L'antidote du Docteur Folamour

Le commandement en chef de la Strategic Air Command est remis entre les mains de Jim Caldwell, heureux de retrouver son ami et compagnon d'armes le colonel Hollis Farr.

 

"Le Téléphone rouge" (A Gathering of Eagles) de Delbert Mann © Les Films du Paradoxe "Le Téléphone rouge" (A Gathering of Eagles) de Delbert Mann © Les Films du Paradoxe

Sortie DVD : Le Téléphone rouge de Delbert Mann

Voici le troisième long métrage consacré Hollywood au Strategic Air Command, haut lieu de commande des armes nucléaires de l'armée américaine, après Strategic Air Command (Anthony Mann, 1955) et Bombardier B-52 (Gordon Douglas, 1957). Contrairement au Dr Folamour réalisé un an plus tard par Stanley Kubrick, ces films sont ouvertement des objets de propagande de l'armée américaine pour promouvoir et rassurer le public quant à l'usage de l'arme de dissuasion/destruction massive. Ainsi, Le Téléphone rouge a pu être tourné en grande partie sur les bases mêmes du Strategic Air Command, chaleureusement salué par l'ensemble du film qui vise à montrer et démontrer le sacrifice des militaires.
L'histoire se concentre sur le commandant en chef de la base interprété avec sa mollesse habituelle trop sûre de son physique par Rock Hudson, qui devient de plus en plus exigeant auprès de ses hommes, n'hésitant pas à mettre à pieds plusieurs militaires, y compris ses amis, afin de renforcer la compétitivité de la base. On s'attend à une dénonciation en bonne et due forme de la tyrannie d'un militaire aux pleins pouvoirs mais le film fait l'apologie du sacrifice militaire. Peu de dynamisme dans le récit, tant dans les actions que dans les oppositions psychologiques des personnages. Le film finit par tourner autour de l'opposition de deux conceptions de la démocratie : le dirigisme ultralibéral où sont exclus les individus non compétitifs et l'humanisme prêt à encourager chacun dans ses efforts en aménageant au mieux le temps de travail. C'est là le reflet aussi de l'opposition des deux partis qui s'alternent au pouvoir aux USA : les partis républicain et démocrate. Et le point de vue des scénaristes et du réalisateur est clairement du côté républicain. Le film est ainsi l'antithèse du Dr Folamour, par son manque total d'humour, son idéologie promilitaire, sa migosynie affichée quant à la place et à la représentation des femmes (le commandant explique qu'il a trouvé la perle parfaite : une femme capable de tout quitter pour venir repasser ses chemises à ses côtés). Un film qui n'avait guère fonctionné à l'époque mais qu'il est à présent curieux de connaître afin de saisir le contexte d'une période historique complexe.

 

 

le-telephone-rouge-edition-remasterisee
Le Téléphone rouge
A Gathering of Eagles
de Delbert Mann
Avec : Rock Hudson (Jim Caldwell), Rod Taylor (Colonel Hollis Farr), Mary Peach (Victoria Caldwell), Barry Sullivan (Colonel Bill Fowler), Kevin McCarthy (Général Kirby), Henry Silva (Colonel Joe Garcia), Leora Dana (Evelyn Fowler), Robert Lansing (Sergent Banning), Richard Anderson (Colonel Ralph Josten), Richard LePore (Sergent Kemler), Robert Bray (Lieutenant Colonel Gales), Jim Bannon (Colonel Morse), Nelson Leigh (Général Aymes), Louise Fletcher (Mme Kemler)
USA, 1963.
Durée : 115 min
Sortie en salles (France) : 14 août 1963
Sortie France du DVD : 15 février 2019
Couleur
Langues : anglais, français - Sous-titres : français.
Éditeur : Les Films du Paradoxe

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.