L’humanité, une stratégie de création de soi face à l’aliénation par le travail

Dans l’usine PSA Peugeot-Citroën de Saint-Ouen, le compositeur Nicolas Frize part en quête d’une musique qui rende compte du travail des ouvriers.

"C’est quoi ce travail ?" de Luc Joulé et Sébastien Jousse © Shellac Sud "C’est quoi ce travail ?" de Luc Joulé et Sébastien Jousse © Shellac Sud

Sortie DVD : C’est quoi ce travail ? de Luc Joulé et Sébastien Jousse

Entre 2012 et 2014, les réalisateurs Luc Joulé et Sébastien Jousse ont rencontré les ouvriers d’une énorme usine de fabrication de pièces de voiture conjointement au travail musical de Nicolas Frize. Ainsi, on voit apparaître dans une première partie du film le compositeur déambulant parmi les arcanes de l’usine avec un étrange matériel d’enregistrement sonore, en l’occurrence une perche et un casque sur les oreilles. Cet homme ressemble dès lors à s’y méprendre à un chercheur de trésor comme on en voit sur les plages et parmi les chemin de campagne, un détecteur de métaux à la main et un casque sur la tête. Quel est donc ce trésor que cherche à découvrir Nicolas Frize ? Serait-ce l’interrogation du travail où une humanité sous le lourd contexte d’un travail aliénant, qui semble avoir si peu évolué depuis la révolte de l’ouvrier sous les traits de Gian Maria Volontè dans La Classe ouvrière va au paradis d’Elio Petri (1971) ? Sauf que ce Leviathan engouffrant l’âme de l’humanité des travailleurs déménage vers d’autres pays présentant un sang neuf à absorber d’une main-d’œuvre sous-payée. Ce déplacement du vampire cherchant au-delà des frontières du sang à absorber pour enrichir ses actionnaires voraces, a pour nom « délocalisation ». Mais de cette réalité qui plane sur chacun comme une épée de Damoclès pour imposer toujours plus de contraintes de travail, il n’en est pas question ici, la démarche étant de rendre compte de l’humanité en jeu dans un travail qui ne produit plus de sens. La mise en avant de cette humanité à travers des gestes et une pensée de l’ouvrier en voix off révèle avec beaucoup de complicité les stratégies de chacun pour continuer à être soi-même, malgré tout le contexte imposé où chacun perd sa vie à s’efforcer de la gagner. Parfaite et brillante promesse, le titre choisi témoigne de toute la problématique du récit documentaire, où s’élabore par la pratique une pensée sur le travail, dans un dialogue constant où l’équipe de tournage perpétuellement hors champ trouve un écho en la présence du compositeur, qui joue dans un premier temps le rôle de médiateur d’un univers par trop méconnu : celui du travail de l’ouvrier derrière sa machine, complètement coupé du monde par l’espace pantagruesque de l’usine aussi bien que de la tâche qui lui incombe qui le coupe du reste du monde. Et pourtant, les réalisateurs, dans une démarche proche de l’art contemporain et qui se révèle en même temps sensible à la rencontre humaine propre de l’ethnologue, témoigne sans cesse de cette capacité qu’il y a en chacun à résister contre une attitude mortifère, en trouvant la force stratégique de s’inventer dans un temps qui lui a été acheté pour ne pas être le sien.

 

 

shellac-cest-quoi-ce-travail-packshot-1972
C’est quoi ce travail ?
de Luc Joulé et Sébastien Jousse
France – 2015.
Durée : 100 min
Sortie France du DVD : 2 novembre 2016
Couleur
Langue : français .
Éditeur : Shellac Sud

Bonus :
Entretien avec Christophe Dejours, psychiatre, médecin du travail, psychanalyste (40 min.)
Bande annonce

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.