kevin Reher
Société de production : Pixar Animation Studios
Production : Andrea Warren
Production exécutive : Pete Docter, Peter Sohn et Kiri Hart

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.