Cédric Lépine
Critique de cinéma, essais littéraires, littérature jeunesse, sujets de société et environnementaux
Abonné·e de Mediapart

2404 Billets

5 Éditions

Billet de blog 21 sept. 2018

Cédric Lépine
Critique de cinéma, essais littéraires, littérature jeunesse, sujets de société et environnementaux
Abonné·e de Mediapart

Entretien avec Jérémie Imbert, délégué artistique du Festival CineComedies de Lille

Du 27 au 30 septembre 2018, un nouveau festival de cinéma dédié à la comédie s'installe à Lille : le CineComedies. Jérémie Imbert, délégué artistique du festival, spécialiste émérite de la comédie à travers ses livres, publications et réalisations, livre ici son point de vue.

Cédric Lépine
Critique de cinéma, essais littéraires, littérature jeunesse, sujets de société et environnementaux
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Jérémie Imbert © Bruno Tocaben

Cédric Lépine : Pouvez-vous présenter votre goût du cinéma avant d'arriver à la direction artistique du festival ?
Jérémie Imbert :
Je n’ai aucune frontière dans mes goûts cinématographiques. J’ai autant été bercé par Tex Avery, Belmondo, Bourvil, Louis de Funès et Pierre Richard, Jacques Tati et les grands burlesques américains, que par Spielberg, Hitchcock, Fritz Lang, Cassavetes, Wilder et Bergman, sur qui j’ai écrit mon mémoire de maîtrise.
C. L. : Quels sont les enjeux de la création de ce festival ?
J. I. : Rendre hommage à un genre sous-estimé et valoriser des œuvres majeures qui font la fierté de notre patrimoine cinématographique.
Comme le dit Pierre Richard, notre invité d’honneur : « le rire et le burlesque sont les meilleures armes contre les travers de la société »
C. L. : Quels seront les temps forts de cette première édition ?
J. I. : En plus de l’hommage à Pierre Richard, un des grands maîtres du cinéma burlesque, qui traverse le cinéma français depuis plusieurs décennies avec humour et élégance, nous mettons également à l’honneur les grands auteurs, scénaristes et dialoguistes, ces femmes et hommes de l’ombre ayant largement contribué à l’excellence et au rayonnement de la comédie à la française. Seront notamment présents des légendes de la comédie (Danièle Thompson, Pascal Thomas, Jean-Marie Poiré, Didier Kaminka), mais aussi la nouvelle génération (Jean-François Halin, Hector Cabello Reyes, Eloïse Lang, Fadette Drouard).
C. L. : Considérez-vous que les festivals généralistes n'offrent que peu d'ouvertures à la comédie ? 
J. I. : La place de la comédie dans les festivals généralistes est mince, voire inexistante. En 2013, Thierry Frémaux déclarait même à propos du Festival de Cannes : « La comédie reste le seul genre cinématographique que nous avons du mal à légitimer. Si dans les intentions, nous souhaitons programmer des comédies à Cannes, dans les faits, nous n'y parvenons pas souvent. »


C. L. : Qu'est-ce que cette rétrospective du cinéma comique français démontre selon vous des caractéristiques (ou non) de celui-ci
J. I. : Les qualités et la spécificité de la comédie à la française tiennent essentiellement à l’originalité des situations, et plus encore aux dialogues. C’est avec les fabuleux acteurs qui ont servi les textes de nos grands auteurs (de Sacha Guitry à Francis Veber en passant par Jacques Prévert, Marcel Pagnol, Henri Jeanson, Michel Audiard, Daniel Boulanger, Jean-Loup Dabadie, Danièle Thompson, Pascal Thomas, Jean-Marie Poiré, Bertrand Blier, Bacri-Jaoui, Toledano-Nakache…) que s’est distinguée une comédie française qui n’a rien à envier à celle des autres.
C. L. : Qu'est-ce qui est essentiel à défendre derrière la notion de comédie dans le cinéma alors que les productions françaises qui attirent le plus de spectateurs depuis de nombreuses années sont avant tout des comédies ?
J. I. :
Certains gros succès sont un peu l’arbre qui cache la forêt car beaucoup de comédies de qualité ne rencontrent malheureusement pas leur public, à l’image de Paris pieds nus, un petit bijou burlesque qui sera projeté lors du festival en présence de leurs auteurs-réalisateurs-interprètes Abel & Gordon. Notre mission est de transmettre aux jeunes générations les classiques de la comédie sur grand écran, mais aussi de dénicher les perles rares de la comédie actuelle.

 Pour en savoir plus sur le festival, rendez-vous sur le site.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Le ministre Éric Dupond-Moretti est renvoyé devant la Cour de justice
Éric Dupond-Moretti devient le tout premier ministre de la justice en exercice à être renvoyé devant la Cour de justice de la République pour des faits commis dans l’exercice de ses fonctions. Le garde des Sceaux est accusé de « prise illégale d’intérêts » après avoir fait pression sur plusieurs magistrats anticorruption.
par Michel Deléan
Journal
Au moins 25 % des chômeurs ne réclament pas leur allocation
Entre 390 000 et 690 000 personnes ne demandent pas d’allocation chômage alors qu’elles y ont droit, soit de 25 % à 42 % de taux de non-recours, essentiellement chez les plus précaires. Des chiffres communiqués au Parlement par le gouvernement.
par Cécile Hautefeuille
Journal — France
« Ruissellement » : la leçon de Londres à Emmanuel Macron
Le gouvernement britannique a dû renoncer ce lundi à une baisse d’impôts sur les plus riches sous la pression des marchés. Une preuve de la vacuité du ruissellement auquel s’accroche pourtant le président français.
par Romaric Godin
Journal — France
Sélection à l’université : « Quand réfléchit-on au droit à la réussite ? »
Des écarts scolaires qui se creusent avant le bac, un financement inégalitaire dans le supérieur et un régime de plus en plus sélectif symbolisé par Parcoursup : la « démocratisation des savoirs » prend l’eau, s’inquiètent les sociologues Cédric Hugrée et Tristan Poullaouec, dans leur livre « L’université qui vient ».
par Mathilde Goanec

La sélection du Club

Billet de blog
Iran - Pour tous les « pour »
Les messages s'empilent, les mots se chevauchent, les arrestations et les morts s'accumulent, je ne traduis pas assez vite les messages qui me parviennent. En voici un... Lisez, partagez s'il vous plaît, c'est maintenant que tout se joue.
par sirine.alkonost
Billet de blog
Artistes, écrivains et journalistes iraniens arrêtés
Une traduction de la chanson « Barayé » (Pour...) du chanteur Shervin Hajipour, arrêté le 29 septembre.
par Mathilde Weibel
Billet de blog
Appelons un chat un chat !
La révolte qui secoue l'Iran est multi-facettes et englobante. Bourrée de jeunesse et multiethnique, féminine et féministe, libertaire et anti-cléricale. En un mot moderne ! Alors évitons de la réduire à l'une de ces facettes. Soyons aux côtés des iranien.nes. Participons à la marche solidaire, dimanche 2 octobre à 15h - Place de la République.
par moineau persan
Billet de blog
Voix d'Iran - « Poussez ! »
À ce stade, même s'il ne reste plus aucun manifestant en vie d'ici demain soir, même si personne ne lève le poing le lendemain, notre vérité prévaudra, car ce moment est arrivé, où il faut faire le choix, de « prendre ou non les armes contre une mer de tourments ».
par sirine.alkonost