Le nouveau souffle du polar

Sur l’île de La Gomera, Cristi, un policier corrompu, apprend un langage ancien sifflé afin d’entrer en contact avec des membres d’une mafia et tombe sous le charme d’une femme fatale : Gilda.

"Les Siffleurs" (La Gomera) de Corneliu Porumboiu © Diaphana "Les Siffleurs" (La Gomera) de Corneliu Porumboiu © Diaphana
Sortie DVD : Les Siffleurs de Corneliu Porumboiu

Grand amoureux du cinéma, le génial cinéaste roumain à l’humour sarcastique mis en valeur avec 12h08 à l'est de Bucarest (2006), s’inscrit cette fois-ci dans la tradition du film noir mais avec des choix de mise en scène qui n’appartiennent qu’à lui, de même qu’une histoire qui met en valeur une communication inédite : le langage sifflé. Déjà avec d’ordres thématiques, la langue sifflée était au centre de la communication des personnages de Sibel de Çagla Zencirci et Guillaume Giovanetti qui se déroulait en Turquie. Ce type de communication singulière est l’enjeu même du film, ce qui met en outre en évidence comme un fil rouge ce thème inhérent de la filmographie de Corneliu Porumboiu. Cette réflexion devient auto-réflexive puisque le cinéaste n’oublie pas qu’il est lui-même un communicant avec ses films et ainsi les clins d’œil multiples au cinéma à l’intérieur du film sont là aussi pour interroger la forme choisie par cet art pour dialoguer avec son public.

Dans le cadre du cinéma, la description du milieu mafieux tout comme l’enjeu poursuivi par les « méchants » du film n’a que peu d’intérêt en comparaison de la destinée quasi métaphysique de Cristi, le personnage principal, véritable taiseux qui va trouver une nouvelle forme pour s’affirmer plus efficacement avec le langage sifflé.

Autour de ce personnage principal, flic corrompu qui semble avoir destiné sa vie à son travail au détriment de toute relation humaine en dehors de sa propre mère, se dessine une Roumanie désabusée où flics et malfrats s’équivalent au niveau des comportements et où la surveillance généralisée laisse entendre la présence virulente de la Stasi d’un autre temps. Bien que tout le film se tienne sur ce récit, le scénario a moins d’importance que la métaphore de l’ensemble d’une société au regard des personnages pris dans les méandres de la communication. Les acteurs incarnent par la forte présence de leur corps la dimension iconique qui n’a besoin de rien d’autre que cette incarnation pour donner du sens à l’image. Sous les traits d’un polar classique, Corneliu Porumboiu signe tout autre chose en sous-texte, convoquant à la fois l’histoire du cinéma en même temps que la singularité quelque peu désabusée de la société roumaine contemporaine non sans une touche incontournable d’ironie ici et là pour mieux savoir se jouer de ladite réalité.

 

 

les-siffleurs-3545020069479-0
Les Siffleurs
La Gomera
de Corneliu Porumboiu
Avec : Vlad Ivanov (Cristi), Catrinel Marlon (Gilda), Rodica Lazar (Magda), Agustí Villaronga (Paco), Sabin Tambrea (Zsolt), Cristóbal Pinto (Carlito), Antonio Buíl (Kiko), Sergiu Costache (Toma), Andrei Ciopec (le criminologue), George Pistereanu (Alin), István Teglas
Roumanie, France, Allemagne, Suède – 2019.
Durée : 97 min
Sortie en salles (France) : 8 janvier 2020
Sortie France du DVD : 7 juillet 2020
Format : 2,35 – Couleur
Langue : roumain - Sous-titres : français.
Éditeur : Diaphana

Bonus :
4 scènes coupées (10’)

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.