Une initiation aux genres par le western dès le plus jeune âge

Le nouveau film de Rémi Chayé qui est sorti le 14 octobre 2020 en France, faisait partie de la programmation jeune public de la 11e édition du Festival International du Film de La Roche-sur-Yon en présence de son réalisateur.

"Calamity" de Rémi Chayé © Gebeka Films "Calamity" de Rémi Chayé © Gebeka Films
Festival International du Film de La Roche-sur-Yon 2020 : Calamity de Rémi Chayé

En 1865, un convoi de colons dans leurs carrioles cherche à rejoindre l’Oregon. Parmi eux, Martha Jane Cannary, 11 ans, va peu à peu affirmer son autonomie dans un monde dominé par des hommes violents, mesquins, fourbes et immatures.

Après les nombreux espoirs que suscitait déjà son premier long métrage Tout en haut du monde (2015) qui était déjà une histoire d’aventure se déroulant au XIXe siècle dont le personnage principal était une jeune fille, le réalisateur et coscénariste Rémi Chayé poursuit son ambition artistique en prolongeant son style graphique où les dessins sont constitués d’aplats de couleurs sans contours dans un style impressionniste qui prend une nouvelle ampleur dans le grand panorama de l’ouest américain issu du western. La diversité des décors et des personnages lui permet d’ailleurs de voyager dans différentes expressions esthétiques pour le plus grand plaisir des spectateurs auxquels est servi un véritable sens du spectacle.
Ce parti pris est mis au service d’une histoire passionnante : l’adaptation libre de l’enfance de Martha Jane Cannary, surnommée « Calamity Jane », que l’on trouve dans différents récits, notamment dans Lucky Luke de Morris et qui est inspiré d’un personnage historique. Avec subtilité, Calamity raconte l’histoire de l’émancipation d’un personnage féminin qui a plus de 150 ans d’avance avec les revendications d’une jeune fille de 11 ans qui pourraient être ceux d’une jeune fille contemporaine s’imposant face à l’intransigeante et intolérante séparation entre filles et garçons. Le personnage de la jeune fille réussie qui s’affirme au fil d’une longue succession d’aventures, est un récit initiatique très inspirant pour tous les enfants contemporains et permet une riche réflexion à mener avec eux notamment sur la notion de genre dans la société d’aujourd’hui. En outre, Rémi Chayé décrit un monde, les USA de l’aventure des colons partant s’installer toujours plus vers l’Ouest, avec de nombreux détails documentaires pour comprendre une époque révolue. Le film possède ainsi également cette vertu initiatique pour faire découvrir au jeune public le contexte social et historique d’un genre cinématographique : le western. Le tout est réalisé dans le respect de la parité de l’équipe technique et notamment par la force de la composition de la bande originale de Florencia Di Concilio (cf. la BO d’Ava de Léa Mysius) dont le métier dans le cinéma n’est occupé que par 1% de femmes ! Devant et derrière la caméra, nombreuses sont les Calamity à inspirer un nouvel ordre social entre les genres !

 

 

aff-120x160-salles-calamity-hd
Calamity. Une enfance de Martha Jane Cannary
de Rémi Chayé

Fiction
82 minutes. France, Danemark, 2020.
Couleur
Langue originale : française

Avec les voix de : Salomé Boulven (Martha Jane Cannary), Alexandra Lamy (Madame Moustache), Alexis Tomassian (Samson), Jochen Hägele (Abraham), Léonard Louf (Jonas), Santiago Barban (Ethan), Damien Witecka (Robert), Bianca Tomassian (Eve), Jérémy Bardeau (Carson), Philippe Vincent Patterson), Jérôme Keen (le colonel), Pascal Casanova (le shérif), Violette Samama (Stella), Lévanah Solomon (Esther), Délia Régis (Lena), Max Brunner (Elijah), Gaspar Bellegarde (Joe), Killian Rehlinger (Joshua), Jean-Michel Vaubien (Louis)

SCÉNARIO : Sandra Tosello, Fabrice De Costil et Rémi Chayé
CRÉATION GRAPHIQUE : Rémi Chayé avec Liane-Cho Han, Maïlys Vallade, Patrice Suau, Benjamin Massoubre, Eddine Noël
MUSIQUE ET ORCHESTRATION : Florencia Di Concilio
MONTAGE : Benjamin Massoubre
PRODUCTION EXÉCUTIVE : Aubane Fillon
CASTING ET DIRECTION ARTISTIQUE DES VOIX : Céline Ronté
MONTAGE SON ET SOUND DESIGN : Régis Diebold, Mathieu Z’graggen, BRUITAGE : Grégory Vincent
MIXAGE : Aymeric Dupas STORYBOARD : Maïlys Vallade, Marietta Ren, Liane-Cho Han, Alexis Ducord et Rémi Chayé
1RE ASSISTANTE-RÉALISATRICE : Fanou Lefebvre
DIRECTION DE L’ANIMATION : Liane-Cho Han
DIRECTION DES DÉCORS : Patrice Suau, Eddine Noël
DIRECTION DU COMPOSITING : Marc Konings
RECHERCHE ET SUPERVISION LAYOUT-DÉCOR : Eddine Noël
SUPERVISION DÉCOR ET COULEUR : Elodie Rémy
SUPERVISION DESSIN D’ANIMATION : Joanna Lurie
SUPERVISION EFFETS SPÉCIAUX : Stéphane Chung
SUPERVISION 3D : Sabine Hitier
STUDIOS ANIMATION : 2 MINUTES, NØRLUM STUDIOS
SON ET POST-PRODUCTION : INNERVISION, TITRA FILMS
PRODUCTION DÉLÉGUÉE : Henri Magalon et Claire La Combe (France)
COPRODUCTION DÉLÉGUÉE : Claus Toksvig Kjaer et Frederik Villumsen (Danemark)
COPRODUCTION ASSOCIÉE : Jean Michel Spiner (2 Minutes), Emmanuel Deletang (22D Music), France 3 Cinéma
PRODUCTION : MAYBE MOVIES (France), NØRLUM (Danemark)
COPRODUCTION : 2 MINUTES, FRANCE 3 CINÉMA et 22D MUSIC
PARTENAIRES : CANAL+, CINÉ+, FRANCE TÉLÉVISIONS, GEBEKA FILMS, UNIVERSAL PICTURES VIDEO (France), INDIE SALES, CINÉMAGE 13, CINÉVENTURE 4, COFINOVA 15, INDÉFILMS 7, SG IMAGE 2017, DR - DANISHBROADCASTING CORPORATION, ANGEL FILMS
SOUTIENS : EURIMAGES, CENTRE NATIONAL DU CINÉMA ET DE L’IMAGE ANIMÉE, SACEM et de l’ANGOA, RÉGION ILE-DE-FRANCE, RÉGION NOUVELLE-AQUITAINE, DÉPARTEMENT DE LA CHARENTEDANS LE CADRE DU PÔLE IMAGE MAGELIS, EUROMÉTROPOLE DE STRASBOURG, CICLIC - RÉGIONCENTRE-VAL DE LOIRE, THE DANISH FILM INSTITUTE, THE WEST DANISH FILM FUND
DISTRIBUTION (France) : Gebeka Films

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.