Cédric Lépine
Critique de cinéma, essais littéraires, littérature jeunesse, sujets de société et environnementaux
Abonné·e de Mediapart

2268 Billets

5 Éditions

Billet de blog 22 mai 2022

"Les Aventures extraordinaires d'Adèle Blanc-Sec" de Luc Besson

En 1911, Adèle Blanc-Sec revient d'une expédition en Égypte avec la ferme intention de réveiller la momie du médecin d'un pharaon afin que celui-ci soigne sa sœur plongée dans un état de léthargie profond. Pour cela, elle a besoin de l'aide du professeur Espérandieu qui vient de réveiller un ptérodactyle du Jardin des Plantes à Paris.

Cédric Lépine
Critique de cinéma, essais littéraires, littérature jeunesse, sujets de société et environnementaux
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Diffusion sur la plate-forme Netflix (France) : Les Aventures extraordinaires d'Adèle Blanc-Sec de Luc Besson

Luc Besson après avoir plongé dans les aventures semi-animées d'Arthur et les Minimoys, s'est lancé dans l'adaptation de la série de romans graphiques de Jacques Tardi. Cela lui a permis de retrouver au centre de l'intrigue une héroïne qui se retrouve à l'initiative des scènes d'action spectaculaires. Luc Besson s'inspire largement d'Indiana Jones de Spielberg, cinéaste dans lequel on retrouve une large inspiration pour le goût notamment de l'usage des images de synthèse non seulement du ptérodactyle, des momies, mais encore la reconstitution de tout le Paris du début du XXe siècle. Luc Besson s'attache particulièrement à rendre l'atmosphère propre à la BD à l'écran avec des personnages grimés dont on découvre avec délice les caricatures, avec les impressionnantes prothèses portées par les acteurs, de Mathieu Amalric à Gilles Lellouche méconnaissables qui parviennent à faire vivre des personnages qui ne peuvent exister ailleurs que dans une BD.

"Les Aventures extraordinaires d'Adèle Blanc-Sec" de Luc Besson © DR

Cette reconstitution est admirable et particulièrement soignée. De même, le personnage féminin éponyme au centre de l'intrigue s'inscrit bien dans la lignée des héroïnes d'action de Besson, jouée ici avec conviction par Louise Bourgoin. En revanche, le déséquilibre est beaucoup plus fort du côté du scénario qui a du mal à cacher son indigence derrière un magnifique casting d'acteur.rices et ses effets spéciaux. En effet, l'histoire multiplie les scènes où apparaissent certes un panel d'acteurs remarquables, mais sans que cela nourrissent vraiment l'intrigue. Luc Besson semble montrer davantage la richesse qu'il a à sa disposition de réunir un casting de grande qualité sans pour autant au final savoir s'en servir dans son histoire. Ce film devient alors un prétexte à mettre en valeur la production Besson et oublie le goût légitime du public pour accéder et partager un récit.

Ce film fantastique d'époque n'est pas non plus l'opportunité d'interroger le sens de l'histoire et même la place des femmes à un moment pourtant déterminant pour elles en pleine période des Suffragettes.

Le film est une prouesse en effets spéciaux et dans sa galerie de personnages mais fait figure d'œuvre de musée figée à laquelle il manquerait une histoire pour qu'elle puisse réellement s'animer de l'intérieur. Dès lors, plus d'une décennie plus tard, passé la nouveauté des effets spéciaux et de la reconstitution de la BD de Tardi de l'époque, le film perd irrémédiablement ses attraits.

Les Aventures extraordinaires d'Adèle Blanc-Sec
de Luc Besson
Fiction
105 minutes. France, 2010.
Couleur
Langue originale : français

Avec : Louise Bourgoin (Adèle Blanc-Sec), Philippe Nahon (le professeur Ménard, un scientifique au jardin des plantes de Paris), Gilles Lellouche (l'inspecteur Léonce Caponi), Nicolas Giraud (Andrzej Zborowski, jeune assistant du professeur Ménard), Jean-Paul Rouve (Justin de Saint-Hubert, chasseur de safari professionnel), Mathieu Amalric (Dieuleveult, un savant et médecin égyptologue), Jacky Nercessian (Marie-Joseph Espérandieu, un savant spécialiste de l'Égypte), Laure de Clermont-Tonnerre (Agathe Blanc-Sec, la sœur jumelle d'Adèle), Gérard Chaillou (le président Armand Fallières), Frédérique Bel (une bourgeoise à l'exécution d'Espérandieu), Isabelle Caro (la momie Nocibis), Bernard Lanneau (le narrateur (voix)), Moussa Maaskri (Akbar), Serge Bagdassarian (Choupard), Claire Pérot (la danseuse Nini les Gambettes), François Chattot (Pointrenaud), Youssef Hajdi (Aziz), Guillaume Briat (le crieur de la porte Saint-Denis), Swann Arlaud (le crieur devant l'Élysée), Jean-Louis Barcelona (Louis), Philippe Girard (Cheval), Éric Naggar (l'éditeur d'Adèle), Manu Layotte (le porteur), Monique Mauclair (Miranda), Roland Marchisio (le policier bègue), Armand Éloi et Christophe Seureau (les bourgeois à l'exécution d'Espérandieu), Régis Royer (la momie Patmosis), Matila Malliarakis (la momie Semothep), Stanislas de la Tousche (le chauffeur Pointrenaud), Christian Erickson (la momie Ramsès II), Jacques Tardi (le poinçonneur)

Scénario : Luc Besson, d'après l'œuvre Les Aventures extraordinaires d'Adèle Blanc-Sec de Jacques Tardi
Assistant réalisateur : Vincent Richard, Mathilde Cathelin, René-Pierre Rouaux
Effets visuels numérique : Buf Compagnie (Paris) - DUBOI (Alain Carsoux) (Paris)
Effets spéciaux visuels : Noël Chainbaux, Stéphane Vogel
Musique : Éric Serra
Directeur de la photographie : Thierry Arbogast
Montage : Julien Ray
Décors : Hugues Tissandier
Costumes : Olivier Bériot et Eudald Magri
Production : Virginie Silla
Producteur associé : Luc Besson
Sociétés de production : EuropaCorp, TF1 Films Production1
Sociétés de distribution : EuropaCorp Distribution

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
Guerre d’Algérie : la parole aux héritiers
Elles et ils sont petits-fils et petites-filles d’indépendantiste, d’appelé, de harki, de pieds-noirs, de juifs d’Algérie, de militant à l’OAS. 
par Rachida El Azzouzi et Khedidja Zerouali
Journal — Entreprises
Chaos dans les aéroports : le symptôme d’une crise profonde
Alors que les salariés d’Aéroports de Paris entrent en grève, les délais et les annulations dans les aéroports devraient accompagner les voyageurs cet été. Une situation qui est le fruit des impasses d’un modèle dans lequel ce secteur s’est enfermé. 
par Romaric Godin
Journal
Paris rapatrie 16 mères ex-membres de l’État islamique et 35 mineurs détenus en Syrie
La France récupère 51 de ses ressortissants qui étaient détenus dans un camp du nord-est de la Syrie depuis la chute de Daech. Uniquement des femmes, anciennes membres du groupe terroriste et leurs enfants, dont sept orphelins.
par Céline Martelet, Hussam Hammoud et Noé Pignède
Journal — Violences sexuelles
Le youtubeur Léo Grasset est visé par une plainte pour harcèlement sexuel
La vidéaste Clothilde Chamussy, de la chaîne « Passé sauvage », accuse l’animateur de « DirtyBiology » de harcèlement sexuel. Il est mis en cause par sept autres femmes pour violences psychologiques, sexistes et sexuelles. Il « conteste totalement les accusations » relayées à son encontre.
par Sophie Boutboul et Lénaïg Bredoux

La sélection du Club

Billet de blog
RN-LREM : Après le flirt, bientôt un enfant ?
Rassemblement national et Marcheurs ! flirtent juste, pour l’instant. Mais bientôt, ils feront un enfant. Bientôt, le système y verra son issue de secours. Bientôt, se dessinera la fusion du projet « national-autoritaire » et « euro-libéral ». Comment y répondrons-nous ?
par Ruffin François
Billet de blog
par Fred Sochard
Billet de blog
Macron triomphe au Palais Garnier
Depuis sa réélection à la présidence de la République, Emmanuel Macron est plongé dans une profonde mélancolie. La perte de majorité absolue à l’Assemblée nationale n’a rien arrangé. Au point qu’il est question d’un « homme en fuite ». Et s’il s’était réfugié, juste à côté, au Palais Garnier ?
par Paul Alliès
Billet de blog
Voilà comment Jupiter a foudroyé Jupiter !
Emmanuel Macron a sans doute retenu la leçon de Phèdre selon laquelle « Jupiter nous a chargé de deux besaces : l’une, remplie de nos fautes, qu’il a placée sur le dos ; l’autre contenant celles d’autrui, qu’il a pendue devant » : les siennes, il les a semées et les sème encore …
par paul report