Cédric Lépine
Critique de cinéma, essais littéraires, littérature jeunesse, sujets de société et environnementaux
Abonné·e de Mediapart

2219 Billets

5 Éditions

Billet de blog 19 avr. 2020

Nouveaux témoignages de membres de la plateforme Docariv face au Covid 19

Dans ce nouvel entretien faisant suite à la présentation, dans une publication précédente, du dispositif Docariv constitué de médecins proposant des interventions à domicile dans la métropole lyonnaise, deux médecins partagent leur réalité de terrain face à la gestion de la pandémie.

Cédric Lépine
Critique de cinéma, essais littéraires, littérature jeunesse, sujets de société et environnementaux
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Un mois après les premières mesures annoncées de confinement national, l'activité des médecins généralistes a été bouleversée pour répondre aux nouvelles urgences et les consultations habituelles ont en grande partie disparu, laissant craindre le développement d'autres maladies non diagnostiquées suffisamment en amont.
Yann Sestier, médecin au sein de Docariv et Michaël Loeb, fondateur de la plateforme Docariv, dressent ici un rapide état des lieux.

Cédric Lépine : De quelle formation disposent les médecins pour gérer cette situation de pandémie ?

Yann Sestier : Les médecins ne disposent pas de réelle formation organisée pour gérer cette situation de pandémie. Ils s’informent en autodidactes.

Les sources sont diverses :
- articles dans des revues professionnelles
- courriels diffusés par la direction générale de la santé
- courriers du Conseil National de l’Ordre des Médecins
- notifications de la CPAM
- reportages et débats dans les médias
- expérience personnelle sur le terrain au contact des patients.

Michaël Loeb : Afin d'assurer la meilleure prise en charge possible des patients atteints du Covid 19, les médecins ont à leur disposition les sources émanant de l'Avis du Haut Conseil de la Santé Publique ainsi que les Protocoles mis en place dans divers CHU, en particulier les Hospices Civils de Lyon.

Cédric Lépine : Quelles sont les journées et le temps de travail type du personnel soignant dans ces circonstances exceptionnelles ?
Yann Sestier :
Les praticiens hospitaliers (services d’accueil des urgences, services de réanimation, services de médecine) ont une activité très soutenue, intense avec des plages horaires étendues.

En médecine ambulatoire, le rythme de travail est plus variable. Il y a des pics d’activité avec des patients suspects de Covid-19 ou Covid-19 confirmés avec des cas parfois sévères en détresse respiratoire. Il y a aussi de nombreuses consultations pour des personnes anxieuses qui expriment leur malaise et somatisent. Il y a aussi des périodes plus calmes du fait de la réduction nette des pathologies infectieuses pédiatriques depuis le confinement.

Les malades atteints de pathologies chroniques négligent leur suivi par crainte de déranger les médecins en cette période d’épidémie. D’autres patients redoutent d’être contaminés dans les cabinets médicaux ou au contact des professionnels de santé.

Michaël Loeb : Dans les services d’urgences hospitaliers, le temps de travail des médecins a été initialement très soutenu mais leur sollicitation diminue très nettement ces derniers temps.

Concernant la médecine de ville, l’activité dans les cabinets de médecine de ville s’est effondrée d’au moins 50% et même jusqu’à 80% dans certains cabinets. Ce renoncement aux soins conduit déjà à des catastrophes avec certains patients pris en charge beaucoup trop tardivement et des complications qui auraient été parfaitement évitables. La prévention ne s’effectue plus correctement, le diagnostic et la prise en charge des cancers est retardée, la vaccination des enfants est également retardée... La télémédecine est un élément intéressant mais elle ne remplacera jamais la consultation physique dans bon nombre de cas et les médecins de Docariv ont vu de nombreux patients qui avaient été "vus" en télémédecine et dont la gravité avaient été sous-estimée, conduisant à des hospitalisations en urgence retardée...

Nous souhaitons solennellement rappeler aux patients que renoncer aux soins est un danger majeur et que les médecins de ville constituent le pilier de notre système de santé.

Cédric Lépine : Comment les médecins vivent-ils leurs relations avec leurs proches dans ce contexte ?

Yann Sestier : Les relations des médecins impliqués dans les soins aux patients Covid-19 avec leur famille sont compliquées. Cette activité stressante crée un besoin de partage, de réconfort et de proximité peu compatible avec le respect des gestes barrières. Les médecins continuent d’appliquer la distanciation sociale au domicile afin de ne pas contaminer leurs proches. Cette distance est difficile à supporter et engendre de la frustration.

Cédric Lépine : Comment les conjoints des médecins vivent cette implication et le danger auquel ils sont confrontés ?

Yann Sestier : Les conjoints sont inquiets. Ils craignent la transmission du virus des patients au médecin. Ils redoutent la contamination à la maison. L’organisation est lourde : il faut éviter la proximité, désinfecter en permanence le linge, se laver régulièrement les mains, porter un masque au domicile. Enfin, les conjoints souffrent de la distanciation.

Cédric Lépine : Quelle assistance psychologique dispose le personnel soignant ?

Yann Sestier : Les médecins fragilisés ont la possibilité d’avoir un soutien psychologique via l’Ordre des Médecins. Il existe aussi des cellules de prise en charge dans les hôpitaux.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Gauche(s)
Parlement : ce que peut espérer la Nupes
Et si la Nupes devenait la première force d’opposition au Palais-Bourbon en juin prochain ? Un scénario plausible qui pourrait, dans une certaine mesure, transformer le paysage politique, explique Olivier Rozenberg, spécialiste de la vie parlementaire.
par Pauline Graulle
Journal
Ukraine : divisé, le monde occidental peine à dessiner une issue
Alors que le spectre d’un conflit long se précise, faut-il continuer, et jusqu’à quand, à livrer des armes à Kyiv ? Est-il encore possible de ménager une « porte de sortie » à Vladimir Poutine pour faciliter de futures négociations de paix ? Aux États-Unis comme en Europe, des dissensions commencent à affleurer sur ces sujets clés.
par Ludovic Lamant
Journal — Migrations
La guerre a déplacé des milliers d’orphelins et d’enfants placés
Les enfants représentent, avec les femmes, la majeure partie des déplacés internes et des réfugiés ukrainiens. Dans l’ouest de l’Ukraine, des orphelins de la guerre et des enfants placés tentent de se reconstruire une vie, loin de leur maison et de leurs habitudes.
par Nejma Brahim
Journal
Législatives : des candidats de la majorité préfèrent s’afficher sans Macron
Contrairement à 2017, où la plupart des candidats macronistes avaient accolé la photo du président de la République à côté de la leur, nombre d’entre eux ont décidé cette année de mener campagne sur leur propre nom. Face à la gauche et à l’extrême droite, certains veulent éviter d’agiter « le chiffon rouge ».
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet d’édition
Hebdo #123 : Parole à celles et ceux qui ont déjà bifurqué
À la suite du retentissant appel des jeunes diplômés d’AgroParisTech à déserter les postes dans l’agro-industrie, nous avons recueilli de nombreux témoignages d’anciens étudiants « en agro » devenus paysans, chercheurs, formateurs, etc. Ils racontent leur parcours, les embûches et leur espoir de changer le système. Bifurquer, c’est possible. Mais il faut s’organiser !
par Sabrina Kassa
Billet de blog
Bifurquer, c'est tout le temps à refaire (et ça s'apprend)
Je suis diplômée ingénieure agronome depuis décembre 2019. On m'a envoyé mille fois la vidéo du discours des diplômés d’AgroParisTech qui appellent à bifurquer et refusent de travailler pour l’agro-industrie. Fantastique, et maintenant ? Deux ans après le diplôme, je me permets d'emprunter à Benoîte Groulte pour répondre : ça dure toute la vie, une bifurcation. C'est tout le temps à refaire.
par Mathilde Francois
Billet de blog
Prendre les chemins de traverse… mais à plusieurs !
Nous sommes un collectif d'une petite dizaine de personnes, qui avons décidé, à la fin de nos études en politiques locales, de prendre à bras le corps les questions climatiques, énergétiques, sociales de demain, pour y trouver des réponses radicales. Voilà l'histoire de notre parcours, depuis notre rencontre en 2018, sur les bancs de l'université.
par Collectif La Traverse
Billet de blog
Déserteurs : existe-t-il une sécession des élites diplômées ?
La prise de parole des étudiant·es de Agro Paris Tech a été l’occasion pour la presse de remettre en avant l’hypothèse d’une sécession de l’élite scolaire face à la crise écologique. Qu’en disent les sciences sociales ?
par Quantité Critique