"Dario Argento : Soupirs dans un corridor lointain" un film de Jean-Baptiste Thoret

Jean-Baptiste, connaisseur infatigable du cinéma de genre italien, rend un hommage à l’une de ses plus grandes idoles en la filmant d’n bout à l’autre d’un intervalle de deux décennies.

" Dario Argento : Soupirs dans un corridor lointain" de Jean-Baptiste Thoret © Tamasa " Dario Argento : Soupirs dans un corridor lointain" de Jean-Baptiste Thoret © Tamasa
Sortie du DVD : Dario Argento : Soupirs dans un corridor lointain de Jean-Baptiste Thoret

Le critique de cinéma Jean-Baptiste Thoret, spécialiste du cinéma des années 1970, qu’il s’agisse du Nouvel Hollywood auquel il a rendu hommage dans son précédent film We Blew It (2017) comme du cinéma de genre italien, a décidé d’utiliser le médium de la réalisation documentaire afin de partager sa passion autant que ses connaissances. Cependant, de la découverte du cinéma de Dario Argento, le grand maître du giallo, on peut se retrouver frustré, Jean-Baptiste Thoret se contentant de poursuivre une conversation commencée avec le cinéaste 20 ans plus tôt pour insister sur le passage du temps. Dès lors, Thoret met en scène Argento en lui proposant de visiter des lieux chargés de mémoire, qu’il s’agisse d’architecture de l’histoire fasciste de l’Italie du XXe siècle comme de lieux de tournage de ses films aujourd’hui tombés en décrépitudes. Ainsi, ivre de la complicité nourrie au fil des années entre le critique de cinéma et son idole, ce documentaire passe globalement à côté de la filmographie d’Argento et le public désireux de découvrir un cinéaste hors du commun, restera sur sa faim.

Il est vrai que Jean-Baptiste Thoret respecte en cela le témoignage d’Argento ouvrant le film : il est mal placé pour parler de ses films qu’il a réalisé de manière instinctive sans en connaître le sens. Il y a bien ici et là quelques pistes possibles proposées, Jean-Baptiste Thoret ainsi notamment sur le contenu politique des films réalisées durant les années de plomb en Italie et sa relation étroite avec le cinéma d’Antonioni. Même si Jean-Baptiste Thoret est un connaisseur hors normes, il se révèle plutôt avare de la richesse du cinéma d’Argento, se contentant de jouir personnellement de sa complicité avec le cinéaste, même s’il a la pudeur de ne pas apparaître à l’image, pour ne pas lui voler la vedette. Le réalisateur critique tombe dans le travers qu’il a pourtant très bien analysé : il ne suffit de montrer pour révéler et à défaut de révélations et clés fortes d’analyse, il reste à aller plonger dans les films mêmes du cinéaste italien !

argento-digipack-3d-600x1070

 

Dario Argento : Soupirs dans un corridor lointain
de Jean-Baptiste Thoret
France, 2019.
Durée : 96 min
Sortie en salles (France) : 3 juillet 2019
Sortie France du DVD : 15 septembre 2020
Format : 2,35 – Couleur
Langues : français, italien - Sous-titres : français.
Éditeur : Tamasa Diffusion

Bonus :
Le film vu par Jean-Baptiste Thoret (50’)
Bande-annonce

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.