Mary Poppins, cinquante ans plus tard : un charme suranné ?

Mary Poppins descend du ciel pour s'occuper des enfants de Michael dont elle s'était occupée quelques décennies plus tôt.

"Le Retour de Mary Poppins" de Rob Marshall © Walt Disney "Le Retour de Mary Poppins" de Rob Marshall © Walt Disney
Sortie DVD : Le Retour de Mary Poppins de Rob Marshall

Plus de cinquante ans après la réalisation de Mary Poppins, un des premiers longs métrages mêlant animation et prise de vue réelle de Disney, Mary Poppins est de retour, toujours aussi jeune et à la même personnalité étriquée so british. Cette suite se veut fidèle au premier film, en réactualisant le thème pour le nouveau public sans pour autant apporter la moindre nouveauté. Le film mélange à certaines moments animation et prises de vue réelles et surtout plusieurs chorégraphies dansées et chantées. De ce point de vue, le film constitue une bonne introduction pour le plus jeune public à la comédie musicale, malgré ses airs surannés. Le plus étonnant ici consiste à construire un personnage qui se propose d'être une vraie alternative parentale aux côtés d'un père veuf dépassé par tout ce qui lui arrive, alors qu'il n'exprime aucune affection physique. En effet, nounou british jusqu'au bout des ongles, il ne faut pas attendre de Mary Poppins qu'elle fasse des câlins. C'est par sa magie, sa distance émotionnelle et le mystère de ses origines qu'elle fonde sa puissance d'attraction à l'égard des plus jeunes. Le film joue beaucoup sur la nostalgie des années Disney à l'époque où les studios avaient encore le quasi monopole du cinéma à destination du jeune public.
Le réalisateur Rob Marshall est devenu à la fois un fidèle de Disney qui devrait réaliser une nouvelle adaptation de La Petite sirène et un spécialiste de la comédie musicale. C'est à ce titre qu'il était le réalisateur approprié pour ce film. On trouve également de bons acteurs, à commencer par Emily Blunt et Ben Whishaw mais qui ne montrent ici qu'une palette très limitée de leurs talents. L'ensemble est bien réalisé laissant une grande place aux couleurs rutilantes et féeriques mais sans aucune inspiration ni idées novatrices. Le public a malgré tout répondu présent et il faut donc s'attendre à voir déferler des suites à ce Retour.
Présentant le Londres de la dépression économique, le mot d'ordre permanent est l'espoir toujours et malgré tout, mais en puisant toujours sur l'artificialité de la vie. En effet, le film est résolument apolitique au possible, Mary Poppins se permettant même de faire la moue lorsque Jane Banks qui se révèle du parti travailliste est prête à manifester pour défendre les droits des plus démunis. Et la lutte entre riches et pauvres est toujours un prétexte hypocrite de scénario alors que les prétendus pauvres personnages de l'histoire vivent avec un train de vie d'une classe sociale élevée, loin du statut du simple employé de banque qu'est le père. Les situations sociales sont irréalistes alors que Mary Poppins est sensée soutenir les démunis face aux puissances d'argent. Pour couronner le tout, l'acteur Dick van Dick qui jouait les humbles ramoneurs dans la version originale, joue ici les banquiers sympathiques qui apporte la justice finale, pour ne pas remettre en cause le système capitaliste mais au contraire afin de justifier son rôle : les banques sont nos amis, il y a juste parfois quelques méchants usurpateurs... Triste morale décomplexée d'hypocrisie pour faire avaler des serpents à ceux qui ont été et sont encore les victimes des banques et qui pourraient se reconnaître dans ce histoire...

 

 

le-retour-de-mary-poppins-dvd
Le Retour de Mary Poppins
Mary Poppins Returns
de Rob Marshall
Avec : Emily Blunt (Mary Poppins), Lin-Manuel Miranda (Jack), Ben Whishaw (Michaël Banks), Emily Mortimer (Jane Banks), Pixie Davies (Annabel Banks), Nathanael Saleh (John Banks), Joel Dawson (Georgie Banks), Julie Walters (Ellen), Colin Firth (William Weatherall Wilkins), Meryl Streep (Cousine Topsy), Dick Van Dyke (M. Dawes Jr.), Angela Lansbury (la dame aux ballons), David Warner (l'Amiral Boom), Jim Norton (M. Boussole), Jeremy Swift (Hamilton Gooding), Kobna Holdbrook-Smith (Templeton Frye), Noma Dumezweni (Miss Penny Farthing), Tarik Frimpong (Angus), Karen Dotrice (une dame demandant le numéro 19 de l'allée des Cerisiers)
USA, 2019.
Durée : 130 min
Sortie en salles (France) : 19 décembre 2018
Sortie France du DVD : 26 avril 2019
Format : 2,39 – Couleur
Éditeur : Walt Disney France

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.