"Michel-Ange" (Il peccato) d’Andreï Kontchalovski

Sous la protection de la famille Della Rovere, Michel-Ange exécute ses commandes pour la chapelle Sixtine, tout en réalisant des sculptures pour le tombeau du pape. Lorsque la famille Médicis arrive au pouvoir, il doit composer entre sa quête passionnée pour la création, sa fidélité pour le pape défunt et le nouvel équilibre politique oppressant.

"Michel-Ange" (Il peccato) d’Andreï Kontchalovski © UFO Distribution "Michel-Ange" (Il peccato) d’Andreï Kontchalovski © UFO Distribution
"Michel-Ange" (Il peccato) d’Andreï Kontchalovski © UFO Distribution "Michel-Ange" (Il peccato) d’Andreï Kontchalovski © UFO Distribution
Sortie Blu-ray : Michel-Ange d’Andreï Kontchalovski

Pour son nouveau film avec près de 60 ans de réalisation derrière lui, Andreï Kontchalovski revient à ses inspirations initiales lorsqu’il travailla avec Andreï Tarkovski sur le scénario d’Andreï Roublev (1966) autour d’un artiste génial dépassé par la violence du pouvoir politique de son époque. Andreï Kontchalovski privilégie ici le naturalisme à la vision romantique de l’artiste à l’œuvre en reconstituant avec un grand souci du détail le décor. C’est bien la reconstitution historique baignée de néoréalisme sous l’inspiration d’un Roberto Rossellini que le cinéaste russe choisit de suivre pour donner à voir et penser la vie d’un artiste génial torturé par son époque, passant son temps à trahir ses proches pour composer avec les différents détenteurs du pouvoir qui sont également ses financeurs et commanditaires.

La puissance chtonienne massive est ici omniprésence donnant ainsi à penser l’inspiration de Michel-Ange complètement baigné par son époque. Tout ce temps notamment passé dans la carrière de Carrare pour choisir son marbre et l’aventure de l’extraction et du transport d’un gigantesque bloc, rappelle l’énergie titanesque libérée pour construire une cloche dans Andreï Roublev. S’il nous reste les œuvres atemporelles de l’artiste, leur accouchement dans la douleur et l’incertitude est le hors champ qu’Andreï Kontchalovski a choisi de mettre en scène. Il en découle une mise en scène minimaliste faisant la part belle à la reconstitution dans la crasse et la souffrance plutôt que dans les beaux habits d’apparat en magnificence. Le génial Michel-Ange apparaît dès lors dans une énergie issue du plus profond de lui, tout en étant enraciné dans la force terrestre de la vie de ses contemporains. Avec une saine humilité, le film saisit l’artiste à travers une modeste mais dense chronique de vie sans effets artificiels mais en se concentrant dans l’humanité troublée d’un homme épris par son expression artistique ancré dans la réalité politique de son époque. En toile de fond, comme l’avance en une solide hypothèse en bonus de cette édition vidéo Joël Chapron, se dessine aussi le portrait d’Andreï Kontchalovski traversé par ses conflits à l’égard des différents commanditaires que furent ses producteurs aux USA et en URSS au fil de sa longue filmographie.

 

 

51jywynnqdl-ac-1
Michel-Ange
Il peccato
d’Andreï Kontchalovski
Avec : Alberto Testone (Michel-Ange), Yuliya Vysotskaya (la dame à l'hermine), Riccardo Landi (Al Farab), Jakob Diehl (Peppe), Antonio Gargiulo (François Marie Ier della Rovere), Nicola Adobati (Laurent II de Médicis), Massimo De Francovich (le pape Jules II), Simone Toffanin (le pape Léon X), Nicola De Paola (le cardinal Jules de Médicis), Adriano Chiaramida (Ludovico Buonarroti, le père de Michel-Ange), Glen Blackhall (Raphaël), Orso Maria Guerrini (le marquis Malaspina), Federico Vanni (Jacopo Sansovino), Toni Pandolfo (Dante)
Russie, Italie, 2019.
Durée : 136 min
Sortie en salles (France) : xx 2014
Sortie France du Blu-ray : 16 mars 2021
Format : 1,33 – Couleur
Langue : italien - Sous-titres : français.
Éditeur : UFO Distribution

Bonus :
Présentation du film et du réalisateur par Joël Chapron, historien et spécialiste du cinéma russe (20’)
Documentaire sur le tournage (25’)
Dossier iconographique vidéo

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.