"L’Or noir de l’Oklahoma" un film de Stanley Kramer

Une femme seule, Lena, est bien décidée à trouver par ses propres moyens du pétrole sur sa propriété. Elle repousse donc l’aide de son père qu’elle n’avait pas vu depuis bien longtemps. Cependant, une puissante compagnie pétrolière semble prête à tout pour s’approprier son terrain.

"L’Or noir de l’Oklahoma" (Oklahoma Crude) de Stanley Kramer © BQHL "L’Or noir de l’Oklahoma" (Oklahoma Crude) de Stanley Kramer © BQHL
Sortie Blu-ray : L’Or noir de l’Oklahoma de Stanley Kramer

Producteur indépendant courageux, traitant de sujets tabous depuis les années 1940 et révélant plusieurs films incontournables de la période, Stanley Kramer est aussi un réalisateur qui n’hésite pas à faire figure d’iconoclaste notamment avec ce film du début des années 1970 où aura lieu d’ailleurs le premier choc pétrolier conduisant les USA à diversifier leurs ressources énergétiques. Ainsi, dans ce contexte historique, le pétrole semble être un mythe nostalgique avec lequel le film prendra quelques distances. Le scénario de L’Or noir de l’Oklahoma repose sur l’incontournable mythe de David contre Goliath où une femme seule doit lutter contre une armada d’hommes armés représentant un puissant groupe financier. Cette jeune femme a décidé de s’opposer aux hommes et dispose d’un véritable franc parler pour les remettre à leur place en plus de sa carabine. En revanche, très vite, elle devra concéder une place à un homme, trouver par son père, pour la protéger.
 Le méchant de service est joué par un habitué du rôle : Jack Palance. Pour poursuivre avec les images habituelles des figures du cinéma, George C. Scott habitué des personnages masculins dominateurs, est choisi pour s’opposer à la femme indépendante Faye Dunaway qui semble tout droit sortie de son rôle dans Bonnie and Clyde (1967, Arthur Penn). À première vue, le statut de la femme semble tenir compte de son émancipation contemporaine, avec notamment des dialogues osés où il est question d’assumer son indépendance en disposant des deux organes sexuels genrés pour se passer d’intervention extérieure ! Le film a été construit pour la confrontation entre ces deux acteurs antagonistes à travers les valeurs qu’ils incarnent, dans une longue lignée de couples cinématographiques : Katharine Hepburn versus Humphrey Bogart dans African Queen (1951, John Huston) et bien plus tard Katharine Hepburn versus John Wayne dans Une bible et un fusil (1975, Stuart Millar). Ici, la confrontation semble donner raison à l’idéologie masculine selon laquelle les femmes ont besoin des hommes, dans une logique rétrograde décomplexée. Malgré quelques scènes de confrontations audacieuses, le film peine à disposer d’une intrigue solide et le film passant maladroitement du comique à la gravité du drame implacable dans une quête pour le pétrole où des hommes meurent avec des démonstrations sanguines à la manière de Sam Peckinpah et des courses-poursuites avec des balles dignes d’un film de la saga Trinita. L’ensemble est un peu déroutant comme le dénouement final évanouissant les derniers espoirs que le film puisse être porté par un sujet plus ambitieux. Il en découle un film quelque peu inoffensif malgré sa volonté de s’affranchir des conventions traditionnelles.

 

 

 

s-l1600
L’Or noir de l’Oklahoma
Oklahoma Crude
de Stanley Kramer
Avec : George C. Scott (Mase), Faye Dunaway (Lena), John Mills (Cleon), Jack Palance (Hellman), William Lucking (Marion), Harvey Jason (Wilcox), Ted Gehring (Wobbly), Rafael Campos (Jimmy), John Hudkins (Bloom), Harvey Parry (Bliss), Bob Herron (Dulling), Jerry Brown (Rucker), Jim Burk (Moody), Henry Wills (Walker), Hal Smith (C. R. Miller), Cody Bearpaw (l’Indien), James Jeter (Stapp), Woodrow Parfrey (l’avocat), Larry D. Mann (Deke Watson), John Dierkes (le fermier), Billy Varga (le cuisinier), Karl Lukas, Wayne Storm, Cliff Osmond
USA, 1973.
Durée : 108 min
Sortie en salles (France) : 18 octobre 1973
Sortie France du Blu-ray : 24 septembre 2020
Format : 2,35 – Couleur
Langues : anglais, français - Sous-titres : français.
Éditeur : BQHL Éditions

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.