Cédric Lépine
Critique de cinéma, essais littéraires, littérature jeunesse, sujets de société et environnementaux
Abonné·e de Mediapart

2020 Billets

5 Éditions

Billet de blog 24 oct. 2021

Cinemed 2021 : "Luzzu" un film d’Alex Camilleri

Depuis plusieurs générations, à Malte, Jesmark pêche avec son embarcation traditionnelle, le « luzzu ». Les difficultés de santé de son bébé le conduisent à envisager des sources économiques toujours moins recommandables pour subvenir à ses besoins.

Cédric Lépine
Critique de cinéma, essais littéraires, littérature jeunesse, sujets de société et environnementaux
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

"Luzzu" d’Alex Camilleri © Épicentre Films

Long métrage en compétition fiction à la 43e édition de Cinemed, le festival de cinéma méditerranéen : Luzzu d’Alex Camilleri

C’est dans une pleine immersion dans le milieu de la pêche à Malte que le film invite le spectateur pour comprendre de l’intérieur les problématiques économiques et sociales de cette île au cœur de la Méditerranée et des enjeux de l’Union Européenne. La mise en scène s’inscrit pleinement dans les stratégies du néoréalisme italien au sortir de la Seconde Guerre mondiale en faisant notamment appel à de véritables pêcheurs pour interpréter leur propre rôle et porter sur leurs épaules rien moins que l’ensemble du film. La caméra en mouvement se place au plus près du protagoniste dans le moindre de ses mouvements qui possèdent une force fantastique à délivrer par eux-mêmes une histoire.

Le réalisateur se révèle non seulement un fin observateur anthropologique mais un conteur bien inspiré pour mettre en scène l’histoire de ce pêcheur. Le sens de sa chronique de vie s’ouvre à de multiples interprétations pour saisir les enjeux politiques d’un pays qui effacent les racines des histoires de ses habitants et noient ceux-ci dans la violence de la pêche intensive qui passe notamment par une zone floue de malversations où tout se monnaie.

Alex Camilleri dans son propos comme dans sa mise en scène s’inscrit pleinement dans l’héritage ouvert par La Terre tremble (La terra trema: Episodio del mare, 1948) de Luchino Visconti et ouvre à l’égard de ce film un dialogue où Luzzu constituerait un second épisode plus de sept décennies plus tard. Le constat est plutôt et amer avec un sens du collectif qui n’a cessé depuis le film de Visconti de s’altérer, amenant le protagoniste de Luzzu à assumer seul ses choix et entrer dans les zones sombres de la contrebande sous la protection corruptrice de l’argent. La violence des décisions politiques néolibérales qui poussent les individus sans alternative dans des stratégies de survie face à la menace de précarité ambiante est ici illustrée avec force. On sent également l’énergie d’un Ken Loach pour dénoncer toute une idéologie économique au bénéfice de quelques privilégiés épuisant les ressources humaines de tout individu à l’œuvre. Telle est la force humaniste du cinéma en pleine effervescence dans Luzzu en plus d’ouvrir une réflexion citoyenne et géopolitique sur un pays européen méconnu et pourtant au cœur des enjeux de la société contemporaine.

Luzzu
d’Alex Camilleri

Fiction
94 minutes. Malte, États-Unis, 2021.
Couleur
Langues originales : maltais, anglais

Avec : Jesmark Scicluna (Jesmark), Michela Farrugia (Denise), David Scicluna (David), Frida Cauchi (Carmen), Uday McLean (Uday), Yuric Allison (Kevin), Paul Cilia (le propriétaire du Van), Reece Vella (le prêtre), Marcelle Theuma (le médecin), David Scicluna (David), Marta Vella (Mary Grace), Stephen Buhagiar (le patron de Jesmark), Noel Grech (un pêcheur), Adrian Farrugia (le conducteur du Van), Joseph Scicluna (le père de Jesmark), Michael Sciortino (le directeur de la pêcherie), Joseph Schiavone (le propriétaire du restaurant), Yorgen Vella (un pêcheur), Emanuele Muscat (un pêcheur), Philip Agius (un pêcheur), Carmel Bonavia (un pêcheur), Joseph Agius (un pêcheur), Simon Falzon (l’oncle de Denise), Rebecca Fenech (le propriétaire du restaurant), Anthony Ellul (l’inspecteur), Timur Ali (Aiden), Mario Muscat (un pêcheur), Frank Tanti (Lino), Royin Grech, Thelma Abela, Sonia Cassar, Diana Bonnici, Horace Fenech, Angie Balzan, Ignazio Schembri, Bernard Zammit, Marlene Schranz,
Scénario : Alex Camilleri
Images : Léo Lefèvre
Montage : Alex Camilleri
Musique : Jon Natchez
Son : Ryan Billia
Costumes : Martina Zammit Maempel
Production : Pellikola, Luzzu Ltd, Noruz Films, Mabrosi Films
Producteur.rice.s : Rebecca Anastasi, Ramin Bahrani, Oliver Mallia, Alex Camilleri
Producteur délégué : Pierre Ellul
Vente internationale : Memento Films
Distributeur (France) : Épicentre Films
Date sortie salles (France) : 5 janvier 2022

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
Quand le candidat parle, ses militants frappent
À Villepinte comme à Paris, des antifascistes se sont mobilisés pour ne pas laisser le premier meeting d’Éric Zemmour se tenir dans l’indifférence. Dans la salle, plus de 10 000 personnes s’étaient réunies pour l’entendre dérouler ses antiennes haineuses, dans une ambiance violente.
par Mathieu Dejean, Mathilde Goanec et Ellen Salvi
Journal — Politique
En marge du meeting de Zemmour, des habitants de Seine-Saint-Denis fustigent « sa politique remplie de haine »
Éric Zemmour a tenu le premier meeting de sa campagne présidentielle dans un département qui représente tout ce qu’il déteste. Cibles quotidiennes des injures du candidat d’extrême droite, des citoyens de Villepinte et des alentours témoignent.
par Hannah Saab (Bondy Blog)
Journal — Gauche(s)
À La Défense, Jean-Luc Mélenchon veut montrer qu’il est le mieux armé à gauche
Lors de son premier meeting parisien, le candidat insoumis à la présidentielle s’est posé comme le pôle de résistance à la droite et à l’extrême droite. Il a aussi montré sa capacité de rassemblement en s’affichant aux côtés de nombreuses personnalités de gauche.
par Pauline Graulle
Journal — Europe
En Andalousie, la colère intacte des « travailleurs du métal »
Après neuf jours d’une grève générale qui a embrasé la baie de Cadix, le retour au calme semble fragile. Nombre d’ouvriers des chantiers navals ou de l’automobile n’en peuvent plus de la flambée des prix comme de la précarité du secteur. Ils se sentent abandonnés par le gouvernement – de gauche – à Madrid.
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
Sénèque juste avant la fin du monde (ou presque)
Vincent Menjou-Cortès et la compagnie Salut Martine s'emparent des tragédies de Sénèque qu'ils propulsent dans le futur, à la veille de la fin du monde pour conter par bribes un huis clos dans lequel quatre personnages reclus n’en finissent pas d’attendre la mort. « L'injustice des rêves », farce d'anticipation à l’issue inévitablement tragique, observe le monde s'entretuer.
par guillaume lasserre
Billet de blog
« Une autre vie est possible », d’Olga Duhamel-Noyer. Poings levés & idéaux perdus
« La grandeur des idées versus les démons du quotidien, la panique, l'impuissance d’une femme devant un bras masculin, ivre de lui-même, qui prend son élan »
par Frederic L'Helgoualch
Billet de blog
Ah, « Le passé » !
Dans « Le passé », Julien Gosselin circule pour la première fois dans l’œuvre d’un écrivain d’un autre temps, le russe Léonid Andréïev. Il s’y sent bien, les comédiens fidèles de sa compagnie aussi, le théâtre tire grand profit des 4h30 de ce voyage dans ses malles aérées d’aujourd’hui.Aaaaah!
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé