"La Femme qui s'est enfuie" (Domangchin yeoja) un film de Hong Sang-soo

Pour la première fois depuis de longues années qu’elle est en couple, Gam-hee sort seule pour rendre visite à ses amies dans leurs appartements respectifs.

"La Femme qui s'est enfuie" (Domangchin yeoja) un film de Hong Sang-soo © Capricci "La Femme qui s'est enfuie" (Domangchin yeoja) un film de Hong Sang-soo © Capricci
Sortie du DVD : La Femme qui s'est enfuie de Hong Sang-soo

Cinéaste prolifique, Hong Sang-soo propose avec la régularité d’un Woody Allen, un film réalisé par an, une mise en scène épurée où les dialogues sont au cœur des enjeux du récit. Les échanges permettent une introspection très forte pour connaître des personnages qui s’inscrivent pourtant dans des actions et prises de position ancrées dans le quotidien sans aucun effet dramatique spectaculaire. Tout tourne autour de quelques personnages et en suivant la protagoniste qui va à la rencontre de chacune, c’est une petite ville fantôme auquel on est confronté, comme si le récit s’inscrivait déjà dans la réalité du confinement où les habitants ne sortent plus de chez eux. Et de fait, les personnages ici se rencontrent dans leurs appartements pour les deux premières femmes, et un hall culturel incluant une salle de cinéma où l’on peut voir notamment un film de Hong Sang-soo ! Le cinéaste est comme un petit oiseau picorant d’ici de là ses bribes d’histoire pour au final proposer un repas consistant. Une fois mis bouts à bouts, ces portraits de femmes contemporaines parlent intensément du monde actuel, confiné ou non, où la difficulté de s’ouvrir à l’autre est un défi quotidien. Que l’on s’isole par amour ou par méfiance des autres dans des appartements dotés de caméra, les parcours de vie sont ici bien modestes confrontés à la peur de l’autre et au final la difficulté de faire communauté.

Dans cette foi dans la rencontre comme forme épurée de récit, Hong Sang-soo est un digne héritier d’Éric Rohmer avec un léger soupçon de John Cassavetes pour ces retrouvailles autour de repas arrosés où l’alcool rend gai et l’humanisme pétrissant les personnalités de chacun.

 

 

3545020071908-vid
La Femme qui s'est enfuie
Domangchin yeoja
de Hong Sang-soo
Avec : Kim Min-hee (Gam-hee), Song Seon-mi (Su-young), Lee Eun-mi (Young-ji), Seo Young-hwa (Young-soon), Kwon Hae-hyo (monsieur JungKim Sae-Byuk (Woo-jin), Shin Suk-ho (l'homme au chat), Ha Sung-guk (le jeune poète)
Corée du Sud, 2020.
Durée : 77 min
Sortie en salles (France) : 30 septembre 2020
Sortie France du DVD : 2 février 2021
Format : 1,85 – Couleur
Langue : coréen - Sous-titres : français.
Éditeur : Capricci

Bonus :
Hong Sangsoo et la Corée (15’)
Analyse du film (10’)

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.