"Moranbong, chronique coréenne" un film de Claude-Jean Bonnardot

En Corée qui n’a cessé de connaître des occupations militaires jusqu’à sa séparation entre le Nord et le Sud, une femme devenue actrice et un homme soldat incarcéré, cherchent à se retrouver l'État du Nord.

"Moranbong, chronique coréenne" de Claude-Jean Bonnardot © Doriane Films "Moranbong, chronique coréenne" de Claude-Jean Bonnardot © Doriane Films
Sortie DVD : Moranbong, chronique coréenne de Claude-Jean Bonnardot

Coproduction cinématographique unique dans l’histoire du cinéma puisque ce film réunit la France et la Corée du Nord peu de temps après la scission de la Corée, Moranbong, chronique coréenne sort enfin de son anonymat grâce à cette édition DVD. Le film eut à souffrir des foudres de la censure française interdisant la diffusion sur le sol national et à l’étranger. Cependant, le film, bien que produit par la Corée du Nord qui mit à disposition les décors, plusieurs milliers de figurants, les véhicules de l’armée, le tout au bénéfice du réalisateur et acteur Claude-Jean Bonnardot, venu tourner un scénario écrit par Armand Gatti, est avant tout une histoire d’amour plutôt qu’un film de propagande. Le film rend aussi hommage aux efforts et aux sacrifices de la population nord-coréenne pour survivre aux destructions armées et maintenir toujours vivant le désir de reconstruire. La culture autour de la représentation d’un opéra est d’ailleurs bien mis en valeur puisque le Morambong du titre évoque l’emplacement de la scène de spectacle comme symbole fort de résistance sous les bombardements.

L’histoire est simple et élémentaire, le film offrant beaucoup à voir de scènes de destruction et appelant sans cesse la fin des hostilités militaires. Le film est à cet égard ouvertement pacifiste mais en atténuant le discours idéologique. Les moyens mis à la disposition du réalisateur français sont colossaux et le film pourrait être l’équivalent de Païsa (1946) de Roberto Rossellini pour la Corée présentant encore les plaies non fermées des années de guerre.

Une perle rare et méconnue de l’histoire du cinéma français au moment où en métropole débute la Nouvelle Vague, moins encline à s’interroger sur ce qui se passe dans le monde. Cette édition vidéo comprenant une restauration réalisée avec soin, est accompagnée d’un livret et du témoignage de Jean-Jacques Hocquard, biographe d’Armand Gatti et responsable de la mise à disposition du film pour sa nouvelle diffusion.

 

 

mail
Moranbong, chronique coréenne
de Claude-Jean Bonnardot
Avec : Claude-Jean Bonnardot (le reporter), Do-Sun Osum (Tong Il), Djoehung-hi Ouan (Yang Nan), Si Mieun (l'interprète)
France, Corée du Nord, 1958.
Durée : 84 min
Sortie en salles (France) : 15 mai 1960
Sortie France du DVD : 15 mars 2021
Format : 2,35 – Noir & Blanc
Langue : coréen - Sous-titres : français.
Éditeur : Doriane Films

Bonus :
Entretien avec Jean-Jacques Hocquard de La Parole Errante (45 min)
Un livret de 16 pages de Nicole Brenez « Pour venir à bout de ces ruines », avril 2011

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.