"Louise… l’insoumise" un film de Charlotte Silvera

En 1961, Louise, 10 ans, est la souffre-douleur de sa mère qui n’hésite pas à la frapper physiquement et à la réprimander sans cesse. Son père qui maintient l’ordre patriarcal ne veut pas intervenir dans la sphère qui appartient à son épouse.

"Louise… l’insoumise" de Charlotte Silvera © Doriane Films "Louise… l’insoumise" de Charlotte Silvera © Doriane Films
Au sujet de l'édition DVD : Louise… l’insoumise de Charlotte Silvera

Pour son premier long métrage de fiction, Charlotte Silvera touche juste et fort autour de cette chronique initiatique d’une préadolescente au sein d’une famille juive tunisienne de 1961 vivant en banlieue parisienne. La description historique, sans le poids de la reconstitution, est d’une grande précision pour resituer le contexte social de l’époque où une épouse est d’autant plus violente qu’elle subit une organisation patriarcale ne lui permettant ni d’avoir son indépendance économique, ni de s’épanouir sexuellement dans l’application d’une religion juive rigoureuse liberticide. Les causes du dysfonctionnement de cette famille sont amenées comme autant d’hypothèses possibles avec une subtilité qui ne vise jamais la démonstration pure et simple.
La force de la mise en scène de Charlotte Silvera repose sur l’attention précise du vécu de cette jeune fille à travers son quotidien plutôt que dans une progression scénaristique résolument dramatique. Ce choix est d’autant plus perspicace que les violences subies s’inscrivent dans la banalisation du quotidien en évitant la concentration d’accès de violences spectaculaires. C’est le point de vue le plus honnête que l’on pouvait faire sur ce sujet social douloureux. Même si au milieu des années 1980 on pouvait disposer de ce recul qui fait que le sujet appartient à une autre époque, cela n’empêche pas de s’interroger sur la réalité encore à l’heure actuelle de ces violences quotidiennes que subissent les enfants. Aujourd’hui encore en 2020 où la fessée a tout de même enfin été juridiquement considérée comme un acte répréhensible dans la protection des mineurs le sujet mérite toujours que l’on s’interroge et que l’on reste attentif à ce qui se passe dans le cadre familial.
Il était aussi pertinent de choisir une actrice au charme naturel pour incarner cette mère afin de jouer sur la difficulté de considérer son personnage comme immédiatement criminelle. Louise, la mal aimée de sa mère, qui a pourtant deux autres sœurs qui ne subissent pas la même violence à leur égard, représente ce que sa mère ne peut se permettre vis-à-vis de son époux comme des codes sociaux traditionnels dans lesquels elle a décidé de s’inscrire : l’insoumission. Ce portrait de jeune fille ne sombre cependant pas dans le misérabilisme car Charlotte Silvera porte une confiance profonde dans ses personnages autour de ce qu’ils incarnent : l’émancipation est alors possible dans la sociabilisation des enfants à travers le système scolaire pour affranchir les esprits et les amitiés complices. 25 ans plus tard, les sujets portés par ce film touchent toujours au plus juste et ne souffrent d’aucune faiblesse dans la mise en scène qui génère une empathie forte et une réflexion très riche.

 

 

71blh62xkwl-ac-sl1128
Louise… l’insoumise
de Charlotte Silvera
Avec : Catherine Rouvel (Édith, la mère), Roland Bertin (le père), Myriam Stern (Louise), Joëlle Tami (Gisèle), Deborah Cohen (Viviane), Marie-Christine Barrault (Mme Royer), Lucia Bensasson (la tante), Dominique Bernard (l’oncle Gaston), Catherine Langeais (la voix de la speakerine de la télévision), Nathalie Hanrion (une enfant), Julie Turin (une enfant), Chantal Henry (une enfant), Sophie Royer (une enfant), Caroline Bray (une enfant), Aude Clément (une enfant), Élodie Coulanges (une enfant), Hélène Diemunsch (une enfant), Myriam Elhadad (une enfant), Clémentine Godard (une enfant), Maya Heuze-Defay (une enfant), Alice Matton (une enfant), Natacha Milkoff (une enfant), Caroline Vuillin (une enfant), Pierre Baillot, Élia Clavel, Josette Duval, Chantal Garrigues, Laurence Mercier, Christiane Mériel
France, 1985.
Durée : 130 min
Sortie en salles (France) : 13 mars 1985
Sortie France du DVD : 24 novembre 2008
Format : 1,85 – Couleur
Langue : français - Sous-titres : anglais.
Éditeur : Doriane Films

Bonus :
De Louise à elles de Charlotte Silvera : court-métrage avec les deux jeunes comédiennes du film pour l’émission Étoiles & Toiles de Frédéric Mitterrand
Entretien avec Charlotte Silvera

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.