Famille : je t’aime, tu m’enlaces

À 52 ans et après 25 ans de mariage, Manana quitte le foyer familial où cohabitaient trois générations. La décision irrévocable de Manana provoque la sidération de toute la famille élargie.

"Une famille heureuse" de Nana & Simon © Memento Films "Une famille heureuse" de Nana & Simon © Memento Films

Sortie DVD : Une famille heureuse de Nana & Simon

Nana & Simon : derrière cet énigmatique signature, se cachent deux réalisateurs coproducteurs complices, Nana Ekvtimishvili et Simon Groß, qui signent ici leur second long métrage après Eka & Natia, chronique d’une jeunesse géorgienne, qui figure ici en bonus, excellente initiative de l’éditeur DVD du film. En effet, cette sortie DVD constitue une fructueuse opportunité de découvrir deux auteurs à part entière capable de créer un univers et une vision toute personnelle de la trop méconnue société géorgienne. Leur construction filmique est d’autant plus cinématographique qu’ils associent à leur entreprise Tudor Vladimir Panduru, le chef opérateur de Cristian Mungiu sur Baccalauréat (2016), pour mettre en scène les images mentales de leur univers. Au cœur de leur récit, l’histoire originale d’une femme qui cherche à s’émanciper de sa famille dans un pays où celle-ci est devenue la structure incontournable de sociabilisation de tout individu. Dès les premières scènes, les enjeux qui lient et délient en même temps les individus de cette maisonnée familiale sont donnés à voir et à éprouver notre conscience. La mise en scène de Nina & Simon est d’une grande subtilité, jamais démonstrative, reposanr sur une fine observation des relations humaines assises dans un inébranlable, du moins en apparence, quotidien. Même si le personnage principal est la mère qui décide de se trouver un espace d’émancipation, moins liberticide que l’étreinte paradoxalement nourrie d’amour de la famille, aucun personnage n’est totalement condamné et ne sert de bouc émissaire aux difficultés de vivre des uns et des autres. Au contraire, chacun doit affronter ses propres fragilités et incohérences tout en faisant mine de croire religieusement à l’institution d’État qu’est la famille. Trois générations de femmes, grand-mère, mère et fille, témoignent de toute la perplexité d’une société géorgienne amenée à se réinventer au fur et à mesure des bouleversements politiques du pays, passant de l’athéisme communiste de l’Union soviétique au retour de la main mise de la religion dans la vie publique et privée de chacun, réévaluant à la baisse les droits de la femme au sein des structures familiales. Déjà dans Eka & Natia, chronique d’une jeunesse géorgienne, riche de la fine observation autobiographique de Nana Ekvtimishvili, le film présentait une subtile mise en scène où le récit partait du tronc commun de deux personnages principaux tout en maintenant à jour les diverses racines que sont l’environnement humain qui fonde lesdits personnages éponymes. Les personnages de Nana & Simon sont éminemment sociaux et qui plus est familiaux. De cette observation géorgienne, en découle une perspicace analyse du sens de la famille dans la modernité individualisante d’un monde globalisé. Le personnage de Manana est à cet égard d’une profonde et touchante modernité, ne se situant jamais du côté de la caricature bourrée d’intentions critiques : Manana vit par elle-même avec ses doutes mais sa certitude d’agir avec probité et une pleine conscience des personnes qui l’entourent. Dès lors, le titre du film peut livrer toute sa malicieuse charge de sens : il y a moins d’ironie que l’on pourrait imaginer à l’égard de la famille parce que Nana & Simon la présentent en situation de se réinventer au fur et à mesure que ses membres ne trouvent plus leur place dans cette institution ancestrale. Le film n’est donc en rien un pamphlet contre la famille : le regard des réalisateurs est à ce point subtilement humaniste, livrant avec une douce pudeur une grande part de secrets de ce qui fonde l’intégrité de chacun.

 

 

dvd-une-famille-heureuse-de-nana-simon
Une famille heureuse
Chemi Bednieri Ojakhi
de Nana & Simon
Avec : Ia Shugliashvili (Manana, la mère de famille), Merab Ninidze (Soso, le mari de Manana), Berta Khapava (Lamara, la grand-mère), Tsisia Qumsishvili (Nino, la fille de Manana), Giorgi Khurtsilava (Vakha, le copain de Nino), Giorgi Tabidze (Lasha), Dimitri Oragvelidze (Reza), Goven Cheishvili (Otar)
Allemagne, France, Géorgie – 2017.
Durée : 119 min
Sortie en salles (France) : 10 mai 2017
Sortie France du DVD : 3 octobre 2017
Format : 2,35 – Couleur
Audio : géorgien - Sous-titres : français.
Éditeur : Memento Films
Bonus :
Eka & Natia, chronique d’une jeunesse géorgienne : premier film de Nana & Simon - 2013 - 102’ - VOST DD 5.1

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.