Entretien avec Marc Obéron à propos du festival "Le Temps presse"

La neuvième édition du festival de cinéma "Le temps presse" se déroule du 22 au 26 janvier 2020 à Paris. Pour découvrir en quelques mots ce festival, le fondateur et initiateur du festival Marc Obéron a répondu aux questions suivantes.

Marc Obéron © DR Marc Obéron © DR
Cédric Lépine : Quelles sont vos responsabilités dans l’organisation du festival Le Temps presse ?
Marc Obéron :
C’est un travail d’équipe, cela va du visionnage des films reçus aux films découverts dans les festivals, jusqu’aux choix des jurys et l’organisation du Festival lui-même, d’une certaine façon c’est collégial.

 

Cédric Lépine : Pouvez-vous rappeler le contexte dans lequel est apparu Le Temps presse ?
Marc Obéron :
L’origine est un long métrage que j’ai produit et qui s’appelle 8, réalisés par 8 réalisateurs : Jane Campion, Gus Van Sant, Wim Wenders, Gaspard Noé, Jan Kounen, Abderrhamane Sissako, Gael García Bernal, Mira Nair. Ils avaient partagé avec nous leur vision du monde à travers 8 courts métrages. Le film a été diffusé sur YouTube en 2010 et a généré plus de 2 millions 500 000 personnes et beaucoup de réactions sur le Net. Cela a été le déclencheur pour créer ce festival et les réalisateurs de 8 sont devenus jurys les premières années. C’est un passage de témoin naturel qui s’est passé depuis, de talent à talent.

 

Cédric Lépine : Depuis la première édition, quelles ont été les grandes évolutions du festival ?
Marc Obéron :
Le Festival propose des longs métrages en avant-premières et nous créons un lieu de vie cette année, à Ground Control à Paris, pour permettre aux gens de partager et échanger sur les sujets du Festival.

 

Cédric Lépine : Comment se construit la programmation du festival, selon quels critères ?
Marc Obéron :
Poursuivre notre travail de sensibilisation par le divertissement et la programmation se construit d’abord sur les sorties de films à venir dans la période du Festival et selon les valeurs que défend le festival, des films humains et inspirants.

 

Cédric Lépine : Quel est le modèle de financement du festival ?
Marc Obéron :
Le festival fonctionne depuis 9 ans avec deux types de financements : du financement public grâce aux institutions partenaires et du financement privé avec nos partenaires.

 

Cédric Lépine : Pourquoi avoir choisi trois salles de cinéma pour organiser la manifestation ?
Marc Obéron :
Pour offrir les films sélectionnés à un public le plus large possible dans Paris.

 

Cédric Lépine : Quel est le rôle selon vous du cinéma dans l’éveil de la prise de conscience citoyenne ?
Marc Obéron :
Il est important, le cinéma est un média puissant qui peut convaincre par l’émotion, rien ne se fait seul et on a besoin de tout le monde pour transformer l’essai, mais c’est un outil pédagogique et ludique unique !

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.