Cédric Lépine
Critique de cinéma, essais littéraires, littérature jeunesse, sujets de société et environnementaux
Abonné·e de Mediapart

2320 Billets

5 Éditions

Billet de blog 18 nov. 2018

Cultiver son jardin pour révolutionner son quotidien

Le réalisateur Martin Esposito suit durant un an son grand-père dans son jardin potager, dans une relation affectueuse de transmission.

Cédric Lépine
Critique de cinéma, essais littéraires, littérature jeunesse, sujets de société et environnementaux
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

"Le Potager de mon grand-père" de Martin Esposito © Jupiter Films

Au sujet de l'édition DVD : Le Potager de mon grand-père de Martin Esposito

Après la dénonciation de la gestion calamiteuse des déchets dans son documentaire Super Trash (2013), Martin Esposito poursuit son engagement de cinéaste citoyen en rendant hommage à son propre grand-père. Peu à peu, au film du film, se dégage une passion de vie, un amour profond pour un jardin et les plantes qui poussent patiemment, dans le respect de l'environnement avec un minimum d'intervention anthropique, proche de la sensibilité de la permaculture. La société de consommation était dénoncée par tous ces déchets immondes accumulés sans la moindre préoccupation du lendemain dans Super Trash et pour reconstruire une société plus saine, Martin Esposito propose une révolution sociale qui repose sur un retour aux sources : la réaffiliation intergénérationnelle au sein d'une famille. Le grand-père du réalisateur est veuf et porte avec une retenue pudique cette souffrance en s'immergeant corps et âme dans son jardin. On n'en saura pas davantage sur l'histoire de la famille, tout comme la place de Martin Esposito auprès de ceux que l'on ne voit pas devant la caméra. Ainsi, ce grand-père représente toute une génération laissée dans l'ombre, presque marginalisée par un monde hyperconnecté et hyperréactif, où les individus sont déconnectés à la fois de la nature et de leur propre famille. C'est ce « retour à la terre » dans le cadre de la famille que propose de remettre en valeur Martin Esposito, faisant de son grand-père une figure héroïque quasi anonyme des temps modernes. Un film touchant sur la transmission patiente du savoir-faire d'une génération à l'autre où chacun est en mesure de trouver sa propre place. Le film se laisse suivre au fil de l'écoulement des mois, grâce à un montage dynamique et une réalisation qui sait toujours recentrer son récit sur son sujet central sans jamais se perdre.

Le Potager de mon grand-père
de Martin Esposito
France, 2016.
Durée : 77 min
Sortie en salles (France) : 20 avril 2016
Sortie France du DVD : 5 décembre 2017
Couleur
Langue : français.
Éditeur : Jupiter Films

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
En Inde, après l’attaque contre Rushdie, le silence éloquent des politiques
« Les Versets sataniques » ont été interdits en Inde, son pays natal, en 1988. Un an avant la fatwa prononcé par l’Iran contre Salman Rushdie, qui allait faire de sa vie un enfer. Son agression aux États-Unis en fin de semaine dernière n’a suscité aucune réaction officielle, dans un pays où les condamnations au nom du respect des croyants hindous se multiplient.
par Côme Bastin
Journal
Franquisme : des historiens démontent les thèses révisionnistes relayées par « Le Figaro »
La publication dans un hors-série du « Figaro » d’un entretien-fleuve avec l’essayiste d’extrême droite Pío Moa, pour qui les gauches sont entièrement responsables du déclenchement de la guerre civile en Espagne en 1936, suscite l’indignation de nombreux historiens. Retour sur une entreprise de « falsification ».
par Ludovic Lamant
Journal — Amérique Latine
Au Chili, la menace d’un refus plane sur la nouvelle Constitution
Face aux crispations sur certains points de la nouvelle Constitution, le gouvernement chilien prévoit déjà des réformes au texte en cas d’adoption par référendum le 4 septembre. Une position défensive qui témoigne de l’étroitesse du chemin vers la victoire du « oui ». 
par Mathieu Dejean
Journal — Amériques
Le jeu dangereux du Parti des travailleurs avec les militaires
Créé par Lula en pleine dictature, le PT, une fois au pouvoir, a malgré tout entretenu des relations cordiales avec l’armée brésilienne. Puis des tensions sont apparues, jusqu’à faire revenir officiers et généraux dans l’arène politique, en faveur de Jair Bolsonaro.
par Jean-Mathieu Albertini

La sélection du Club

Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·e·s, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis
Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND
Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr
Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com