Eva Joly ou la difficulté d’exercer la justice en France

Portrait réalisé il y a dix ans d’Eva Joly, magistrate franco-norvégienne qui s’est fait connaître en instruisant des dossiers qui ont commencé à dévoiler la corruption endémique de l’élite financière et politique française.

À propos de l'édition DVD : Eva Joly, une justice malgré tout de Hege Dehli

Il y a dix ans, Hege Dehli réalisait un portrait pour la télévision d’Eva Joly au moment où celle-ci empruntait de nouvelles responsabilités en France puisqu’en 2009 elle était élue députée européenne sur la liste Europe-Écologie, fonction qu’elle conserve à l’heure actuelle après avoir été réélue en 2014. Il faut prendre en considération qu’il s’agit d’un film à destination d’une diffusion télévisée pour réussir à accepter la réalisation consensuelle et hagiographique de Hege Dehli. Il manque clairement à cet égard un véritable travail d’investigation pour connaître Eva Joly, ce qu’elle a incarné à son époque, le caractère inédit de ses instructions judiciaires, etc. Le contexte sociohistorique n’est hélas jamais présenté, conduisant à dépolitiser le propos. Le documentaire apporte les grandes lignes biographiques d’Eva Joly, son combat de femme pour s’affirmer dès son plus jeune âge dans une tradition qui la précède avec une mère et une grand-mère qui se sont également imposées en leur temps. L’intérêt du film commence vraiment lorsque sont évoquées les affaires judiciaires qu’elle a instruites, au profit d’un exercice ardu d’application de séparation des pouvoirs qui ne va en pratique pas forcément de soi en France. Eva Joly est à cet égard lucide en déclarant que « la justice est davantage faite en France pour des voleurs de sac à main que pour des chefs d’entreprise ou des responsables politiques ».

 

dvd-eva-joly
Eva Joly, une justice malgré tout
de Hege Dehli
France, 2008.
Durée : 52 min
Sortie France du DVD : 20 mai 2009
Format : 1,85 – Couleur
Langue : français - Sous-titres : anglais.
Éditeur : Les Films du Paradoxe

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.