L'amour émancipateur face à l'aliénation de l'intolérance

Dans un quartier de Nairobi, Kena et Ziki, deux jeunes adolescentes, filles de deux candidats rivaux aux élections locales, tombent sous le charme l'une de l'autre. Or, la morale ambiante alimentée par les prêches religieux homophobes, met en péril l'innocence de leur relation.

"Rafiki" de Wanuri Kahiu © Blaq Out "Rafiki" de Wanuri Kahiu © Blaq Out

Sortie DVD : Rafiki de Wanuri Kahiu

Le générique initial invite à découvrir la vitalité des activités d'un modeste quartier que se disputent deux candidats aux élections, les autoproclamés « choix du peuple » face à « l'homme d'action » (sic). Le décor et l'ambiance proposés dès le générique d'ouverture, renvoie au film culte de Spike Lee Do the right thing (1989) avec ses couleurs criardes, la vie organisée des jeunes dans la rue et le drame qui se met peu à peu en place sous le signe de l'intolérance. Ici aussi, tout semble aller pour le mieux entre ces jeunes qui ont un égal respect des uns et des autres, notamment autour de l'amitié entre l'héroïne principale du film accueillie dans une bande virile et très masculine. Sauf qu'un premier acte d'homophobie de l'un des leurs annonce le drame à venir face auquel l'héroïne devra se positionner.
Dans une mise en scène qui renvoie à la tragédie classique, la réalisatrice Wanuri Kahiu installe des éléments de dissension dans l'apparente harmonie sociale de ce quartier. D'une part, l'opposition aux élections de l'humble épicier face à son adversaire qui étale vulgairement et sans complexe le pouvoir de son argent. D'autre part, la tension entre les parents séparés de Kena au milieu duquel celle-ci se retrouve à jouer les intermédiaires. Or, les deux candidats aux élections ne sont autres que les pères respectifs des jeunes filles qui vont tomber amoureuses l'une de l'autre, dans le cadre d'une communauté dont la morale est régie par la religion chrétienne dont le prêcheur n'hésite pas lancer un véritable appel à la haine à l'égard des manifestations homosexuelles.
Le dispositif narratif est élémentaire, renvoyant à la tragédie shakespearienne Roméo et Juliette qui opposait les deux familles des amants. Ici, Wanuri Kahiu rajoute une séparation de plus à l'intérieur d'une famille pour montrer les désaccords au sein de la micro communauté de ce quartier comme dans l'intimité d'une famille. Et c'est dans ce contexte qu'une adolescente est appelée à se construire et à trouver sa propre voie au moment où elle découvre ses propres émotions amoureuses. L'histoire est très simple mais le drame n'en est que plus efficace dans la dénonciation de l'homophobie qui est encore tellement enraciné dans les mœurs des plus hautes autorités politiques que le film a été déclaré illégal au Kenya sur tout support que ce soit de la part de l'instance étatique censé soutenir le cinéma kényan. Cette interdiction est d'autant plus terrible qu'elle condamne une histoire d'amour et la volonté d'une brillante cinéaste inspirée de faire avancer la société qui l'origine.
Malgré le drame en cours, Wanuri Kahiu utilise des lumières vives et des couleurs éclatantes pour rendre compte d'une société vivante jamais crépusculaire. L'évolution de la société passe ici davantage dans l'émancipation de la jeune Kena par les études tout autant que sa propre affirmation de son point de vue dans la société que par les enjeux politiques d'une élection dont l'issue semble déterminée d'avance avec l'accès au pouvoir d'un mini Trump local. Les pires tares de la société sont ici issues de l'héritage colonial parfaitement incarné par l'intolérance fondamentale des pouvoirs politique et religieux. L'espoir se situe dans l'indépendance d'esprit d'une nouvelle génération, celle de Kena mais aussi dans son alter ego dans la vie réelle : la cinéaste Wanuri Kahiu qui témoigne d'un regard politique et cinématographique intelligemment construit qui ne laisse pas indifférent.

 

 

122630543-o
Rafiki
de Wanuri Kahiu
Avec : Samantha Mugatsia (Kena), Sheila Munyiva (Ziki)
Kenya, Afrique du Sud, France, 2018.
Durée : 83 min
Sortie en salles (France) : 3 octobre 2018
Sortie France du DVD : 8 février 2019
Format : 2,35 – Couleur
Langue : swahili - Sous-titres : français.
Éditeur : Blaq Out
Bonus :
Entretien avec la réalisatrice Wanuri Kahiu

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.