Cédric Lépine
Critique de cinéma, essais littéraires, littérature jeunesse, sujets de société et environnementaux
Abonné·e de Mediapart

2019 Billets

5 Éditions

Billet de blog 17 oct. 2021

Cinemed 2021 : "Hive" un film de Blerta Basholli

Suite à la disparition de son époux dans la guerre du Kosovo dont elle ne peut faire le deuil en absence de corps, Fahrije tente de survivre. Elle essaie alors de monter une activité économique pour faire vivre sa famille, ce qui est violemment rejeté par la communauté patriarcale qui l’entoure.

Cédric Lépine
Critique de cinéma, essais littéraires, littérature jeunesse, sujets de société et environnementaux
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

"Hive" de Blerta Basholli © DR

Long métrage en compétition fiction à la 43e édition de Cinemed, le festival de cinéma méditerranéen : Hive de Blerta Basholli

Pour son premier long métrage, Blerta Basholli réveille les fantômes de la guerre du Kosovo deux décennies plus tôt avec l’adaptation de l’histoire vraie de Fahrije Hoti. Hive se situe après les massacres ethniques et les déplacements de population où ont disparus beaucoup d’Albanais durant la guerre du Kosovo. Des veuves sont alors devenues peu à peu une norme sociale comme il en est question dans le film, mais où le patriarcat continuait à faire des ravages. Le film raconte le combat d’une femme qui a perdu son époux dans le conflit ethnique mais dont le corps n’a pas été retrouvé. Face à la difficulté de faire son deuil en l’absence de corps, Fahrije tente de reprendre les activités de son époux mais sans succès. Elle quitte alors la sphère habituelle dévolue aux femmes et se met à conduire une voiture et à lancer une entreprise économique autour de la conception et de la vente de crème de poivron. Or, dans cette communauté villageoise gangrenée par le patriarcat, son indépendance pratique est violemment réprimée.

Tout l’enjeu du film consiste alors à suivre ce personnage dans son quotidien et notamment sa confrontation à l’intolérance masculine à l’égard de l’émancipation féminine. Cette violence s’exprime aussi de la part d’autres femmes et sa propre fille à son égard. Cependant, la caméra ne cesse de la suivre dans un perpétuel mouvement qui rappelle la nécessité de l’activité physique pour dépasser l’oppression sociale. Fahrije, dans la manière que Blerta Basholli la met en scène et la suit avec la caméra de son chef opérateur, ressemble à la Rosetta des frères Dardenne. Ce qui prouve que la force pour dépasser une situation sociale oppressante passe par la nécessité d’être acteur.rice de sa vie, dans un mouvement constructif.

Ce portrait d’une femme combative qui fait essaimer sa force de résilience auprès d’autres veuves, a des répercussions sociales certaines. C’est avec sobriété et la force de sa mise en scène que Blerta Basholli rend hommage à cette femme symbole de l’épanouissement au féminin, qui a su tenir tête à un cadre patriarcal particulièrement destructeur pour renaître et s’affirmer dans la dignité de son intégrité.

Hive
Zgjoi
de Blerta Basholli

Fiction
83 minutes. Kosovo, Suisse, Albanie, République de Macédoine, 2021.
Couleur
Langue originale : albanais

Avec : Yllka Gashi (Fahrije), Çun Lajçi (Haxhi), Aurita Agushi (Zamira), Kumrije Hoxha (Nazmije), Adriana Matoshi (Luma), Kaona Sylejmani (Zana), Astrit Kabashi (Bahri), Molikë Maxhuni (Emine), Blerta Ismaili (Edona), Ilir Prapashtica
Scénario : Blerta Basholli
Images : Alexander Bloom
Montage : Félix Sandri, Enis Saraçi
Musique : Julien Painot
Son : Philippe Ciompi
Directeur artistique : Vlatko Chachorovski
Costumes : Fjorela Mirdita, Hana Zeqa
Casting : Blerta Basholli
Production : Ikone Studio, Industria Film
Coproduction : Alva Film, AlbaSky Film, Black Cat Production
Producteurs : Valon Bajgora, Agon Uka, Yll Uka
Coproducteurs : Kristijan Burovski, Britta Rindelaub, Tomi Salkovski, Paskal Semini

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus

À la Une de Mediapart

Journal — Diplomatie
Moyen-Orient : le président réhabilite le « prince tueur »
Commanditaire de l’assassinat du journaliste Jamal Khashoggi, le prince héritier saoudien « MBS » était jugé infréquentable par les dirigeants occidentaux. En lui rendant visite, le président français brise sa quarantaine diplomatique, et vend au passage 80 Rafale à son homologue émirati et allié dans la guerre du Yémen, « MBZ ».
par René Backmann
Journal — France
Procès des sondages de l’Élysée : le PNF requiert finalement l’incarcération de Claude Guéant
La réouverture des débats a opposé deux thèses, ce vendredi, au tribunal de Paris. L'ex-ministre de Sarkozy assure qu’il ne peut pas rembourser plus rapidement ce qu’il doit encore à l’État. Le Parquet national financier estime au contraire qu’il fait tout pour ne pas payer.
par Michel Deléan
Journal — Santé
Didier Raoult sanctionné par la chambre disciplinaire du conseil de l’ordre
La chambre disciplinaire de l’ordre des médecins a sanctionné, le 3 décembre, d’un blâme le professeur Didier Raoult. Lors de son audition devant ses pairs, il lui a été reproché d’avoir fait la promotion de l’hydroxychloroquine sans preuve de son efficacité.
par Pascale Pascariello
Journal — Cinéma
Jean-Luc Godard, l’entretien impossible
À l’heure où les bouleversements politiques, écologiques et sociaux semblent marquer la fin d’une époque, Mediapart a eu envie de rendre visite à Jean-Luc Godard, dont les films sont des mises en abyme inégalées des beautés et des troubles du monde. Mais rien ne s’est passé comme prévu. 
par Ludovic Lamant et Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
Ne vous en déplaise, Madame Blanc
Plusieurs médias se sont fait l’écho des propos validistes tenus par Françoise Blanc, conseillère du 6ème arrondissement de Lyon du groupe « Droite, Centre et Indépendants » lors du Conseil municipal du 18 novembre dernier. Au-delà des positions individuelles, cet épisode lamentable permet de cliver deux approches.
par Elena Chamorro
Billet de blog
Exaspération
Rien n’est simple dans la vie. Ce serait trop facile. À commencer par la dépendance physique à perpétuité à des tiers, professionnels ou non. Peut-être la situation évoluera-t-elle un tant soit peu lorsque les écoles de formation aux métiers du médico-social et du médical introduiront la Communication NonViolente (CNV) et le travail en pleine conscience dans leurs modules ?
par Marcel Nuss
Billet de blog
Handicap, 4 clés pour que ça change !
Engagée depuis vingt ans pour l’égalité des droits de toutes et tous, je constate comme chacun que les choses avancent très peu. Les changements arriveront lorsqu’il sera compris que le handicap est un sujet social dont tout le monde doit s’emparer. Le 3 décembre, journée internationale du handicap : voici 4 solutions pour qu’advienne enfin une société inclusive !
par Anne-Sarah Kertudo
Billet de blog
Précarité = Adelphité
Nous exclure, nous isoler, nous trier a toujours été admis; nous sacrifier n’a jamais été que le pas suivant déjà franchi par l’histoire, l’actualité nous a prouvé que le franchir à nouveau n’était pas une difficulté.
par Lili K.