Le spin-off de Rocky

Adonis, le fils du défunt boxeur Creed, réussit à convaincre Rocky Balboa de l'entraîner pour devenir un boxeur exceptionnel.

"Creed 2" de Steven Caple Jr. © Warner Bros. "Creed 2" de Steven Caple Jr. © Warner Bros.
Sortie du coffret DVD : Creed et Creed II

La nouvelle saga Creed relance la saga Rocky qui s'était arrêtée avec le sixième volet. Ces deux volets suivent chronologiquement les événements antérieurs en allant notamment rechercher des personnages de la saga comme Drago, l'ennemi russe juré de Rocky qui a tué Creed ! L'idée de relancer l'histoire mythique en offrant le rôle principal au fils caché de Creed est une bonne idée. Cela permet de replacer le légendaire Rocky dans le rôle plus discret du coach du jeune Adonis Creed. Autre bonne idée : aller chercher des jeunes cinéastes prometteurs qui se sont brillamment illustrés dans le cinéma indépendant, qu'il s'agisse de Ryan Coogler dans le premier volet (Fruitvale Station, 2013) et Steven Caple Jr. (The Land, 2016) pour le second. Pour le scénario, hélas, rien de bien original, les deux films recyclant sans complexe plusieurs films antérieurs de la saga, Rocky étant simplement devenu Creed. C'est encore plus criant pour Creed 2 dont le scénario est un copier-coller de Rocky 4. De même, la réalité sociale est complètement effacée de l'arrière-fond des films, Creed étant issu d'un milieu aisé et n'ayant pas la contrainte de travailler pour subvenir à ses besoins comme Rocky à l'époque dans les abattoirs. À cet égard, le film devient apolitique au possible alors que tout aurait pu permettre de rendre compte de l'Amérique contemporaine de Trump. De même, le second volet fait un retour au conservatisme des relations de couple, avec demande en mariage avec bague, le bébé qui arrive ensuite, la mère qui accepte très aisément que le jeune père s'éloigne de son nouveau-né pour jouer à se battre loin de là. À la différence de la saga Rocky, l'histoire d'amour du personnage éponyme est ici rapidement traitée et pour cela devient peu crédible et peu captivante. Le rapport homme/femme est traité avec un conservatisme profond décevant !
Quant à ces deux films mêmes, ils se suivent sans déplaisir, les combats de boxe sont mis en scène avec un talent certain notamment dans le sens du montage. Le premier volet est plus réussi que le second volet qui souffre, lui, de plusieurs temps morts. Un spin-off loin d'être raté mais qui manque de la fièvre et de l'humilité des premiers volets réalisés dans les années 1970.

 

 

12031614-1754644733923651
Creed : L'Héritage de Rocky Balboa
Creed
de Ryan Coogler
Avec : Michael B. Jordan (Adonis « Donnie » Johnson Creed, surnommé « Hollywood Donnie »), Sylvester Stallone (Rocky Balboa), Tessa Thompson (Bianca), Phylicia Rashād (Mary Anne Creed), Graham McTavish (Tommy Holiday), Wood Harris (Tony « Little Duke » Evers), Ritchie Coster (Pete Sporino), Tone Trump (lui-même), Brian Anthony Wilson (James), Tony Bellew (« Pretty » Ricky Conlan), Andre Ward (Danny « Stuntman » Wheeler), Gabriel Rosado (Leo "The Lion" Sporino), Jacob Duran (lui-même), Liev Schreiber (le narrateur de HBO), Michael Buffer (lui-même), Tony Kornheiser (lui-même), Michael Wilbon (lui-même), Hannah Storm (elle-même), Max Kellerman (lui-même), Jim Lampley (lui-même), Alex Henderson (Adonis, jeune)
USA, 2015.
Durée : 133 min
Sortie en salles (France) : 13 janvier 2016

Creed 2
Creed II
de Steven Caple Jr.
Avec : Michael B. Jordan (Adonis « Donnie » Johnson Creed, surnommé « Hollywood Donnie »), Sylvester Stallone (Rocky Balboa), Tessa Thompson (Bianca), Phylicia Rashād (Mary Anne Creed), Dolph Lundgren (Ivan Drago), Florian Munteanu (Viktor Drago), Brigitte Nielsen (Ludmila Drago), Milo Ventimiglia (Robert Balboa Jr.), Andre Ward (Danny « Stuntman » Wheeler), Wood Harris (Tony « Little Duke » Evers), Jim Lampley (lui-même), Russell Hornsby (Buddy Marcelle), Ivo Nandi (l'arbitre russe), Ana Gerena (Isabel), Michael Buffer (lui-même), Roy Jones Jr. (lui-même)
USA, 2018.
Durée : 130 min
Sortie en salles (France) : 9 janvier 2019

Sortie France du coffret DVD : 15 mai 2019
Couleur
Langues : anglais, français, espagnol, portugais - Sous-titres : français.
Éditeur : Warner Bros.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.