Nuit debout : exercice pratique de démocratie

Le 31 mars 2016, une manifestation contre la loi visant à libérer le travail aux dépends du travailleur donne naissance aux Nuits debout, à Paris et partout en France. Pendant plusieurs mois, des citoyens se réunissent pour repenser et construire ensemble la démocratie.

"L’Assemblée" de Mariana Otero © Épicentre Films "L’Assemblée" de Mariana Otero © Épicentre Films

Sortie nationale (France) du 18 octobre 2017 : L’Assemblée de Mariana Otero

Cinq ans après le Printemps arabe, une tentative d’expérience de la démocratie s’est affirmée avec force, patience et conviction en France sous l’intitulé « Nuit debout ». La cinéaste Mariana Otero (Histoire d’un secret, Entre nos mains, À ciel ouvert), consciente de l’enjeu historique de cette manifestation, a décidé de suivre avec sa caméra les différentes rencontres des Nuits Debout. Le montage est chronologique mettant en valeur l’évolution de l’expérience dans la durée, répondant aux urgences des dénis les plus graves à la démocratie comme l’usage intempestif du 49.3 comme aux violentes altercations policières, que d’aucuns nomment services d’ordre, laissant en suspens la définition de l’ordre considéré. Plus d’un an après ces événements, Mariana Otero offre un regard rétrospectif des enjeux de Nuit Debout souvent peu audibles de la part des grands médias de communication. Respectueuse de l’organisation d’individus réunis sur la place de la République à Paris, la réalisatrice fait de l’Assemblée le personnage central de son récit, même si se dégagent quelques figures récurrentes d’orateurs. Sans voix off, la documentaire donne à voir, entendre et comprendre l’affirmation d’un besoin de pratique démocratique dans un pays où la politique est gangrenée par la contagion du goût de l’exercice d’un pouvoir au profit d’un cercle restreint d’individus et un système archaïque hérité de Louis XIV. Avec un optimisme constructif né de son rapport au réel, Mariana Otero témoigne de son époque, celle notamment d’une génération politisée de citoyens qui ne trouve plus de sens à se rendre aux urnes (funéraires, comme l’annonce un slogan écrit à la craie sur le sol), dans le cadre d’élections devenues des simulacres artificiels de la démocratie qui ne font illusion finalement pour personne. La réalisatrice propose un montage où la parole au sein de ladite assemblée comme en groupe plus restreint, devient l’enjeu, pour ne pas dire LE protagoniste du film. À suivre ces différentes rencontres, on ne peut qu’être enthousiaste par la bienveillance qui inonde les échanges, dans un véritable désir de cohésion sociale. Dans la nit d’une projection de cinéma, on ne peut qu’inviter les cœurs et les consciences à se lever pour continuer à cultiver nos responsabilités citoyennes à l’égard du monde d’aujourd’hui.

 

 

l-assemble-e-affiche-714x951
L’Assemblée
de Mariana Otero

documentaire
99 minutes. France, 2017.
Couleur
Langue originale : français

Images : Mariana Otero, Aurélien Lévêque
Aurélien Lévêque, Mariana Otero
Montage : Charlotte Tourres
Mixage : Nathalie Vidal
Montage son : Hélène Ducret
Étalonnage : Aïdan Obrist
Génériques : Fréderic Tribolet
Administratrice de production : Christine Renaud
Directeur de production : Éric Dyonisus
Administration et comptabilité : Cred
Production associée : Archipel 35 (Henri Zytnicki, Isabelle Lecomte, Barbara Blades Turska, Shanti Rouch)
Distributeur (France) : Épicentre Films
Presse : Ciné Sud Promotion

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.