Cédric Lépine
Critique de cinéma, essais littéraires, littérature jeunesse, sujets de société et environnementaux
Abonné·e de Mediapart

2268 Billets

5 Éditions

Billet de blog 22 mai 2022

"Ex machina" d'Alex Garland

Caleb, jeune programmeur d'une entreprise d'informatique qui a étendu son emprise sur le monde entier, est invité par le PDG qui vit en ermite dans une maison high tech au milieu d'une forêt à tester sa nouvelle intelligence artificielle : un robot humanoïde aux traits féminins.

Cédric Lépine
Critique de cinéma, essais littéraires, littérature jeunesse, sujets de société et environnementaux
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Diffusion sur la plate-forme Netflix (France) : Ex machina d'Alex Garland

Alors que Men, son troisième long métrage en tant que réalisateur est programmé actuellement au festival de Cannes dans la sélection de la Quinzaine des Réalisateurs, Ex machina, son premier long métrage témoignait déjà d'un sens de la méticulosité de sa mise en scène où les effets spéciaux sont au service de l'intrigue.

"Ex machina" d'Alex Garland © Universal Pictures

Le scénario original d'Alex Garland reprend le mythe prométhéen du Frankenstein de Mary Shelley où la créature plus qu'humaine échappe à la volonté de contrôle de ses créateurs. On retrouve dans la figure d'Ava, l'humanoïde féminin, la filiation avec le robot de Metropolis de Fritz Lang, film qui avait lancé la science-fiction sur les rails d'une réflexion philosophique ambitieuse. Ici, Alex Garland ose le paradoxe de comprimer la science-fiction dans un huis clos de quelques personnages enfermés dans une architecture high tech au milieu d'une nature désirée comme vierge de l'empreinte humaine. Dès lors, la création d'une intelligence artificielle comme prolongement de la volonté de contrôle optimal de l'homme sur la technique, se double également du discours profond du besoin de soumission d'un genre sur un autre. En effet, les femmes réduites à des tâches ingrates imposées par le patriarcat ont vu s'affranchir symboliquement de leurs conditions par des esclaves modernes, qu'il s'agisse de machines ou encore de femmes condamnées à ne pas pouvoir dépasser le plafond de verre de leur classe sociale en tant qu'employées de maison.

Ainsi, le film propose une brillante réflexion sur l'extension du masculinisme dans la modernité des nouvelles technologies où le fantasme de soumission se trouve au cœur du développement des intelligences artificielles comme d'ailleurs aussi par extension une nouvelle forme de soumission folle de l'énergie vitale de la nature.

Au-delà de ses effets spéciaux utilisés avec parcimonie, Alex Garland sait au mieux utiliser son huis clos dans la confrontation de ses personnages, notamment trois acteurs très convaincants, à commencer par un Oscar Isaac inquiétant et ambigu à souhait et une Alicia Vikander au registre de jeu subtilement décliné !

Ex machina
d'Alex Garland
Fiction
108 minutes. Royaume-Uni, 2015.
Couleur
Langue originale : anglais

Avec : Oscar Isaac (Nathan), Alicia Vikander (Ava), Domhnall Gleeson (Caleb), Corey Johnson (Jay, le pilote d'hélicoptère), Deborah Rosan (la manager), Evie Wray (la secrétaire), Sonoya Mizuno (Kyoko), Elina Alminas (Amber), Symara A. Templeman (Jasmine), Gana Bayarsaikhan (Jade), Tiffany Pisani (Katya)
Scénario : Glen Brunswick et Alex Garland
Montage : Mark Day
Musique : Geoff Barrow et Ben Salisbury
Images : Rob Hardy
Direction artistique : Denis Schnegg
Décors : Michelle Day
Costumes : Sammy Sheldon
Production : Andrew Macdonald et Allon Reich
Sociétés de production : DNA Films, Film4 Productions et Scott Rudin Productions
Société de distribution : Universal Pictures

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
Guerre d’Algérie : la parole aux héritiers
Elles et ils sont petits-fils et petites-filles d’indépendantiste, d’appelé, de harki, de pieds-noirs, de juifs d’Algérie, de militant à l’OAS. 
par Rachida El Azzouzi et Khedidja Zerouali
Journal — Économie
Chaos dans les aéroports : le symptôme d’une crise profonde
Alors que les salariés d’Aéroports de Paris entrent en grève, les délais et les annulations dans les aéroports devraient accompagner les voyageurs cet été. Une situation qui est le fruit des impasses d’un modèle dans lequel ce secteur s’est enfermé. 
par Romaric Godin
Journal
Paris rapatrie 16 mères ex-membres de l’État islamique et 35 mineurs détenus en Syrie
La France récupère 51 de ses ressortissants qui étaient détenus dans un camp du nord-est de la Syrie depuis la chute de Daech. Uniquement des femmes, anciennes membres du groupe terroriste et leurs enfants, dont sept orphelins.
par Céline Martelet, Hussam Hammoud et Noé Pignède
Journal — Violences sexuelles
Le youtubeur Léo Grasset est visé par une plainte pour harcèlement sexuel
La vidéaste Clothilde Chamussy, de la chaîne « Passé sauvage », accuse l’animateur de « DirtyBiology » de harcèlement sexuel. Il est mis en cause par sept autres femmes pour violences psychologiques, sexistes et sexuelles. Il « conteste totalement les accusations » relayées à son encontre.
par Sophie Boutboul et Lénaïg Bredoux

La sélection du Club

Billet de blog
Voilà comment Jupiter a foudroyé Jupiter !
Emmanuel Macron a sans doute retenu la leçon de Phèdre selon laquelle « Jupiter nous a chargé de deux besaces : l’une, remplie de nos fautes, qu’il a placée sur le dos ; l’autre contenant celles d’autrui, qu’il a pendue devant » : les siennes, il les a semées et les sème encore …
par paul report
Billet de blog
RN-LREM : Après le flirt, bientôt un enfant ?
Rassemblement national et Marcheurs ! flirtent juste, pour l’instant. Mais bientôt, ils feront un enfant. Bientôt, le système y verra son issue de secours. Bientôt, se dessinera la fusion du projet « national-autoritaire » et « euro-libéral ». Comment y répondrons-nous ?
par Ruffin François
Billet de blog
Macron triomphe au Palais Garnier
Depuis sa réélection à la présidence de la République, Emmanuel Macron est plongé dans une profonde mélancolie. La perte de majorité absolue à l’Assemblée nationale n’a rien arrangé. Au point qu’il est question d’un « homme en fuite ». Et s’il s’était réfugié, juste à côté, au Palais Garnier ?
par Paul Alliès
Billet de blog
par Fred Sochard