Y a-t-il un réalisateur dans le film ?

Pour échapper aux hommes qui menacent de le découper s’il ne rembourse par leur patron, Mika se réfugie en prison et cohabite avec l’étrange Poutine, prêt à tout pour lui.

"Inséparables" de Varante Soudjian © M6 "Inséparables" de Varante Soudjian © M6
Sortie DVD : Inséparables de Varante Soudjian

Pour réaliser une comédie facile qui doit remporter plus que l’investissement de départ, prenez des comiques, connus mais pas trop pour que leur cachet ne fasse pas exploser le budget, associez-les à une structure de récit propre au buddy movie mêlant deux êtres opposés mais extrêmement liés à la manière des comédies écrites par Francis Veber notamment autour du duo Gérard Depardieu/Pierre Richard, ajoutez un peu d’action, quelques méchants, des blagues éculées, une fascination pour le monde des riches hommes d’entreprise et vous aurez un produit consommable à souhait qui peut se cloner à l’infini avec toujours le même goût insipide. L’écriture du scénario d’Inséparables plonge dans l’expression la plus profonde de la paresse en multipliant sans cesse les situations les plus attendues, ce qui nuit totalement au dynamisme des acteurs qui aimeraient offrir pourtant le meilleur d’eux-mêmes alors qu’ils ont rarement comme ici un premier rôle à l’écran. Ahmed Sylla peine à trouver le comique de son personnage alors qu’Alban Ivanov, peut-être parce qu’il est moins exposé en tant que second rôle, se lâche à cœur joie dans tous les excès de son personnage. Globalement, les acteurs sont clairement livrés à eux-mêmes avec un metteur en scène plutôt absent ou alors incapable d’insuffler un minimum de personnalité à son travail. Le talent comique d’Ahmed Sylla est complètement inexploité et le scénario aurait gagné à ce que celui-ci s’implique dans l’écriture de son personnage. Le film s’affirme en outre comme une comédie de droite décomplexée dans la lignée de celles qui ont fleuri cette dernière décennie et dont l’acteur Christian Clavier a été le fer de lance. Ici, une famille d’honnêtes et riches (difficile à entendre cette incompatibilité sociétale contemporaine que seule une fiction de droite décomplexée pouvait imaginer) entrepreneurs accueille les bras ouverts un jeune homme brillant mais qui cache une fausse identité et un sens de la triche inégalable qui lui permet de gravir tous les échelons qu’il souhaite jusqu’à se marier pour adopter le statut social de sa nouvelle famille. Dès lors, le ressort comique repose sur cet intrus menteur et tricheur dont la générosité de la riche famille au grand cœur n’a pas su se protéger… ou comment faire avaler la pilule des valeurs de l’élite économique en utilisant dans un film un personnage d’origine modeste pour entrer rêver sur la côte d’Azur où le fantasme absolu n’est que bling bling.

Difficile de rire en l’absence d’originalité d’écriture, de liberté laisser à des acteurs dont le métier consiste à être comique et une absence totale d’envie de raconter et mettre en scène une histoire originale pétrie ne serait-ce que d’un zeste d’humanité. Ce qui n’empêche, à renfort de moyens conséquents de communication, au film de réaliser près de 312000 entrées en première semaine d’exploitation et plus d’un million au final.

 

 

inseparables-dvd-2
Inséparables
de Varante Soudjian

Avec : Ahmed Sylla (Mika), Alban Ivanov (Pascal Fremont dit Poutine), Judith El Zein (Charlotte), Ornella Fleury (Elisa), Christian Bujeau (Henri), David Salles (Santi), Jean-Philippe Ricci (Serge Ferroni), Pierre-Marie Mosconi (Marco Ferroni), Laurence Yayel (Sarah), Marie Berto (la juge)

France, 2019.
Durée : 94 min
Sortie en salles (France) : 4 septembre 2019
Sortie France du DVD : 10 janvier 2020
Couleur
Langue : français.
Éditeur : M6 Vidéo

Bonus :
Bêtisier
Scènes coupées

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.