"2001: l’odyssée de l’espace" (2001: A Space Odyssey) de Stanley Kubrick

À l’aube de l’humanité, une mystérieuse apparition a des conséquences sans précédents pour les habitants de la Terre. En 2001, la conquête spatiale suit son cours avec une nouvelle destination au fin fond de la galaxie et de l’univers.

"2001: l’odyssée de l’espace" (2001: A Space Odyssey) de Stanley Kubrick © Warner Bros. "2001: l’odyssée de l’espace" (2001: A Space Odyssey) de Stanley Kubrick © Warner Bros.
Au sujet de l’édition Titans of Cult - SteelBook 4K Ultra HD + Blu-ray + goodies : 2001 : l’odyssée de l’espace de Stanley Kubrick

Après la présentation de la copie du film remastérisée en 2018 au festival de Cannes, 2001 : l’odyssée de l’espace bénéficie également de la nouvelle technologie de la vidéo avec cette édition Titans of Cult - SteelBook 4K Ultra HD + Blu-ray + goodies. Les nombreux bonus sont composés de documentaires réalisés en 2007 à partir des entretiens avec les collaborateurs directs de Stanley Kubrick sur le film en question dont l’auteur Arthur C. Clarke et Douglas Trumbull en tant que responsable des effets visuels. On trouve aussi l’enregistrement de l’interview de Stanley Kubrick par Jeremy Bernstein en 1966 (76’31”) en version originale anglaise malheureusement sans sous-titres français. Quant au packaging SteelBook, il rend honneur à l’œuvre culte de Kubrick et à ce qui révolutionna le cinéma de science-fiction se déroulant dans l’espace qui jusqu’ici était cantonné aux faibles prétentions des séries B notamment américaines. Même si l’année 2001 n’a pas tenu les promesses de la conquête spatiale vécue avec un profond enthousiasme dans les années 1960, le film exprime toujours une fascinante modernité.

Si l’on passe les costumes, les décors du récit spatial respectent consciencieusement le réalisme scientifique. De la part de l’esthète et du très méticuleux Stanley Kubrick en quête perpétuelle de perfection dans sa mise en scène, cela ne surprendra pas mais ce film marque dans sa filmographie un pas incontournable dans sa propension à devenir un cinéaste démiurge. En effet, il a la possibilité de s’éloigner des studios d’Hollywood en allant tourner dans des studios en Angleterre, pays dans lequel il a dorénavant choisi sa résidence principale. Le tournage s’est éternisé sur sept mois avec des moyens considérables destinés aux effets spéciaux qui continuent à fasciner dans leur mise en scène cinquante ans plus tard !

Pour ce film aussi, fait unique dans l’ensemble de sa filmographie, il ne fait appel à aucun acteur reconnu a contrario de son film précédent, le Docteur Folamour (1964), avec le magnifique Peter Sellers dans une panoplie de rôle dont lui seul a le secret. Les effets spéciaux de même que les inventions dans les prises de vue restent toujours aussi impressionnantes jusqu’à l’hypnose contemplative et bien que réutilisés à plusieurs reprises, ils resteront uniques, portés qui plus est par un propos métaphysique qui laisse pantois dans une longue expectative.

De manière subtile et presque invisible, Stanley Kubrick pose à la fois la question de l’existence de Dieu et de l’existence extraterrestre dans la destinée humaine dans un récit en quatre actes au scénario épuré au possible où l’image prend la place des mots, qu’il s’agisse des premiers temps de l’humanité australopithèque non verbale et le silence infini de l’espace.

Stanley Kubrick, peu de temps avant que le premier homme foule de son pied la Lune, dans une aventure spatiale hallucinante opposant USA et URSS, ne cache pas son pessimisme sur l’évolution robotique automatisée au détriment de l’homme. C’est là aussi le rappel du mythe de la créature du docteur Frankenstein de Mary Shelley, qui poussa un cri d’alarme face à la domination scientifique omniprésente sur les vies humaines. Cette réflexion métaphysique sur l’homme, ses mythes, sa violence, son besoin de briser sa solitude et l’inanité de son existence par la technologie se révèle deux décennies exactement après 2001 d’une brillante perspicacité.

 

 

81a5qwhr9ll-ac-sx342
2001 : l’odyssée de l’espace
2001: A Space Odyssey
de Stanley Kubrick
Avec : Keir Dullea (Dr David Bowman), Gary Lockwood (Dr Frank Poole), William Sylvester (Dr Heywood R. Floyd), Daniel Richter (le chef des primates), Leonard Rossiter (Dr Andrei Smyslov), Margaret Tyzack (Elena), Robert Beatty (Dr Halvorsen), Sean Sullivan : Dr Michaels), Douglas Rain (la voix de HAL 9000), Frank Miller (le contrôleur de mission), Alan Gifford (le père du Dr Poole), Ann Gillis (la mère du Dr Poole), John Ashley (l'astronaute), Brunell Tucker (le photographe), John Swindel (le premier technicien spatial), John Clifford (le second technicien spatial), Vivian Kubrick (la fille du Dr Floyd), Martin Amor (le journaliste du World Tonight), Penny Brahms et Edwina Caroll (les hôtesses de l'espace), Ed Bishop (le capitaine de navette lunaire)
Royaume-Uni, 1968.
Durée : 149 min
Sortie en salles (France) : 27 septembre 1968
Sortie France de l’édition Titans of Cult - SteelBook 4K Ultra HD + Blu-ray + goodies : 19 août 2020
Format : 2,20 – Couleur
Éditeur : Warner Bros. Entertainment France

Bonus :
« Dans les coulisses d’un mythe » (2001 - Channel Four - 43’08” - VOST)
« Sur les épaules de Kubrick : le leg de 2001 » (21’25” - VOST)
« Vision d’un passé futur : la prophétie de 2001 » (21’31” - VOST)
« 2001, l’Odyssée de l’espace - Un aperçu dans les coulisses de l’avenir » (1968 - 23’11” - VOST)
« Qu’y a-t-il au-delà ? » (20’42” - VOST)
« 2001 : effets spéciaux et conception graphique » (9’33” - VOST)
« Regardez : Stanley Kubrick ! » (3’15” - VOST)
Interview de Stanley Kubrick par Jeremy Bernstein en 1966 (audio - 76’31” - VO sans ST)
Bande-annonce originale (1’51”)

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.