"L’Amour trop fort" un film de Daniel Duval

Quand Charlie commence à s’engager dans sa relation amoureuse avec Rose-Marie, sa profonde amitié avec Max est largement questionnée, au moment où celui-ci est pourtant en détresse.

"L’Amour trop fort" de Daniel Duval © Sidonis Calysta "L’Amour trop fort" de Daniel Duval © Sidonis Calysta
Sortie du combo Blu-ray/DVD : L’Amour trop fort de Daniel Duval

Daniel Duval est une vraie personnalité atypique du cinéma français, parfois un peu oubliée car mésestimée. Cette nouvelle édition concoctée avec soin comme de coutume par Sidonis Calysta offre ainsi une véritable opportunité de redécouvrir dans les meilleures conditions sa place de cinéaste dans le paysage de l’industrie du cinéma. Avec en effet près de deux heures de bonus, cette nouvelle édition combo permet d’appréhender une œuvre et son auteur, ici Daniel Duval, dans toute sa singularité. On trouve notamment dans ces bonus, les entretiens précieux de personnes proches de Daniel Duval et de son activité en tant qu’artiste : la réalisatrice Jeanne Labrune qui l’a dirigé dans Si je t’aime, prends garde à toi (1998), son ex compagne la comédienne Fabienne Vette et Max Morel, son grand ami directeur de casting qui lui a inspiré le personnage interprété par Jean Carmet dans L’Amour trop fort.

Ce film est largement adapté de la personnalité de son auteur-acteur-réalisateur et il n’est pas anodin que le premier plan s’ouvre sur les bottes et la caméra 16 mm de Daniel Duval pour se terminer sur la performance de Jean Carmet dans une séquence mémorable pour clore l’histoire. Entre les deux, l’histoire de cette amitié contrariée du fait d’une grande dépendance de deux personnalités artistiques en quête de réconfort émotionnel.

Ce trio d’amitié et d’amours contrariées fut deux ans plus tard à peine repris par Bertrand Blier dans La Femme de mon pote (1983) mais l’opposition homme-femme n’intéresse pas ici Daniel Duval contrairement à Blier. Le choix du titre est ici assez explicite : qu’il s’agisse d’amitié ou de relations conjugales, il est question d’amour. Dès lors, lorsque l’un se met en couple, c’est l’amitié qui est questionnée et jusqu’à quel point elle peut être supportée et vécue par la tierce personne exclue du couple.

Il fallait bien la personnalité vibrante de Jean Carmet qui sait comme aucun autre acteur flirter si aisément entre la tragédie et la comédie en quelques secondes pour incarner le personnage complexe de Max. Dans cette histoire, la relation d’amour entre Charlie et Rose-Marie jouée par Marie-Christine Barrault est tout à fait secondaire puisqu’elle est avant tout au service de la relation « problématicotoxique » qui se joue entre Charlie et Max. Dans la personnalité du réalisateur et auteur Charlie, on devine beaucoup d’éléments autobiographiques de Daniel Duval qui pourrait faire figure du cousin français d’Abel Ferrara comme l’atteste lui-même Max Morel. Le film a pour lui de témoigner avec une grande franchise des problématiques de son auteur sans faire de concession à une scénarisation mainstream, ce qui fait de Daniel Duval un électron libre du cinéma français.

 

 

lamour-trop-fort-combo-dvd-blu-ray-thriller-polar-1999-eur
L’Amour trop fort
de Daniel Duval
Avec : Marie-Christine Barrault (Rose-Marie de Boisel), Jean Carmet (Max), Daniel Duval (Charlie Maupas), Hubert Deschamps (Jean Dumaine), Alain Flick (le commissaire), Christian Delangre (Bernard), Monique Pantel (Monique), Bernard Dumaine (le commerçant), Jacques Bryland, Fabienne Mai, Benjamin Simon, Michel Such
France, 1981.
Durée : 91 min
Sortie en salles (France) : 15 avril 1981
Sortie France du combo Blu-ray/DVD : 24 août 2021
Format : 1,66 – Couleur
Langue : français. Sous-titres : français.
Éditeur : Sidonis Calysta

Bonus :
Entretien avec Jeanne Labrune - Réalisatrice (17 min)
Lettre de Jean Carmet lue par Fabienne Vette - Ex Compagne de Daniel Duval (4 min)
ITW Marie-Christine Barrault (11 min)
Conversation avec Fabienne Vette (32 min)
Conversation avec Max Morel (40 min)

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.