L'auteur, cet homme au foyer

Paul, après avoir écrit un premier livre il y a quelques années, tourne en rond dans sa vie de couple faite de tromperies, de mensonges et de règlements de comptes fait à l'autre qui ne s'adressent qu'à lui-même. Il est en panne d'écriture et tout dans sa vie dès lors part à vau-l'eau.

"La Tortue sur le dos" de Luc Béraud © Doriane Films "La Tortue sur le dos" de Luc Béraud © Doriane Films

Sortie du combo Blu-ray / DVD : La Tortue sur le dos de Luc Béraud

Luc Béraud a débuté dans le cinéma dans les années 1970 étroitement lié à Claude Miller et Jean Eustache que l'on retrouve dans ce premier long métrage audacieux et singulier. Il s'y entoure de la complicité de Claude Miller, également coscénariste du film, comme lui-même l'a été de ses films. Autour du sujet autobiographique des errements d'un auteur en panne d'écriture, Luc Béraud met en scène les compromis du couple et plus généralement les rapports tendus entre hommes et femmes, dans une analyse très fine de leurs enjeux. Il trouve en Jean-François Stévenin et Bernadette Lafont des acteurs inspirés qui incarnent des personnages troubles hantés par leurs codépendances. Ce premier film est le développement de son court métrage La Poule (1971) qui proposait déjà une fine peinture psychologique de l'assouvissement progressif d'une femme de lettres libérée en objet matrimonial par son mari. Ici, l'autre du couple devient l'excuse hypocrite de la défaite d'un auteur pétri de contradictions, qui a besoin comme de nombreux hommes de son âge de plaire et d'exercer son pouvoir de séduction pour se sentir exister et se révèle être un grand enfant en quête de prise en charge maternelle.
Dans une première partie, ce sont les déséquilibres de la relation de couple entre une femme qui fait un travail dans lequel elle ne s'épanouit pas afin de pouvoir faire vivre économiquement le foyer et l'homme à la maison qui ne trouve pas l'inspiration pour écrire. Est-ce à dire que derrière l'artiste se cache des personnes qui sacrifient leur vie et ne voient jamais la lumière de leur reconnaissance sociale, vivant leur vie par procuration ? C'est un thème d'une grande pertinence dans les années 1970 où la place des rapports hommes/femmes dans la société et plus particulièrement dans l'intimité du couple, sont très largement remis en cause. Dans la seconde partie, l'auteur qui a quitté le foyer conjugal traverse une véritable descente aux enfers où il va trouver matière à libérer son inspiration, à travers notamment une cohabitation de chambre et de lit avec un homme qui exprime pour lui son besoin d'être en couple pour trouver son équilibre. Jean-François Stévenin tout en veulerie, incertitude et errance offre une interprétation fascinante qui n'appartient qu'à lui pour interpréter ce personnage. Luc Béraud offrait ainsi une analyse fine et sincère de l'accouchement difficile de l'écriture qui a largement inspiré Barton Fink (1991) des frères Coen jusque dans la reprise de quelques plans, comme le montre encore le documentaire présent dans le bonus de cette édition combo Blu-ray / DVD. Il fait aussi la synthèse des rapports de genre à la fin des années 1970.

 

 

tortue-sur-dos-01
La Tortue sur le dos
de Luc Béraud
Avec : Jean-François Stévenin (Paul), Bernadette Lafont (Camille), Virginie Thévenet (Nathalie), Claude Miller (Pierre), Marion Game (Sylvie), Valérie Quennessen (l'étudiante), François Lafarge et Étienne Chicot (Jean-Louis), Jenny Clève (Germaine), Véronique Silver (Mme Beuve), Jo Perque (l'ouvreuse), Florence Lafuma (Ava), Sandy Whitelaw (Prokosch), Poussine Mercanton (Marie-Cécile), Marc Lévy (Gus, le voyageur), Véronique Dancigers (la femme arrogante), Sarah Sterling (la femme du dancing), Dominique Erlanger (la libraire), Jacques Dichamp (le gardien de nuit), Denise Bonal (l'hôtelière), Cirylle Spiga (le Hongrois jaloux), Romaraine Vincent (la femme enceinte du Hongrois), Jeanne Lobre (la mère de Paul), Christine Datnowsky (l'infirmière), Michel Blanc (le fêtard qui lit), Jean Dasté (le handicapé grognon), Chantal Mercier (la jolie secrétaire), Louis Daquin (le narrateur), Daniel Goldenberg, Bhime Souaré, Josiane Balasko, Maurice Bernard, Alain Centonze, Marie-Anne Chazel, Christian Clavier, Franck Coquet, Edgardo Cozarinsky, Jean Eustache, Laurent Ferrier, Alain Jomy, Bruno Moynot, Bernard Stora, Martine Alexis, Gisèle Blanc, Katia Carol, Jean Cherlian, Nathan Miller, Jean Thouvenin
France, 1978.
Durée : 110 min
Durée totale du DVD : 158 min
Sortie en salles (France) : 27 septembre 1978
Sortie France du DVD : 10 avril 2019
Format : 1,66 – Couleur
Langue : français - Sous-titres : anglais.
Éditeur : Doriane Films
Bonus :
La Poule court métrage de Luc Béraud, avec Catherine de Seynes et Michael Lonsdale (1971, 18 min)
Vertige de la page blanche réalisé par Roland-Jean Charna (30 min)
Version commentée par le réalisateur

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.