Quelles solidarités dans le monde arabe dans la seconde partie XXe siècle ?

Parution du livre Le Moyen-Orient en quête d’un ordre régional (1945-2000), d’Abdennour BenantarÀ la fin de la Seconde Guerre mondiale, un nouvel ordre du monde se joue au Moyen-Orient. Les États vont progressivement accéder à leur indépendance et surtout un nouvel État est créé par la force et en expulsant la population sur place : Israël en 1948. Ceci aura un impact non seulement pour les Palestiniens qui en sont les premières victimes mais aussi pour tout le monde arabe en fonction de leur degré de solidarité.

Parution du livre Le Moyen-Orient en quête d’un ordre régional (1945-2000), d’Abdennour Benantar

À la fin de la Seconde Guerre mondiale, un nouvel ordre du monde se joue au Moyen-Orient. Les États vont progressivement accéder à leur indépendance et surtout un nouvel État est créé par la force et en expulsant la population sur place : Israël en 1948. Ceci aura un impact non seulement pour les Palestiniens qui en sont les premières victimes mais aussi pour tout le monde arabe en fonction de leur degré de solidarité. De 1945 à 2000, on peut parler d’un conflit arabo-palestinien qui va miner profondément la paix et les bonnes relations entre les pays de cette région du monde. L’objet du livre d’Abdennour Benantar, maître de conférences à l’Université Paris 8, consiste à interroger la notion d’unité du monde arabe dans une perspective historique. Il met en avant des mouvements de pensée qui ont commencé au XIXe siècle au moment où l’Empire Ottoman connaissait ses dernières décennies d’existence. Des conceptions distinctes du monde arabe ont été mises en avant, avec d’un côté des États indépendants construits sur des valeurs patriotiques et hégémoniques, de l’autre une union arabe forte mutualisant les politiques économiques, militaires, etc. Durant la seconde moitié du XXe siècle, le Moyen-Orient n’a pas échappé au bipolarisme mondial de la Guerre froide, malgré les volontés de non alignement illustrées par l’Égypte de Nasser dans les années 1950. Si une Ligue arabe a vu le jour avec pour effet immédiat un mouvement de solidarité vis-à-vis des Palestiniens soumis à l’occupation de l’armée israélienne, les intérêts des États dans ce conflit étaient divergents. Surtout que l’État d’Israël est indéfectiblement soutenu par les États-Unis et que dans un monde bipolaire, certains ont fait leur choix à l’image de l’Arabie Saoudite, allié le plus fidèle des États-Unis après Israël. La Ligue arabe n’a malheureusement, en ce début de XXIe siècle, pas réussi à changer les conditions politiques des Palestiniens contraints à l’exil ou de vivre dans un État d’apartheid dont ils sont précisément les citoyens de seconde zone de l’État d’Israël. Le monde arabe tente de construire son unité de l’intérieur, avec des forces nationales aux idées divergentes et doit faire face en permanence à l’imposition plus ou moins explicite d’un ordre du monde moyen-oriental issu de l’extérieur, via les États-Unis ou encore de l’Europe.

Disposant d’importantes sources d’informations issues directement du monde arabe, Abdennour Benantar offre une analyse bien détaillée des événements chronologiques, mettant en valeur chaque pays à travers ses enjeux nationaux. Plus que les événements historiques, il s’intéresse davantage à la disposition d’un pays de dialoguer avec un autre et de rendre possible ou non la réalisation d’un panarabisme. Cette démarche illustre bien des intérêts stratégiques pour comprendre la diplomatie à mettre en place au Moyen-Orient. Au préalable, il faut déjà connaître un peu le contexte historique et surtout avoir en tête la géographie de cette région du monde car la grande faiblesse de cet ouvrage est de ne présenter aucune carte, alors que les frontières ne cessent de se déplacer durant cette courte période. De plus, on reste un peu sur sa fin en tant que lecteur, de voir se terminer l’ouvrage en 2000, alors que tant d’événements ont marqué la décennie suivante : peut-être cela sera l’objet d’un second livre pour l’auteur poursuivant son analyse ? Il faut saluer l’effort de l’auteur étudier de l’intérieur du monde arabe, avec ses propres concepts traduits, ladite entité du monde arabe. En effet, le terme Moyen-Orient vient de l’Occident, traduisant bien le regard extérieur (l’Orient est moyen pour qui ?). On peut dès lors s’interroger sur l’indépendance effective de ces pays divisés et hypocritement réunis par l’Occident ayant des intérêts qui ne sont pas nécessairement ceux du monde arabe. Les analyses d’Abdennour Benantar apportent une compréhension non négligeable sur les tentatives d’ordre du monde actuel.

 

 

Le Moyen-Orient en quête d’un ordre régional (1945-2000)

d’Abdennour Benantar

 

Nombre de pages : 306

Date de sortie (France) : 15 mars 2015

Éditeur : L’Harmattan

Collection : Perspectives stratégiques

 

lien vers le site de l’éditeur : http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=46255


Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.