"Les Affranchis" de Martin Scorsese : an american way of life

Henry Hill a pu évoluer et se faire une place privilégiée dans son quartier en appartenant très jeune à un groupe d’hommes aux activités hors-la-loi sous la protection d’un parrain italien local.

"Les Affranchis" (Goodfellas) de Martin Scorsese © Warner Bros. "Les Affranchis" (Goodfellas) de Martin Scorsese © Warner Bros.
Sortie de l’édition Titans of Cult - SteelBook 4K Ultra HD + Blu-ray + goodies : Les Affranchis de Martin Scorsese

Pour fêter les 30 ans des Affranchis, voici une nouvelle édition vidéo Titans of Cult en SteelBook comprenant la version4K Ultra HD, le Blu-ray et des goodies (la recette d’un plat de Catherine Scorsese que l’on voit dans le film dans une séquence cultissime et un pins à l’effigie du Copacabana Club). Trois décennies déjà et le film conserve son statut imposant de chef-d’œuvre complet de Martin Scorsese qui ne souffre aucunement du temps, au contraire, puisqu’il se bonifie dans une succession de séquences cultes où les acteurs livrent des interprétations uniques à la fois dans leurs débordements de violence inattendue comme dans les petits détails du quotidien à travers le subtil jeu de regard d’un De Niro par exemple. Le recul de ces trois décennies permet également de saisir à quel point ce film a influencé de nombreuses séries, de films, de cinéastes. Le cinéphile Martin Scorsese fait en effet figure de passeurs entre les époques, lui-même ayant autant puiser ses sources d’inspiration dans le cinéma classique ses mises en scène et ses représentations de gangsters, que dans les ressources documentaires de sa vie d’enfant dans les quartiers où ces hommes affranchis des lois du commun des mortels pouvaient être aussi fascinants que repoussants pour le jeune homme asthmatique replié chez lui et dans les salles de cinéma.

S’éloignant de l’esprit baroque et shakespearien de la trilogie du Parrain de Coppola, Scorsese décrit pourtant un monde similaire mais à travers un regard documentaire et anthropologique en s’accrochant à une somme de petits détails dans une mise en scène quasi fétichiste de la représentation des gangsters. Son récit construit par la fascination d’une communauté masculine en apparence extrêmement solidaire entre ses membres épouse celui d’un jeune personnage qui connaîtra une ascension fulgurante digne de la meilleure consécration du mythe de l’American way of Life ainsi qu’une chute inéluctable dans un milieu où la paranoïa entraîne des flambées de violence qui n’épargnent personne.
Lui-même marqué par la force intrinsèque de son propre film, Martin Scorsese en a ensuite proposé de nouvelles variations au fil des années avec Casino, Les Infiltrés et dernièrement The Irishman. Au fil de ses films sur les gangsters, le cinéaste a offert la mise en miroir de l’histoire des USA dans l’outrance de l’exercice de ses principes idéologiques, qu’il s’agisse de son ultralibéralisme de la libre entreprise placé au-dessus de l’intérêt général que du culte patriarcal de la domination masculine par le port fétichiste d’une arme à feu.

 

 

71-klsw6uul-ac-sx342
Les Affranchis
Goodfellas
de Martin Scorsese
Avec : Robert De Niro (James « Jimmy » Conway), Ray Liotta (Henry Hill), Joe Pesci (Tommy DeVito), Lorraine Bracco (Karen Hill), Paul Sorvino (Paul Cicero), Frank Sivero (Frankie Carbone), Tony Darrow (Sonny Bunz), Mike Starr (Frenchy), Frank Vincent (Billy Batts), Chuck Low (Morris « Morrie » Kessler), Frank DiLeo (Tuddy Cicero), Henny Youngman (lui-même), Gina Mastrogiacomo (Janice Rossi), Catherine Scorsese (la mère de Tommy), Charles Scorsese (Vinnie), Suzanne Shepherd (Jacqueline Cohen) (la mère de Karen), Debi Mazar (Sandy), Margo Winkler (Belle Kessler), Welker White (Lois Byrd), Jerry Vale (lui-même), Julie Garfield (Mickey Conway), Christopher Serrone (Henry Hill, jeune), Elaine Kagan (la mère d'Henry), Beau Starr (le père d'Henry), Kevin Corrigan (Michael Hill), Michael Imperioli (Spider), Robbie Vinton (Bobby Vinton), Johnny Williams (Johnny Roastbeef), Daniel P. Conte (le docteur Dan), Tony Conforti (Tony), Frank Pellegrino (Johnny Dio), Ronald Maccone (Ronnie), Tony Sirico (Tony Stacks), Joe D'Onofrio (Tommy, jeune), Illeana Douglas (Rosie), Susan Varon (Susan), Clem Caserta (Joe Buddha), Samuel L. Jackson (Stacks Edwards), Edward McDonald (le procureur fédéral), Edward Hayes (l'avocat de la défense), Tony Lip (Frankie « The Wop »), Peter Cicale (Pete, l'assassin), Anthony Powers (Jimmy « Two Times »), Vincent Pastore (l'homme avec un guéridon), Vincent Gallo (un membre de l'équipe d'Henry dans les années 1970), Peter Onorati (le bookmaker de Floride), Tobin Bell (l'officier de libération sur parole)
USA, 1990.
Durée : 146 min
Sortie en salles (France) : 12 septembre 1990
Sortie France de l’édition Titans of Cult - SteelBook 4K Ultra HD + Blu-ray + goodies : 16 septembre 2020
Format : 1,85 – Couleur
Langues : anglais, français, espagnol, allemand - Sous-titres : anglais, français, espagnol, allemand, néerlandais.
Éditeur : Warner Bros. Entertainment France


Bonus :
Ultra HD 4K :
Commentaires audio (VO) :

  • Martin Scorsese, Robert De Niro, Ray Liotta, Joe Pesci, Lorraine Braco, Nicholas Pileggi, Michael Ballhaus et Thelma Schoonmaker
  • Henry Hill, Ed McDonald


Blu-ray du film :
Commentaires audio (VO) :

  • Martin Scorsese, Robert De Niro, Ray Liotta, Joe Pesci, Lorraine Braco, Nicholas Pileggi, Michael Ballhaus et Thelma Schoonmaker
  • Henry Hill, Ed McDonald


« Les Gangsters de Scorsese » : making of rétrospectif (« Scorsese’s Goodfellas », 2015, 29’54”)
« En formation » : making of (« Getting Made », 2004, 29’39”)
« Affranchis » : l’héritage du film (« Made Men », 2004, 13’35”)
« Les Gangsters du quotidien » : interview de Henry Hill et de l’équipe du film à propos des gangsters (« The Workaday Gangster », 2004, 8’)
« Maquettes de Martin Scoresese » : annotations et croquis de Martin Scorsese (« Paper is Cheaper Than Film », 4’30”)
« Ennemis publics : l’âge d’or des films de gangsters » : documentaire (2008, 105’13”)
Cartoons :

  • « I Like Mountain Music » (7’02”)
  • « She Was an Acrobat’s Daughter » (8’39”)
  • « Racketeer Rabbit » (7’55”)
  • « Bugs and Thugs » (7’14”)

Bande-annonce « Les Affranchis » (1’30”, VO)

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.