"Tomiris" un péplum kazakh d’Akan Satayev

Après avoir vu, enfant, l’assassinat par traîtrise de son père le roi des Masagètes, Tomiris, devenue adulte, accomplit sa vengeance et se retrouve à la tête des tribus des steppes d’Asie Centrale.

"Tomiris" d’Akan Satayev © M6 Vidéo "Tomiris" d’Akan Satayev © M6 Vidéo
Sortie DVD : Tomiris d’Akan Satayev

Ce film à grand spectacle est issu du Kazakhstan, rappelant la cinématographie éclectique et active de ce pays. En effet, en France le cinéma kazakh est davantage connu des cinéphiles avec les films de Darezhan Omirbaev dont les films ont séduit de nombreux festivals internationaux avec notamment Kairat (1992), Tueur à gages (1998), La Route (2001)… Le Kazakhstan a encore fait parler de lui en 2008 au festival de Cannes avec Tulpan réalisé par Sergueï Dvortsevoï, cinéaste revenu dans le même festival une décennie plus tard avec Ayka. Face à ces films intimistes, néo-réalistes au contenu hautement documentaire, Tomiris, en proposant un récit à grand spectacle autour de la figure légendaire de la reine éponyme qui vaincut rien moins que Cyrus le Grand, en suivant les récits de l’historien Hérodote, une nouvelle ambition de l’industrie nationale de cinéma. Il s’agit notamment de mettre en scène une épopée pour souligner l’héroïsme d’un peuple guerrier qui a réussi à s’opposer à la soif de conquêtes d’un empire imbu de lui-même, autour d’un singulier personnage féminin, reprit d’ailleurs dans l’histoire de la littérature comme de la peinture. L’enjeu n’est pas ici de restituer une évocation historique précise, même si les costumes sont particulièrement soignés et que les enjeux des conflits ne cachent nullement des héros qui ne cherchent pas la paix puisqu’ils vivent des pillages auprès de la population civile des tribus voisines. Si le personnage de Tomiris s’impose, c’est d’abord par sa force au combat, sa détermination sans qu’à aucun moment sa position de femme ne soit remise en cause dans la légitimité à gouverner et à se battre. Ce regard est plutôt inédit de ce point de vue.
En revanche, le scénario qui n’a pour but que d’enchaîner les scènes de combats impliquant des centaines de cavaliers armés, est assez pauvre, faute d’enjeux politiques et historiques d’un côté, et de personnalités psychologiques complexes de l’autre. Quant aux scènes de combat, elles ne déméritent pas face à ce qui peut se faire dans le cinéma de blockbuster made in USA and China, mais n’imposent pas non plus un point de vue original. Tomiris a pour lui de remettre en avant la découverte d’une figure semi-légendaire féminine pour continuer à déplacer le barycentre des rapports de genres dans la perception de l’histoire humaine.

 

 

tomiris-dvd
Tomiris
d’Akan Satayev
Avec : Almira Tursyn (Tomiris), Adil Akhmetov (Argun), Erkebulan Dairov (Harasp), Berik Aytzhanov (Kurtun), Satybaldy Azamat (Kavaz), Aizhan Lighg (Sardana), Ghassan Massoud (Cyrus)

Kazakhstan, 2019.
Durée : 122 min
Sortie en salles (France) : inédit, projection le 2 septembre 2020 à L’Étrange festival
Sortie France du DVD : 2 décembre 2020
Format : 2,39 – Couleur
Langues originales : kazakh, russe, arabe, perse – Doublage : français - Sous-titres : français.
Éditeur : M6 Vidéo

Bonus :
Scènes coupées

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.